| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> le cannibale chapitre 18 partie 3 - Nouvelles confirmées - Textes
Nouvelles confirmées : le cannibale chapitre 18 partie 3
Publié par saulot le 24-05-2017 09:26:54 ( 262 lectures ) Articles du même auteur



La dixième victime de Justin, la marqua profondément car il tua, une personne avec qui il partageait des liens forts. Il s’agissait d’une célébrité, la chanteuse Cindy Loker, comme elle ne savait pas si elle pouvait faire confiance aux gens avec qui elle se liait, en étant à visage découvert. Que souvent ses soit disant « amis », étaient plus intéressés par la gloire que cela apportait de la fréquenter, que sa personne. Cindy avait adopté un rituel précis, elle se liait en taisant son identité grâce à internet, et attendait six mois à un an avant de lier physiquement connaissance. Justin après avoir tué Cindy la déshabilla, et l’examina sous toutes les coutures, si l’aspect extérieur du cadavre lui plaisait, il pratiquait la pénétration sur celui-ci, le disciple s’avérait nécrophile. Comme il était devenu précautionneux, Justin utilisait toujours un préservatif, il ne le jetait dans une poubelle que si elle se trouvait à plus de dix kilomètres du lieu du crime que le disciple avait perpétré.

Alors qu’il examinait le dos de Cindy, un doute l’assaillit, sa victime avait le même tatouage que Cheba7272. Un loup qui combattait un dragon, occupait presque l’intégralité du dos. Justin après quelques recherches trouva des preuves qui confirmèrent qu’il avait tué une amie, la bibliothèque de Cindy contenait des livres de Mark Twain, Daniel Pennac, Stephen King et Albert Camus. Le disciple savait que celle avec qui il communiquait fréquemment par chat sur internet, sans révéler son visage, et qui avait pour pseudonyme Cheba7272 adorait ces auteurs. Une preuve incontestable se présenta à Justin, lorsqu’il tomba sur un cahier où il y avait écrit « Je me suis inscrit sur Rencontremasquée.fr, mon identifiant est Cheba7272 ». Sur Rencontremasquée.fr, il était possible pour les personnes qui discutaient par webcam ou s’envoyaient des messages, d’activer une option qui cachait leur visage, et modifiait la voix. Justin n’était pas très fier de son physique, et pensait que son visage et sa voix donnaient souvent une mauvaise première impression. Il utilisait comme Cindy l’option qui masquait les traits, et altérait le ton lorsqu’on parlait. Le disciple et la chanteuse, s’étaient connus sur un forum d’amateur des livres de Steven King. Puis à force de s’échanger des messages, ils s’étaient découvert plusieurs points communs comme l’amour de la cuisine italienne, la croyance que les chouettes étaient des animaux qui portaient malheur, une passion pour les jeux vidéo de guerre etc. Finalement ils avaient décidé de se parler par l’intermédiaire d’une webcam, leur sympathie réciproque avait peu à peu évolué vers une solide amitié puis vers un amour naissant. Justin devait d’ici trois jours découvrir le visage de Cindy lors d’un rendez-vous galant, leur rencontre plus tôt que prévu avait été fatale à la chanteuse. Justin ne mit pas sa signature habituelle pour signaler son crime, il voulait que personne ne sache que c’était le tueur au pique qui avait assassiné Cindy.

Le disciple se sentit obligé d’assister aux obsèques de Cindy, malgré la recommandation de Marco de ne pas aller à l’enterrement, ou à une autre manifestation d’hommage en l’honneur d’une victime d’un de leurs crimes. Il y eut plus de deux mille personnes qui suivirent le cortège funèbre. Justin ne put retenir ses larmes, durant le voyage vers la dernière demeure de Cindy. Une amie d’enfance de Cindy, du nom de Nellie remarquant la tristesse du disciple engagea la conversation avec Justin, la vue de Nellie causa un trouble chez le meurtrier.

Nellie : Vous connaissiez bien Cindy ou vous êtes juste un fan éploré ?
Justin : Je suis bien plus qu’un fan, j’avais le projet de former un couple avec Cindy avant que le destin ne me la ravisse.
Nellie : Etes-vous le fameux Justin ?
Justin : En effet c’est moi, je devais bientôt rencontrer Cindy pour un premier rendez-vous. Nous ne sommes jamais vus physiquement, mais je sentais que nous avions des atomes crochus.
Nellie : C’est très dommage ce qui lui est arrivé, elle me disait que pour la première fois de sa vie, elle avait l’impression d’avoir trouvé un homme presque idéal, qu’elle espérait vivre une histoire mémorable.
Justin : Vous voulez dire que Cindy avait des sentiments pour moi ? Qu’elle souhaitait avoir une relation intime ?
Nellie : Vu la bonne humeur qu’elle manifestait quand elle parlait de vous, qu’elle perdait de plus en plus son tempérament sombre depuis qu’elle avait noué des liens avec vous. Il me parait fort probable qu’elle avait des sentiments amoureux à votre égard.
Justin : Vous êtes vraiment sûre de vous ? Vous vous appuyez sur des présomptions ou des certitudes ?
Nellie : Je sais que j’augmente votre douleur, mais je suis affirmative, Cindy vous aimait, pas d’un amour fou, mais d’amour quand même.

Le fait d’avoir tué sa bien-aimée pesait déjà lourdement sur la conscience de Justin, mais la découverte que son amour était réciproque l’acheva, il se soûla après l’enterrement pour étouffer son chagrin. Lorsqu’il sortit du bar où il avait bu plus de dix verres d’alcool, il était plus de vingt trois heures, le patron qui fermait à vingt deux heures trente, l’avait jeté sans ménagement. Décidé à en finir avec la vie, il enjamba la barrière de sécurité d’un pont qui se situait au dessus d’une voie de chemin de fer, et s’apprêtait à sauter quand quelqu’un l’appela.

Nellie : Arrêtez Justin, vous suicidez n’est pas une bonne idée, au contraire c’est une insulte à la mémoire d’une battante comme Cindy.
Justin : Je suis un monstre, je ne mérite pas de vivre, j’ai commis d’horribles choses juste pour me divertir.
Nellie : Justement vous tuez, est une solution de facilité, qui n’allégera pas le poids de vos péchés, si vous voulez obtenir la rédemption, il faut vivre et changer de conduite.
Justin : Il est trop tard, j’ai un passif trop lourd pour pouvoir me racheter. Même si pendant mille ans, je consacrais ma vie à faire des bonnes actions, le Seigneur en personne ne me pardonnerait pas, s’il existe.
Nellie : Déjà il n’est jamais trop tard pour commencer à bien faire, et puis la miséricorde du Très-Haut est sans limite. Vous pouvez compter sur moi, en tant que soutien moral.

Au bout d’un an Justin finit par raconter à Nellie qu’il était un meurtrier. Celle-ci surmonta sa peur, et conseilla au disciple de se rendre à la police, au début hostile à cette idée, il se laissa convaincre. Justin demanda à son amie, de lui laisser une semaine le temps de mettre en ordre ses affaires, et de convaincre un autre assassin, son mentor criminel de se livrer à la justice. Nellie accepta, elle insista pour connaître le nom de celui qui avait joué un rôle déterminant dans l’escalade criminelle de Justin, mais le disciple refusa de lui répondre. Justin demanda à voir le cannibale pour une discussion urgente et nécessaire, Marco intrigué se déplaça vers le domicile de Justin dès qu’il reçut son message. La demeure du disciple était un appartement quatre pièces, son domicile était rempli de figurines de personnages de bande dessinée, une partie de sa collection notamment les figurines Tintin et Lucky Luck étaient un héritage paternel. Mais il n’empêchait que Justin avait par lui-même acquis des centaines d’objets décoratifs, en particulier des décorations de la série Astérix.

Mais la première passion de Justin c’étaient les jeux violents, il avait acheté grâce à internet des jeux interdits à la vente en Europe, car jugés trop violents même pour les plus de dix huit ans. Les jeux comme Blood, blood and blood, Super violence, et Méga carnage n’étaient normalement disponibles qu’au Japon. Toutefois il existait des sites qui permettaient à des français de les ramener en France. Le scénario de ces trois jeux était inexistant, c’étaient des purs défouloirs. Les trois jeux avaient causé l’ire de l’UMPD à cause de leur parti pris contre la religion chrétienne, et les nombreux actes sadiques qu’il était possible de perpétrer virtuellement, comme par exemple uriner sur les cadavres des ennemis. Résultat les membres de l’UMPD avaient choisi de faire interdire les trois jeux, et de durcir la censure sur les jeux vidéo.

Justin : Je vais me rendre à la police Marco, je te conseille de faire la même chose, c’est la seule manière pour des monstres tels que nous d’expier un peu nos péchés majeurs, et d’éviter l’Enfer.
Marco : Nellie t’a tourné la tête avec ses bondieuseries, Dieu comme Jésus-Christ n’existent pas, ce sont des inventions destinées à enrichir le pape et ses courtisans.
Justin : Plus d’un milliard de personnes croient dans l’existence de Jésus-Christ, s’il y autant de monde pour croire en lui, c’est une preuve qu’il a existé.
Marco : Malgré plus d’un millénaire d’efforts acharnés personne n’a retrouvé le corps du Christ, et il n’y aucun texte chrétien écrit du vivant de Jésus qui a été découvert.
Justin : C’est normal que le corps du Christ soit introuvable puisqu’il a ressuscité, son corps a quitté sa tombe, et puis la répression contre les chrétiens a abouti à la disparition de nombreux écrits. C’est donc logique que les textes produits par des chrétiens quand Jésus-Christ arpentait la Terre, soient inaccessibles.
Marco : En admettant que Jésus-Christ ait existé, je crois qu’il était juste un simple mystique sans pouvoir magique, et sans ascendance divine. La foi en Dieu repose sur l’absence de preuve.
Justin : L’existence d’un ordre supérieur est prouvé, il suffit d’observer la nature, beaucoup d’animaux n’existent que pour satisfaire leurs besoins personnels, pourtant la nature est un modèle d’équilibre.
Marco : Entendu la nature est régie par quelque chose qui dépasse les humains. Mais cela ne prouve pas l’existence de Dieu, ou d’un au-delà où ceux qui ont commis des crimes ou des bonnes actions, seront punis ou récompensés.
Justin : Si tu refuses d’agir pour le salut de ton âme alors fais le pour ta paix intérieure, ceux qui commettent des actes monstrueux finissent tôt ou tard par le regretter.
Marco : Seulement si tu te fais attraper, grâce à notre combine bien huilée, à nos masques de pomose et nos Voixpox qui nous permettent de modifier nos voix, nous sommes à l’abri des investigations de la police. Toi-même tu n’as commencé à regretter tes crimes que lorsque tu as tué par erreur la femme que tu aimais. Autrement j’ai une question à te poser. As-tu révélé tes actes criminels à Nellie ?
Justin : Oui, mais ne t’inquiète pas, si tu refuses de te dénoncer, je respecterais ton choix.
Marco : Le problème est que si une personne que je connais bien est accusée d’être un meurtrier, cela va attirer la suspicion sur moi. Désolé Justin.
Justin : Marco que ? Argh !

Marco après avoir tué Justin se dirigea vers le domicile de Nellie, l’appartement de cette femme était rempli d’armoires, contentant des classeurs servant à collectionner des pièces de monnaie. Nellie était une numismate convaincue, elle avait plus de cent mille pièces, des euros, des francs, des monnaies asiatiques, australiennes, américaines, africaines. Sa plus grande fierté était le louis d’or du dix-septième siècle qu’elle possédait. Tuer Nellie fut bien plus compliqué que d’assassiner le disciple, elle était sur ses gardes et savait se battre, d’ailleurs elle faillit l’emporter, mais au final le cannibale la maîtrisa et réussit à la tuer.

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Loriane
Posté le: 19-09-2013 23:54  Mis à jour: 19-09-2013 23:54
Administrateur
Inscrit le: 14-12-2011
De: Montpellier
Contributions: 8924
 Re: le cannibale chapitre 18 partie 3
Et il continue à tuer des amis, ton salopiot est vraiment déglingué !
Merci
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
28 Personne(s) en ligne (3 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 28

Plus ...