| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Afficher/Cacher la colonne
Accueil >> xnews >> Sur la route - Nouvelles - Textes
Nouvelles : Sur la route
Publié par arielleffe le 09-03-2014 10:10:59 ( 1301 lectures ) Articles du même auteur



Rien ne va jamais, quels que soient les efforts que je fournisse, il y a toujours quelqu’un pour critiquer ce que je fais.

- Tu dors encore ?

- Il n’y a rien à manger ? (Le réfrigérateur a été rempli à ras bord par mes soins).

- Tu ne vas pas sortir dans cette tenue ?

- Votre travail n’est toujours pas fini ?

- Tu es toujours malade !

Bref, même si je parcours des kilomètres à pied, si je change de menu à tous les repas, si j’essaie de porter des talons hauts qui me tuent les orteils. Si je travaille douze heures par jour et que je me gave d’anti douleur, il y a toujours quelque chose qui cloche.

J’EN AI MARRE !!!!

En surfant sur internet, je trouve un camping-car Volkswagen, parfait pour une personne – c’est ce qui est écrit sur l’annonce. Il est entièrement aménagé. J’appelle et je l’achète. Je prépare mes valises dans la foulée et je quitte la maison en laissant un mot sur la table avec mon portable.

« Je pars en vacances. »

Mon nouveau « chez moi » est orange et beige. L’arrière se relève et peut faire auvent ou abri contre la pluie. Il y a une couchette-divan, un petit évier et des placards partout. Le moteur et les pneus sont neufs, et tout a été entièrement révisé. J’achète un nouveau portable avec un nouveau numéro, et je pars.

Dès les premiers kilomètres, un vent de liberté souffle dans mes cheveux. Le poids qui pesait sur mes épaules s’allège. J’arrive à atteindre 100 kilomètres/heure avec mon bolide. J’ai emporté un livre de cartes routières. Je décide de suivre le tracé de la côte en descendant vers le sud. Mon autoradio fonctionne, il a même une prise usb, j’écoute Pharrell Williams à fond :
https://www.youtube.com/watch?v=y6Sxv-sUYtM
« Clap your hands
If you feel like a room without a roof”

Je ne me sens plus comme une pièce sans toit, j’ai mon petit VW qui file sur l’asphalte avec sa bonne bouille des années 70.

« Clap your hands
If you feel like happiness is the truth.”

Le bonheur il n’y a que ça de vrai, il a raison Pharrell, rien de tel que de se sentir heureux.

« Clap your hands
If you feel what happiness is to you. »

Pour moi, en ce moment, le bonheur, c’est d’être seule et de chanter en battant la mesure sur le volant de mon minibus.

« Clap your hands
If you feel that’s what you wanna do. »

Oui ! C’est tout à fait ce que je veux faire.

Je suis partie à 13 heures et en deux heures je n’ai parcouru que 100 kilomètres. Personne ne me dit que je me traîne, personne ne me dit qu’on va arriver tard. Je roule à mon rythme et je m’arrête quand je veux.

Après cinq heures de route et un arrêt au bord d’un champ de colza d’un jaune éclatant, je décide de garer mon mini van sur un parking face à la mer. J’ai des stores aux fenêtres, personne ne peut soupçonner que je couche dedans.

Je me réchauffe une boîte de raviolis, je porte un jogging en polaire et une doudoune. Nous sommes au printemps mais personne ne va me dire :

- Il fait 15°C et tu t’habilles comme en plein hiver !! Tu n’es pas très glamour.
Un tremblement agite mes mains. Combien de réflexions désagréables ai-je dû entendre depuis que je suis née ? Des centaines, des milliers. J’ai toujours eu l’impression de créer des problèmes aux autres, mon inconfort dérangeait.

- Comment as-tu fait pour te tordre le pied, le trottoir est droit !

- Tu es encore tombée, fait attention bon sang, tu me stresses !

- On ne va pas vivre les fenêtres fermées sous prétexte que tu as toujours froid, on étouffe, j’ai besoin d’air !

- Tu ne peux pas mettre des chemises de nuit sexy ? les polaires c’est pas terrible.

- Tu as mal à l’épaule parce que tu as fait le lit ? Tu t’écoutes trop !

J’en étais arrivée à me dire que les autres devaient avoir raison, je suis une emmerdeuse, je dois faire plus d’efforts. Jusqu’au jour où :

- Madame, je pense que vous souffrez du syndrome d’Elhers-Danlos.

« Dans l’os ?» Elle se fiche de moi cette doctoresse spécialiste de la douleur, que je suis allée voir un jour sur les conseils d’une copine.

- Vos articulations sont trop flexibles, vous êtes hyperlaxe. Vous êtes très frileuse, vous avez des problèmes à la cornée et vous avez fait un AVC. Vous êtes atteinte de ce syndrome qui touche une partie infime de la population, c’est une maladie orpheline.
http://www.afsed.com/syndromes.html
Vous n’êtes atteinte que du stade 1, le seul traitement est le sport.

Cette nouvelle qui aurait dû m’abattre, me soulage. Je regarde le tableau clinique de cette maladie et ma vie défile devant moi. Tous ces reproches que j’ai entendus sur ma fragilité.
Je ne suis pas fragile en fait. Je suis forte, j’arrive à vivre normalement malgré tous les obstacles que ce syndrome met sur ma route !

Je pars me promener sur la plage, je ne veux plus voir personne. Je dois trouver mon propre rythme et ne plus essayer de me calquer sur celui des autres, il faut que j’arrête de m’épuiser.
Un chien me suit depuis dix minutes, il est perdu et semble m’avoir choisie comme nouvelle maîtresse.

- Bonjour, comment est-ce que tu t’appelles ?
Le petit bâtard me regarde, j’ai l’impression qu’il sourit.
Je rentre dormir treize heures d’affilée dans mon hôtel roulant. Au matin, le petit chien est toujours là. Je décide de l’emmener avec moi. Je ne sais pas si je rentrerai un jour. Je chante en battant la mesure sur mon volant, la route est toute droite devant moi.

« Clap your hands
If you feel that’s what you wanna do »

Happy (c’est le nom de mon nouveau chien), est assis sur le siège passager, nous roulons vers le sud.

FB arielleffe

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
saulot
Posté le: 09-03-2014 13:53  Mis à jour: 09-03-2014 13:53
Plume d'Or
Inscrit le: 23-06-2012
De:
Contributions: 445
 Re: Sur la route
Cela ressemble à un récit autobiographique, mais je peux me tromper. J'ai de la sympathie pour l'héroïne, sa vie ne semble pas facile. Autrement le récit est de qualité.
arielleffe
Posté le: 11-03-2014 09:42  Mis à jour: 11-03-2014 09:42
Plume d'Or
Inscrit le: 06-08-2013
De: Le Havre
Contributions: 805
 Re: Sur la route
Heureusement que tout n'est pas autobiographique, mais j'avoue que le minibus me tente...
Bacchus
Posté le: 13-03-2014 00:37  Mis à jour: 13-03-2014 00:37
Modérateur
Inscrit le: 03-05-2012
De: Corse
Contributions: 1186
 Re: Sur la route
Je ne sais pas si s'est de l'autobiographie où le rêve que cela le devienne.
Effectivement , le petit camping-car , la route et du temps pour la parcourir, c'est une forme de rêve. Réalisable, si on le veut vraiment.
Mais le veut-on vraiment où ne préférons-nous pas le conserver en rêve ?
Bises de Bacchus
arielleffe
Posté le: 13-03-2014 08:26  Mis à jour: 13-03-2014 08:26
Plume d'Or
Inscrit le: 06-08-2013
De: Le Havre
Contributions: 805
 Re: Sur la route
Là est la question ! On peut faire une petit essai pendant les vacances
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
34 Personne(s) en ligne (10 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 34

Plus ...