| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Dans le caniveau du monde - Nouvelles - Textes
Nouvelles : Dans le caniveau du monde
Publié par malhaire le 23-06-2014 21:30:00 ( 688 lectures ) Articles du même auteur



« Je crains qu’avoir une conscience exacerbée d’un certain désenchantement du monde se nomme la mélancolie.
Sans vouloir apposer de diagnostic, je me sais mélancolique depuis fort longtemps …
En effet, depuis l’enfance, je ne cesse d’opposer à l’ordre du monde (où je saisis si peu), une cruelle absurdité.
Cette mélancolie que je crois subir n’est sans doute pas celle que l’on réduit trop souvent de nos jours à un état dépressif ou à un sentiment d'incapacité qui comporterait peut-être des aspects psychotiques, ou même à une absence de goût de vivre, qui, un jour, pourrait me conduire au suicide…
Non, la mélancolie que je semble endurer ou peut-être cultiver me semble plus complexe.

Bien sûr, elle résulte certainement d’un manque profond, à l’origine probablement lointaine, que je ne peux, ou ne veux, identifier ou confier. Ma mélancolie se traduit plutôt comme une peine existentielle, immuable et moqueuse, qui, inexorablement, organise toutes les expressions de ma pensée, parfois de manière piètrement philosophique, péniblement intellectuelle, ou pour finir, médiocrement artistique …
Jouissifs ou douloureux, mes élans mélancoliques tantôt me précipitent dans le caniveau du monde, ou tantôt, m’abandonnent à son orée, poétique et singulière.
Le résultat me laisse dans la marge, à part et baroque, plongé dans les méandres d’une extrême solitude où se joue de moi une souffrance morale excessive, qui trop souvent me paraît insurmontable.

Que pourrai-je bien répondre à ceux qui trop avisés (mais rares) m’interrogent de cette manière ?
-« Toi, tu sembles ne pas aller bien en ce moment. Quelque chose ne va pas ?! »

Pourquoi un jour ne pas tenter cette réponse ?

-« Et bien, puisque tu le demandes je vais t’en parler ;
Voilà, j’ai un problème avec une sorte « d’être-là existentiel », mais au fond je ne peux pas vraiment t’en parler, parce qu’il ne m’est rien arrivé d’exceptionnellement grave ou attristant ces derniers temps puisque c’est mon quotidien depuis toujours.
Disons plutôt pour résumer que ma conscience me rappelle sans cesse avec gravité ma condition de mortel, et l’impermanence insupportable et obnubilante des êtres et des choses qui enserre mon esprit.
Mais attends, ce n’est pas tout ; sais-tu aussi que tout ce qui semble gouverner ce monde me semble futile et dérisoire et que je ne comprends strictement rien à ce qui anime ou ravit mes congénères ?
Sais-tu aussi que pour moi la vie ne sert à rien puisqu’au final, « Tout se perd, me défait et nous consomme » ?!
Ne vois-tu pas que j’attends de ce monde qu’il m’aime éperdument d’un amour inconditionnel et exclusif qui n’existe pas ?!
Ne comprends-tu pas que j’ai peur de perdre la vie, de perdre l’amour, que mes amis m’abandonnent, que la solitude me dévore, que j’ai peur de vieillir… que j’ai si peur de vivre ?! »
Peux-tu saisir de moi que je ne me supporte pas, que je ne comprends pas l’intérêt que tu me portes, et qu’au fond, je voudrais être toi ?! »

Non, je crains qu'il ne me faille jamais tenter cette réponse.
Je préfère un sourire car la mélancolie ne se dit pas.

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
EXEM
Posté le: 24-06-2014 02:16  Mis à jour: 24-06-2014 02:16
Plume d'Or
Inscrit le: 23-10-2013
De:
Contributions: 1480
 Re: Dans le caniveau du monde
Malhaire, je pensais justement à toi ! Je suis donc ravi de voir ton texte. D'autant plus ravi de le voir que tu m'as évité d'écrire le même sous mon nom. D'une part, je ne l'aurais pas écrit si bien et d'une façon si precise, mais je n'aurais peut-être pas eu le courage de le publier. Tu dis que "la mélancolie ne si dit pas", tu l'as écrite pour nous (deux). Merci.
jenny
Posté le: 02-05-2015 18:42  Mis à jour: 02-05-2015 18:42
Débutant
Inscrit le: 19-04-2015
De: Tosse
Contributions: 1
 Re: Dans le caniveau du monde
A moi tu pourrais tenter cette réponse, c'est le reflet de mes pensées...
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
47 Personne(s) en ligne (13 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 47

Plus ...