| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> En mai marche comme il te plait - Nouvelles - Textes
Nouvelles : En mai marche comme il te plait
Publié par Donaldo75 le 06-09-2014 21:15:25 ( 1182 lectures ) Articles du même auteur



En mai marche comme il te plait


« Notre cortège a vraiment de la gueule » se dit Roland en tête de file. Ce jour de mai s'annonçait sous d'excellents auspices ; la météo jouait en la faveur des manifestants, avec un ciel sans nuage et ensoleillé ainsi qu'une température douce et pas une once de vent. Roland se retourna et constata que les autres syndicats avaient également fait le plein ; la grogne populaire prenait de l'ampleur et grossissait les rangs des organisations syndicales. Le jeune homme ralentit son allure pour se laisser rejoindre par sa section ; il voulait discuter de la situation avec Sylviane et Pascal mieux informés que lui.

Roland aborda le sujet qui lui brûlait les lèvres.
— Est-ce vrai que les leaders socialistes négocient dans notre dos ?
— Chacun a son intérêt, commença Pascal, et les politiques ne suivent pas l'agenda des syndicats.
— On ne va pas se laisser baiser par ces opportunistes quand même ?
— Les socialistes savent que nous avons infiltrés leurs rangs et jamais ils ne prendront le risque de nous planter, répliqua Sylviane.
— Enfin, quand ils étaient au pouvoir, ils n'ont rien fait pour nous et les patrons ont obtenu tout ce qu'ils demandaient. Vous leur faites encore confiance ?
— Ce n'est pas la question, objecta Pascal. On prend les alliés qu'on peut même si ce sont ces cochons de la gauche caviar et ces traîtres de sociaux-démocrates.
— De toutes façons, même le parti communiste n'est pas fiable, ajouta Sylviane. On fait aussi avec ces tocards parce qu'ils sont écoutés des médias.

Roland aimait ces discussions à brûle-pourpoint avec ses camarades ; il n'était pas expérimenté en termes d'action syndicale mais croyait en la lutte des classes et se battait pour sauver de vieux acquis sociaux. Sylviane était une ancienne trotskiste encartée dans une minuscule formation politique ; elle avait connu les deux cohabitations entre la grenouille socialiste et les badernes du gaullisme revanchard et celle de la gauche plurielle avec le roi fainéant. Marcher dans la rue avec des milliers de travailleurs inquiets pour leur avenir et celui de leurs enfants était devenue une seconde nature pour cette quinquagénaire alerte et sans complexe ; elle servait de mentor au jeune Roland depuis son recrutement par le syndicat six mois auparavant. Pascal avait lui aussi connu les affres du militantisme politique chez les communistes, au temps où un des sept nains les dirigeaient avec la fermeté d'un champignon des bois ; il avait collé des affiches, bastonné des nazillons et même fait la fête place de la Bastille à chaque élection du Charentais. Il avait personnellement recruté Roland dans leur usine de plasturgie ; à vingt ans, le vigoureux monteur n'hésitait pas à s'engager pour aider son prochain et ce trait de caractère avait séduit le syndicaliste.

Une rumeur parcourut le cortège ; des factions d'extrême-droite se tenaient prêtes à la bataille avec les manifestants, à certains endroits stratégiques du parcours. Roland n'avait pas peur d'engager le combat avec les cranes rasés ; déjà au lycée professionnel, il avait eu affaire à eux et ils ne lui inspiraient que dégoût et mépris.
— Les fachos vont nous tomber dessus, dit Roland.
— Ne t'inquiète pas, le rassura Sylviane, nous avons le soutien de l'extrême-gauche qui a dépêché ses troupes de choc pour la bagarre.
— On va donc se battre ?
— Une manifestation sans baston cela n'existe que dans les rêves des modérés, ironisa Pascal. Qui dit lutte des classes dit affrontement dans le sang.
— Ce ne sont pas ces bas du front qu'il faut craindre, précisa Sylviane, mais bien la police. Les renseignements généraux nous surveillent et ont placé des taupes dans chaque organisation syndicale, chaque cortège et ce sont eux les véritables dangers.
— Il ne faut pas se tromper de combat ni d'ennemi, ajouta Pascal. Nous ne nous battons pas contre les nostalgiques du Troisième Reich mais contre le patronat et ses valets du gouvernement.

Roland regarda ses aînés avec fierté ; il les admirait pour ce qu'ils avaient accompli au nom de la cause, la seule possible, la défense des opprimés du système capitaliste. Roland représentait pour Pascal et Sylviane le futur glorieux du syndicalisme ; intelligent, courageux, volontaire et surtout charismatique, il n'était pas encore grisé par les volutes tentatrices du pouvoir. Il était un pur mais pas un dur ; Roland ne désirait pas couper des têtes de patrons et les planter au bout d'une pique.
Le cortège grossissait à vue d’œil et les journalistes se pressaient autour des manifestants ; Roland se sentit un peu dans la peau d'une espèce en voie de disparition dont le dernier grand troupeau était en train de descendre dans les plaines verdoyantes où l'attendaient des hordes de chasseurs armés jusqu'aux dents. Les médias goûtaient l'odeur du sang et de la poudre ; les photographes prenaient des clichés dont certains atteindraient la postérité dans les livres d'histoire.

La rumeur enfla ; des combats avaient déjà démarré en queue de manifestation entre les militants d'extrême-droite et ceux d'extrême-gauche. Roland sentit ses poils se hérisser, en signe d'alarme.
— Je crois qu'on est dans le vif du sujet, dit-il à ses compagnons de route.
— Tu ne crois pas si bien dire, rétorqua Sylviane. Regarde sur ta droite et sur ta gauche.
Roland tourna la tête et vit les journalistes s'écarter dans un mouvement de panique ; à leur place se tenaient les premières lignes d'une armée de C.R.S équipés pour la guérilla urbaine et impatients d'en découdre avec les réfractaires à l'ordre établi. Les rangs des manifestants commencèrent à tanguer ; Pascal fit signe à Roland et Sylviane de le suivre. « Il n'était pas question de se laisser faire » dit-il; ils allaient se regrouper en légions et adopter la stratégie de la tortue, plus nombreux que leurs adversaires et surtout plus motivés.
Roland acquit la certitude, à ce moment-là, qu'il allait gagner ses premiers galons de syndicaliste au prix de quelques bosses et d'un probable séjour en prison.

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
couscous
Posté le: 07-09-2014 06:28  Mis à jour: 07-09-2014 06:28
Modérateur
Inscrit le: 21-03-2013
De: Belgique
Contributions: 3218
 Re: En mai marche comme il te plait
Ton texte se passerait-il en mai 68 ? Tu croques parfaitement les personnages de syndicalistes types avec des petites expressions bien trouvées.

Merci Donald

Couscous
Marco
Posté le: 07-09-2014 11:21  Mis à jour: 07-09-2014 11:21
Plume d'Or
Inscrit le: 17-05-2014
De: 24
Contributions: 725
 Re: En mai marche comme il te plait
Donald,

Tu as très bien décrit les personnages et leurs pensées, en cet instant de mai.

Comme quoi, il y a encore de la mémoire.

Je crois tout de même que le mois de Mai, auquel je pense, fut beaucoup plus
violent et saignant.
Tu nous relates, assurément, le début de ce mois qui ne "voyait" que de simples
rassemblements.


Merci Donald !

Marco

Merci pour ton commentaire (sur : petites notes d'amour)
Donaldo75
Posté le: 07-09-2014 13:08  Mis à jour: 07-09-2014 13:08
Plume d'Or
Inscrit le: 14-03-2014
De: Paris
Contributions: 1111
 Re: En mai marche comme il te plait
Hello Couscous, Hello Marco,

Une petite précision: il ne s'agit pas de 1968 mais d'aujourd'hui.
Les cortèges sont très nombreux en mai, quelque soit l'année.

@Marco: je sais que mai 1968 fut plus sanglant; je n'en parle pas parce que pour moi ce fut autre chose qu'une simple manifestation. Et l'Europe entière a connu des mouvements sociaux forts en 1968.

Merci de votre lecture et de vos commentaires.

A bientôt,

Donald

PS: Marco, je découvre ta poésie et je la déguste lentement, comme un gâteau dont je veux savourer chaque partie.
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
54 Personne(s) en ligne (15 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 54

Plus ...