| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Jinx - Nouvelles - Textes
Nouvelles : Jinx
Publié par Donaldo75 le 23-08-2014 16:24:58 ( 1239 lectures ) Articles du même auteur



Jinx


Les éclairages faiblissaient, rendant la rue plus sinistre que d’habitude ; DogBoy sentit qu’il ne faisait pas bon traîner dans le quartier. Il huma l’air alentour, tendit l’oreille au cas où une créature traînât dans les parages puis accéléra la marche ; la ville était devenue un coupe-gorges ces derniers cycles.

Jinx repéra l’adolescent à son pas ; sa fréquence, sa tonalité et son vibrato ne permettaient pas le doute. Jinx jaugea la taille et le poids de sa cible ; il conclut que ce n’était pas un morceau de premier choix et qu’il y avait certainement mieux à faire. Son instinct lui commandait de suivre sa proie, au cas où elle le conduisît à son nid ; son appétit le pressait d’avaler rapidement ce bout de viande sur pattes. Jinx fit appel à ses capacités cognitives et finit par trancher en faveur d’une filature discrète ; il avait amassé suffisamment de réserves alimentaires pour survivre la moitié d’un cycle donc il pouvait chasser intelligemment, à long terme.

DogBoy tourna à droite dans Cabaret Street ; il devait éviter les bandes de charognards présentes dans l’artère principale. Il était conscient de prendre un risque en s’engageant dans cette voie mal éclairée alors qu’il ne possédait déjà pas une bonne vue ; n’importe quel prédateur un peu malin pourrait le surprendre malgré son flair et son ouïe développés. Néanmoins, Dogboy avait évalué ses chances de survie et elles restaient correctes ; la prédation s’avérait une arme à double tranchant dans un environnement contigu et obscur. « Tout être vivant fait partie de la chaîne alimentaire et elle est infinie » avait coutume de dire le chef de la horde pour encourager ses jeunes pousses à braver l’adversité ; ce raisonnement semblait logique à premier abord et un attaquant affamé s’exposait lui aussi à un éventuel ennemi caché dans la pénombre.

Jinx activa son sonar sur une échelle supérieure ; il craignait qu’un autre chasseur nocturne n’ait choisi la même proie. Il lui fallait s’en assurer car un combat à trois ruinerait ses chances d’aboutir ; le troisième protagoniste ferait fuir l’adolescent et obligerait Jinx à se découvrir.
Heureusement pour lui, il ne détecta aucune présence vivante dans un rayon de cinq unités ; aussi continua-t-il à filer sa cible. Il se fondit dans le décor, fidèle à la réputation des membres de son engeance, considérés comme d’efficaces prédateurs furtifs ; il savait que le jeune individu qu’il suivait ne le verrait pas car il était à moitié aveugle et ne distinguait au mieux que de vagues tons de gris.

DogBoy bifurqua à gauche ; dans ses souvenirs récents, ce passage débouchait sur la partie sécurisée de l’avenue des mangeurs de cadavres. Il fit jouer ses sens une nouvelle fois et ne détecta pas de présence hostile ; il se donna un peu de courage en serrant son collier puis s’élança dans l’artère principale. Aucun charognard, nulle trace de vie ne s’opposa à son avancée ; il ne s’étonna pas d’être seul en un endroit d’habitude très fréquenté par toutes sortes d’espèces, des moins évoluées aux plus dangereuses. DogBoy se remémora les conseils de son chef : s’approcher du nid n’était pas toujours synonyme de survie car la plupart des morts violentes arrivaient à moins d’une unité de chez soi. DogBoy trouvait ce principe dépassé et sa génération considérait que les proverbes du temps d’avant, égrenés par de vieux maîtres nostalgiques, freinaient l’évolution de la race.

Jinx procéda avec prudence ; dans cette grande ligne droite mieux éclairée que le reste du quartier, plus vaste et pratiquement lisse, ses capacités de camouflage atteignaient leur limite. L’adolescent pouvait le repérer grâce à son flair ; Jinx devait utiliser une autre de ses qualités génétiques et transformer sa propre composition chimique de manière à se fondre dans l’odeur de pourriture propre à l’avenue. Ce subterfuge comportait des risques ; en se transformant en organisme puant Jinx devenait plus fragile et même inapte au combat rapproché avec une espèce évoluée. Toutefois, le jeu en valait la chandelle et rien ne disait que l’adolescent engagerait la bataille si près de son nid ; Jinx aurait ainsi le temps de détaler et de se terrer dans une cachette où il pourrait se reconstituer. Il tenta le coup et se liquéfia.

DogBoy s’arrêta devant l’entrée du nid ; son instinct lui envoyait des signaux d’alerte et il devait s’assurer qu’il ne compromettait pas la sécurité de la horde. Il flaira longuement l’air environnant et écouta la musique urbaine ; ses sens ne détectèrent rien d’autre qu’une désagréable odeur de pourriture et des craquements liés à la vétusté des bâtiments. Tout semblait normal ; il décida de poursuivre et posa sa main sur le mur gris en face de lui. La paroi s’estompa et laissa la place à un corridor noir ; DogBoy s’engagea sans se retourner et accéléra le mouvement. Il ne vit pas l’être liquide derrière lui et se dirigea vers la seconde entrée.

Jinx avait réussi à pénétrer dans le repaire de la horde ; il sentait que la cible ne faisait plus attention, trop certaine de la protection offerte par la première paroi refermée automatiquement depuis. Jinx savait qu’il ne restait qu’une porte à passer, une sorte de mur métallique certainement codé pour ne s’ouvrir qu’au signal génétique de l’adolescent et de ses pairs. Ce détail importait peu pour Jinx puisque sa stratégie consistait à suivre sa proie pour enfin rentrer dans ce garde-manger virtuel, rêve de tous les représentants de son espèce ; il se laissa conduire par le jeune imprudent.

Dogboy vit la paroi s’estomper ; il entra dans le nid et ne perçut pas de la présence de Jinx.
Jinx repéra les lieux à la recherche d’un endroit où se recomposer et il ne sentit pas le piège se refermer sur lui.
« Enfin, on en tient une, de ces affreuses méduses ! » s’exclama une voix bien humaine. « Brave toutou, tu as parfaitement joué ton rôle d’appât, tu auras bien mérité un gros os à moelle. » dit une autre personne.

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
couscous
Posté le: 23-08-2014 21:06  Mis à jour: 23-08-2014 21:06
Modérateur
Inscrit le: 21-03-2013
De: Belgique
Contributions: 3218
 Re: Jinx
Cher Donald,
Tu as l'air de m'emmener dans un monde où je perds tout repère.Ce dogboy a bien ce côté canin qu'annonce son patronyme. Quant à Jinx, j'ai peine à me le représenter. Une méduse taille humaine ? Beurk !

Ton imaginaire est d'une fertilité à toute épreuve. Continue à la cultiver pour encore nous surprendre.

Merci

Amitiés

Couscous
Donaldo75
Posté le: 24-08-2014 01:43  Mis à jour: 24-08-2014 01:43
Plume d'Or
Inscrit le: 14-03-2014
De: Paris
Contributions: 1111
 Re: Jinx
Merci Delphine,
Je cultive mon imagination alors.
En espérant que cela reste de la fiction dans le cas de Jinx.
Bisous.
Donald.
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
55 Personne(s) en ligne (26 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 55

Plus ...