| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> le son du tambour - Poèmes - Textes
Poèmes : le son du tambour
Publié par maxence le 10-10-2013 23:50:00 ( 764 lectures ) Articles du même auteur



Mon cœur bat le bruit du tambour
Au coup par coup et ton sur ton
Le roulement d’une passion
Interpréter chacun son tour

Les échos au fond se percutent
Se balançant ainsi sans son
Le troubadour dans sa maison
Assourdi par toutes ses luttes

Ne vibre plus aux percussions
Si ce n’est celle de la terre
Qui martèlent à long coup de fer

Le bois jadis, fruit d’inventions
A présent mûre d’extrêmes onctions
Et demain noir de tentations.

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Loriane
Posté le: 14-10-2013 17:44  Mis à jour: 14-10-2013 17:44
Administrateur
Inscrit le: 14-12-2011
De: Montpellier
Contributions: 9109
 Re: le son du tambour
On entend bien le martelement guerrier.
C'est puissant

Citation :
A présent mûre d’extrêmes onctions
Je ne comprends pas , c'est bien mûre ?
fofotes :
Citation :
Se balançant ainsi sans sons

Pas de son, pas de "S"
Merci
maxence
Posté le: 14-10-2013 23:05  Mis à jour: 14-10-2013 23:05
Débutant
Inscrit le: 02-07-2012
De: Poitiers
Contributions: 11
 Re: le son du tambour
Bonjour loriane,
Merci pour la correction de la fofote.
Eh bien mûre d extrêmes onctions en fait, fait partit d une gradation ascendante en trois vers je voulais faire un rapprochement entre le bois , le développement d un fruit et donc de la en découle un parralelisme entre le développement de cette homme dans sa tombe et la vie qui ne cesse de nous rapprocher de la mort inéluctable. Donc oui c est bien mûre comme on le dirait d un fruit ou d un homme. Pour l'extrême onction c est un lien avec la genèse. Car l'extrême onction est donné pour nous purifier de tout pêcher juste avant notre mort avant de se retrouver devant dieu et arriver au paradis. Et le paradis est le lieu où Ève fut tenté par le serpent d où mon vers final qui marque en fait le début d un cycle qui ne s'arrête pas ou en tout cas pas pour l être humain qui est victime de sa condition.

Voilà j espère que je t ai répondu. J ai toujours pas eu l'occasion de le dire mais tes commentaire et les autres sur les publications des autres et les miennes j apprécie énormément car ils permettent d avancer et parfois même de prendre conscience de ce au on a écrit. Et en plus vos commentaire sont toujours des critiques qu sont juste et jamais malveillante. Tout ça pour dire que j'aime beaucoup se site et que y contribuer de cette manière en entretenant l activité intellectuelle libre est une vocation qui n à pas son pareil. Merci beaucoup.

PS: j aimerais que son commentaire soit visible sur mon texte et non pas que ça soit un message privée donc si jamais ça ne marche pas comme ça j aimerais bien savoir comment faire merci.
Loriane
Posté le: 14-10-2013 23:23  Mis à jour: 14-10-2013 23:23
Administrateur
Inscrit le: 14-12-2011
De: Montpellier
Contributions: 9109
 Re: le son du tambour
C'est parfait Maxence; tu es bien où tu voulais être c'est à dire sous ton texte, dans tes commentaires.
je te remercie chaleureusement, de tes observations et de ta satisfaction. Elles me vont droit au coeur, car en créant ce site, nous l'avons voulu dans cet esprit d'entraide en toute amitié.
Notre but est d'évoluer et de progresser avec modestie et courtoisie.
Nous voulions ce site heureux et lumineux comme les couleurs choisies pour le présenter. Juste un lieu de beauté et d'inspiration.
Ta satisfaction fait notre bonheur.
Merci
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
95 Personne(s) en ligne (23 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 95

Plus ...