| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Afficher/Cacher la colonne
Accueil >> xnews >> La combattante chapitre 11 (fin de la première partie) - Nouvelles - Textes
Nouvelles : La combattante chapitre 11 (fin de la première partie)
Publié par aliv le 11-11-2013 15:09:11 ( 742 lectures ) Articles du même auteur



Barbara attendait devant une boutique de chaussures. La nuit venait juste de tomber, la rue était seulement éclairée par quelques lampadaires. Soudain, la jeune femme fut éblouie par les phares d'une voiture, mais put percevoir une portière s'ouvrir. Elle hésita une seconde puis entra. Elle se retrouva face à un homme de grande carrure, avec des cheveux coupés court et un tatouage qui recouvrait la moitié de son cou.
- Tu sais Diana, le patron n'est pas très content de toi.

Un silence régna dans la voiture pendant tout le chemin. À aucun moment, la jeune femme avait levé la tête pour regarder son hôte.
La voiture stoppa, Barbara se retrouva devant une luxueuse demeure peu éclairée. Avec une grande appréhension, elle suivit l'homme.
Ils entrèrent dans un vaste hall. Le plafond s’étendait à perte de vue. Au centre, il y avait un escalier fait de marbre. Sur les murs, on pouvait voir de nombreuses œuvres d'art.
L'homme agrippa Barbara par le bras et l'entraîna dans un bureau presque aussi démesuré que le hall d'entrée.

- Diana, tu m'as énormément déçu.
Le fauteuil se retourna et la jeune femme put distinguer un homme d'âge mûr, très bien vêtu, avec un cigare dans la bouche. Des ronds de fumée en sortaient, puis s'évaporaient dans la pièce, laissant planer un nuage gris.
- Monsieur, je...
Il fit un non de la tête, Barbara se tut.
- Bon comme je suis de très bonne humeur aujourd'hui, je te laisse une chance de te racheter.
- Ho merci beaucoup Monsieur, dit-elle soulagée.
- Débarrasse-toi d'elle avant qu'elle arrive à maîtriser ses pouvoirs.
- Bien Monsieur. Mais il y a un petit problème.
- Lequel ? Demanda-t-il exaspéré.
- L'agent Sullivan. Il ne la quitte pas d'une seconde.
L'homme leva les yeux au ciel.
- Débarrasse-toi aussi de lui. À moins que tes sentiments pour cet agent t'en empêchent. Il regarda son acolyte avec un rictus de jubilation. Si c'est un problème pour toi, Fred se fera un plaisir de s'en occuper. Dit-il d'un ton sarcastique.
- Non, je vais m'en occuper, lâcha-t-elle affolée.
- Pour éviter encore un écart, Fred te... Comment dire... Te surveillera.
- Mais...
- Un problème Diana ?
- Non Monsieur.
Elle baissa de nouveau la tête.
- Bon maintenant laisse moi, tu m'ennuies.
Barbara sortit du bureau toute pâle.
L'homme au tatouage allait sortir quand son patron l'interpella :
- Fred, au moindre faux pas, élimine-la.
- Bien Monsieur.
Cette fois-ci, il sortit avec un sourire de satisfaction sur les lèvres.

Quelques secondes plus tard, la demeure fut envahie par la neuvième symphonie de Beethoven.

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Loriane
Posté le: 12-11-2013 13:09  Mis à jour: 12-11-2013 13:09
Administrateur
Inscrit le: 14-12-2011
De: Montpellier
Contributions: 9132
 Re: La combattante chapitre 11 (fin de la première partie)
Elle se retrouva face à un homme de grande carrure,

L'expression "face" , alors qu'ils sont assis dans une voiture, surprend.
L'ambiance est celle d'un policier anglo-saxon.
Merci
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
37 Personne(s) en ligne (4 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 37

Plus ...