| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Le petit âne de Tavaco. - Poèmes - Textes
Poèmes : Le petit âne de Tavaco.
Publié par Bacchus le 19-05-2012 15:22:34 ( 821 lectures ) Articles du même auteur



Le petit âne de Tavaco :

Tout près de Tavaco, près de son vieux clocher,
D'où le vallon s'étend pour rejoindre la plaine,
Arrivent des parfums que le vent vous amène
Du maquis, de la mer, en grisant panaché.

C'est un endroit serein où vibre le silence.
Là, quelques bancs de bois, à l'ombre de mûriers,
M’accueillent quelques fois, lorsque le jour s'avance,
Pour lire calmement ou écrire un courrier.

C'est si bon, cet instant, lorsque le temps s’arrête,
Qu'il paraît suspendu dans son éternité,
Et lorsqu'autour de soi, où qu'on tourne la tête,
Il n'est que la nature et son immensité.

Parfois, selon ses jours, au gré de son chemin,
Un hôte du maquis vient me rendre visite.
Il est là aujourd'hui, n'y sera plus demain :
Un petit âne gris que, d'un geste j'invite.

Tout en prenant son temps, car pour lui rien ne presse,
Il s'approche de moi, me reconnait, sans doute.
Lentement, il arrive à portée de caresse,
Se laisse grattouiller, puis il reprend sa route.

Tout près de Tavaco, près de son vieux clocher,
Un lieu dont les touristes ignorent le chemin,
Au flanc de sa montagne où il semble accroché,
Il est un coin perdu, sans hier ni demain.

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Loriane
Posté le: 19-05-2012 20:19  Mis à jour: 19-05-2012 20:19
Administrateur
Inscrit le: 14-12-2011
De: Montpellier
Contributions: 9084
 Re: Le petit âne de Tavaco.
Un moment de bonheur avec ce bel animal.
Une belle écriture, équilibrée et fluide. Les rimes viennent simples et sans contraintes.
C'est une belle maîtrise.
J'aime aussi la construction avec une fin en retour sur le début.
Tout en prenant son tempscar pour lui rien ne presse,
Il s'approche de moi, me reconnait, sans doute.
Lentement, il arrive à portée de caresse,
Se laisse grattouiller, puis il reprend sa route.

Que du plaisir !

Merci
emma
Posté le: 20-05-2012 18:27  Mis à jour: 20-05-2012 18:27
Modérateur
Inscrit le: 02-02-2012
De: Paris
Contributions: 1494
 Re: Le petit âne de Tavaco.
Décidément, l’âne inspire bien des poètes, je pense à l’âne de Francis Jammes et à l’âne Platero de la littérature espagnole
Hop ! Je ne résiste pas à quelques copier-coller à la suite de mon commentaire.
En tout cas merci pour ces vers tout en douceur.


J'aime l'âne si doux

J'aime l'âne si doux
marchant le long des houx.
Il a peur des abeilles
et bouge ses oreilles.
Il va près des fossés
d'un petit pas cassé.
Il réfléchit toujours
ses yeux sont de velours.
Il reste à l'étable
fatigué, misérable.
Il a tant travaillé
que ça vous fait pitié.
L'âne n'a pas eu d'orge
car le maître est trop pauvre.
Il a sucé la corde
puis a dormi dans l'ombre.
Il est l'âne si doux
marchant le long des houx....

Francis Jammes






Platero y yo

Platero est petit, velu, doux, d'aspect si tendre que l'on dirait qu'il est tout en coton, qu'il n'a pas d'os. Seuls les miroirs de jais de ses yeux sont durs, pareils à deux scarabées de cristal noir.
Quand je le laisse en liberté, il va dans le pré, gracieux, caresse en les frôlant à peine de son mufle les minuscules fleurs roses, bleu ciel ou jaunes.
Doucement, je l'appelle : "Platero". Il vient vers moi d'un léger trot joyeux que je crois entendre rire, accompagné de je ne sais quel chant idéal de grelots.
Il mange tout ce que je lui donne. Il aime les mandarines, le raisin muscat aux grains d'ambre, les figues violettes qui ont une fine goutte cristalline de miel.
Gentil et câlin, il est comme les enfants, filles et garçons, mais fort à l'intérieur, ferme, un caillou. Lorsque sur son dos je passe, le dimanche, par les dernières ruelles du village, les hommes des champs aux gestes lents et vêtus de linge propre, sont là qui le regardent :
"C'est de l'acier qu'il a, disent-ils".
Oui, de l'acier et en même temps de l'argent de lune.

Juan Ramón Jiménez
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
35 Personne(s) en ligne (9 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 35

Plus ...