| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Peine éperdue... - Poèmes - Textes
Poèmes : Peine éperdue...
Publié par tagazou le 29-07-2013 21:49:36 ( 593 lectures ) Articles du même auteur



Puisque je n'ai pas la ballade
Qui me permettrait magistral
De te donner la sérénade
Sous tes fenêtres de cristal

Et puisque faute d'éloquence
Pour te le dire clairement
Je ne possède pas la chance
De parler l'amour couramment

Quand démuni je te murmure
D'un tendre aveu juste l'écho
D'abord j'affine et je rends pure
La pâte à modeler les mots

Je la pétris son cœur palpite
Les gens diront ce qu'ils voudront
Les mots d'amour sont des pépites
Qui n'ont plus gangue ni goudron

Je les sertis dans des poèmes
Mais tu m'as dit : mon pauvre Hugo !
Fais m'en plutôt des diadèmes
Ou coule-moi les en lingots !

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
emma
Posté le: 30-07-2013 19:17  Mis à jour: 30-07-2013 19:17
Modérateur
Inscrit le: 02-02-2012
De: Paris
Contributions: 1495
 Re: Peine éperdue...
Bonjour,

Je m'interroge sur la place du pronom personnel à l'impératif dans ton vers :
"Ou coule-moi les en lingots !"
spontanément je dirais : coule-les-moi en lingots

Mais bon, j'ai pas mon livre de grammaire-conjugaison à portée de main, alors avis à plus éclairé que moi...

J'ai aimé ce poème. Il y a de l'idée. Les vers :
" Je ne possède pas la chance
De parler l'amour couramment"
sont pleins de saveur !
musloch
Posté le: 31-07-2013 01:00  Mis à jour: 31-07-2013 01:00
Plume d'Argent
Inscrit le: 25-07-2013
De: Sélestat
Contributions: 75
 Re: Peine éperdue...
Bonsoir,
Je pense que "coule-moi les en lingots" peut se dire aussi.
Mais, je ne suis pas non plus un spécialiste.
Cela n'enlève rien à ce frais poème.
Cordialement.
P.M.
tagazou
Posté le: 31-07-2013 21:25  Mis à jour: 31-07-2013 21:25
Plume d'Or
Inscrit le: 17-07-2013
De: aulnay sous bois
Contributions: 487
 Re: Peine éperdue...
Bonsoir et merci d'abord de votre lecture! Vos remarques sont toujours judicieuses et ce n'est pas de la flatterie... J'en tiens compte et j'ai un peu honte de n'être pas assidu à vos écrits ! Je vais donc corriger d'abord mon attitude et ensuite mon écrit n'étant pas sûr non plus d'être coulé en lingots... Amicalement !
Loriane
Posté le: 31-07-2013 22:34  Mis à jour: 31-07-2013 22:34
Administrateur
Inscrit le: 14-12-2011
De: Montpellier
Contributions: 8955
 Re: Peine éperdue...
Citation :
Je la pétris son cœur palpite
Les gens diront ce qu'ils voudront
Les mots d'amour sont des pépites
Qui n'ont plus gangue ni goudron

C'est frais et tout mimi, et cette image est bien jolie.

Citation :
Ou coule-moi les en lingots !
Tu massacres bien la syntaxe et tu as deux options, écrire dans la langue de Molière "coule-les moi en lingots, ou garder ce solécisme, qui est une faute de Français, juste pour faire différent, puisqu'en poésie presque tout est permis.
J'ai bien aimé
Merci
tagazou
Posté le: 19-08-2013 23:46  Mis à jour: 19-08-2013 23:46
Plume d'Or
Inscrit le: 17-07-2013
De: aulnay sous bois
Contributions: 487
 Re: Peine éperdue...
Il m'est revenu le discours sur la méthode de Boileau?
Cent fois sur le métier remettez votre ouvrage,polissez le et "re" le polissez ou relepolissez non pas coule-moi les...Merci !
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
24 Personne(s) en ligne (6 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 24

Plus ...