| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Afficher/Cacher la colonne
Accueil >> xnews >> La maison en coquillages N° 1 - Nouvelles confirmées - Textes
Nouvelles confirmées : La maison en coquillages N° 1
Publié par Loriane le 05-02-2012 18:07:26 ( 774 lectures ) Articles du même auteur






La maison en coquillages 1

Linette les yeux dans le vague, caressait avec la paume de sa petite main, en un tendre va et vient la tête douce et ronde de la statuette de chien de céramique qui dépassait du mur du balcon.
La maison de coquillage où elle vivait avec sa famille était un endroit extraordinaire, une maison un peu folle de la pauvre banlieue nord de Paris.
La totalité des murs extérieurs de ce modeste pavillon étaient couverts de coquillages, de coquilles saint Jacques, de morceaux de vaisselles, de bouchons de verres brillants et colorés, de flacons de parfum, bleus pour la plus grande partie, de fleurs en céramique, généralement destinées à orner les tombes, enfin, de tout une foule de morceaux de céramiques et de statuettes cassées... pas un morceau de mur n'était vierge de décorations. 
Linette savait qu'elle habitait un endroit pas ordinaire, et il lui arrivé souvent d'être photographiée devant sa maison par des curieux. c'était bizarre !
Linette avait des cheveux plus roux que blonds, nous dirions aujourd'hui qu'ils étaient blonds vénitiens, personne dans sa famille, n'avait ce genre de cheveux, où cette maudite couleur de sorcière qui pue ! personne ! sauf elle ! c'était bizarre!
Linette ne s'appelait pas Linette. Le prénom que sa mère avait choisi pour elle, était un prénom que personne d'autre ne portait. 
"Mais qu'est-ce qui a pris à ta mère de t'appeler comme ça, tu peux pas avoir un nom comme tout le monde ?" 
avait dit avec agacement sa tante. C'était bizarre !
Linette travaillait bien à l'école, dans cette famille, c'était nouveau, c'était inattendu, c'était bizarre !

La petite fille "bizarre" se tenait debout, sur la terrasse carrée, qui surplombait la cour de ses gros piliers, sous lesquels elle passait chaque jour pour monter l'escalier de bois, si raide qu'il méritait plus justement le nom d'échelle. Sa tête dépassait depuis peu les jardinières de béton qui faisaient le tour du balcon. Elle regardait comme un miracle dont elle se réjouissait, les petites feuilles pointues des tulipes qu'elle avait planté là avant l'hiver. La couleur de la terre noire de la région Parisienne la réjouissait.
D'instinct, elle en devinait toute la richesse, c'était avec volupté qu'elle grattait, retournait, ratissait cette nourriture pour les petites plantes dont elle surveillait la pousse avec appétit et avec une curiosité presque mystique. Ce miracle des fleurs qui viennent du néant pour illuminer ses yeux de leurs couleurs, de leurs formes inattendues et de leurs odeurs, venues à n'en pas douter, du paradis était une de ses passions.
Sous ses yeux sa rêverie prit fin brutalement. Du bout de la rue, venait au loin le bruit de la mobylette de son père. Ce bruit qu'elle abhorrait déclencha en elle la terreur habituelle, son ventre se tordait, elle se liquéfiait. La peur de se salir la contraint comme d'habitude à se taper avec frénésie, les fesses contre le mur, jusqu'à ce que les spasmes incontrôlables s'apaisent.
Soudainement, elle se sentit tirée brutalement en arrière, elle faillit tomber en même temps qu'elle ressentit une douleur aiguë dans ses cheveux et que sa barrette tomba sur le sol avec un bruit métallique en libérant ses longs cheveux attachés en queue de cheval..
Elle n'eut pas le temps de se retourner tout à fait, que deux claques dures et sèches la giflaient en un vif "aller retour". 
Ses joues brûlaient, elle pensa immédiatement qu' elle venait, une fois de plus de recevoir ce que sa mère nommait, des "giroflées à cinq branches".
Chaque jour elle recevait un véritable bouquet de ces "giroflées", qui, toujours selon sa mère, faisaient circuler le sang.
Une fois sur deux, elle ne savait pas pourquoi, les gifles tombaient drues sur elle, et elle se sentait incapable de les éviter, ne sachant pas toujours prévoir les réactions que ses actes ou non actes pouvaient provoquer. Ce côté imprévisible de sa mère, la déstabilisait tant qu'il lui semblait que les règles étaient mouvantes et lui échappaient tout à fait. Elle aurait probablement mit tout son cœur à éviter ces sempiternelles punitions mais elle n'en comprenait pas toujours les raisons, trop obscures pour elle, tant les colères de ses parents dépendaient d'un tas de motifs qui ne la concernaient pas.
"Attends ma p'tite fille, je vais te dresser, moi, tu crois que je vais finir ta vaisselle à ta place, ton père arrive "
La voix âcre et dure de sa mère venait sur elle comme un acide, un jet de fiel.
Son père arrivait, ça, elle le savait, elle avait entendu. 
"Pourquoi Daniel ne fait rien"
Un autre aller retour, prévisible cette fois, la secoua pour la seconde fois en quelques minutes. 
"tu réponds ? tu vas voir ma p'tite fille tu vas me le payer, c' est pas à un garçon de faire la vaisselle".
Elle connaissait cette sentence par cœur pour l'avoir tant entendue, mais elle n'en voyait toujours pas le fondement. 
Mais pourquoi ? se disait-elle à chaque fois.

La vaisselle essuyée, elle lava son frère et sa petite sœur, jeta l'eau de la grande cuvette d'émail blanc, et alla vite mettre la table.
Son père hurlait et sa mère aussi, le sujet de la dispute lui était comme chaque soir inconnue.
Le petit logement était composé de trois minuscules pièces l'une à la suite de l'autre. Au sortir de l'escalier-échelle, on entrait dans une petite pièce qui servait de cuisine, avec une table, une cuisinière et une pierre d'évier avec son robinet d'eau froide bien évidemment. En trois pas on entrait dans la seconde pièce où la famille prenait ses repas.
Pompeusement nommée salle à manger, cette pièce petite également, était meublée d'une table ronde et ses cinq chaises, le si vilain buffet de bois blanc, et le lit-cage en métal de ses parents.
La dernière pièce était la chambre. le mobilier ici encore, était plus que rudimentaire et surtout très laid. 
Le sol couvert d'un vieux balatome sans couleur, Un lit en fer pour sa sœur et elle, un autre lit plus petit, pour son frère, une vieille armoire à glace, une planche en bois, qui servait de penderie avec un bout de tissu vert et gris, qui cachait le grand pot de chambre émaillé, qu'elle allait vider chaque matin, dans les "ouatères" de la maison en bas dans la cour.
Devant l'assiette de son père, elle avait pris grand soin de ne rien oublier : le grand couteau pliant, le quart en fer, ramené avec fierté de l'Algérie, le poivre sacré, qui en cas d'oubli provoquait des drames: "lou diable me crame l'âme, il n'y a rien sur cette table, y'a pas de bonnes femmes ici ? c'est aux hommes à tout faire dans cette maison !!...."
"Linette tiens toi droite, va chercher le pain pour ton père, tu lui as taillé sa soupe..?."
Les cris continuaient, et le drame se précisait, les yeux sur les deux bouteilles de vin, Linette lisait et relisait les étiquettes, lire, lire et lire encore, lire n'importe quoi, les étiquettes, l'almanach Vermot, les images de son livre de catéchisme, les titres du journal "l'humanité" derrière lequel, à table, disparaissait le visage de son père, les pubs du métro , Dubo Dubon Dubonnet ...
Mais lire, lire, s'enfermer dans un livre.
Au milieu du repas l'explosion du père fit trembler la table, les bouteilles sur celle-ci s'entrechoquaient après le grand coup de poing de celui ci ponctué comme toujours du cri en patois "lou diable me crame, qui est le maître ici...on va voir de quel bois je me chauffe..."
cette voix puissante, menaçante, et violente était chargée de haine;
"Les gosses, allez vous coucher !" 
L'ordre était sans réplique possible, exécutable sans délai comme une fuite.
Derrière la porte les hurlements étaient comme des bêtes qui attaquent, les trois enfants debout dans le noir, entendaient les bruits sourds des premiers coups, le raffut se mêlaient à leurs prières. 
A genoux derrière la porte, Linette et son frère suppliaient jésus et son père, sa mère, les saints., tous les habitants du ciel étaient suppliés, appelaient au secours
Les deux enfants, marchandaient :
"Dieu envoies nous un orage, ....non, deux orages mais que mon papa et ma maman ne se battent pas" 
Et les chocs et les bruits sourds continuaient.
Quatre orages.... dix orages...Le bruit de bagarre s'amplifiait, les enfants hurlaient. 
Linette entendait le cri aiguë de bête folle, terrifiait qui sortait de sa gorge malgré elle.
Dans cette pénombre elle devinait sa sœur et son frère, tout comme elle, blancs comme des morts avec leurs lèvres qui tremblaient de façon spasmodique.
La porte céda, la mère hurlait :
"pas devant les enfants, arrête pas devant les enfants, non, je t'en supplie".
Son visage était en sang, ses beaux cheveux noirs ébouriffés et ses yeux déjà gonflés par les coups. elle se mettait à genoux, les mains sur la tête et criait de peur.
Dehors, on entendait le bruit de la voisine et des policiers habitués à venir mettre fin aux "scènes de ménages bi ou tri hebdomadaires".
" ça va mal finir, si vous continuez comme ça, vous deux !! on est là deux à trois fois par semaine, y'en a marre de vous !! "
Quelques minutes de morale, quelques menaces, et le rappel à l'ordre terminé, l'intervention paraissait suffire à tous. 
Les gendarmes rappelaient que déranger ainsi les voisins était interdit. C'était du tapage nocturne ! c'est interdit !
Puis ils reprenaient leurs vélos et repartaient jusqu'à la prochaine fois.
Les cris éteints, la gorge des enfants serrée, mais les yeux sans larmes, tous se retrouvaient au lit dans leur culotte et maillot de corps en interloque. 
La lumière éteinte Linette sentait collée contre elle sa petite sœur, elle l'entendait respirer régulièrement et s'endormir.
Daniel dans son lit à un mètre de ses sœurs avait finit sa prière, il s'apaisait lentement, sa respiration aussi devenait plus lente et plus profonde. 
Linette avait si mal à la peau que les draps rêches semblaient s'accrocher à ses jambes. Elle se sentait raide comme la mort, elle était tendue, elle avait envie de vomir. 
Ça y est ! se dit-elle, terrorisée. 
Le trouble recommençait, elle devenait folle encore, folle comme ses parents : elle sentait ses jambes croisées au dessus du genoux. 
Elle promena ses mains sur ses cuisses pour faire cesser le charme et constater qu' elle était bien étendue, avec les jambes allongées, droites, parallèles, mais des jambes serrées fort, comme collées l'une à l'autre.
Et elle entendait, derrière le mur le bruit des soupirs et la cadence régulière des corps de ses parents dans le lit-cage.

Lydia Maleville


Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
43 Personne(s) en ligne (9 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 43

Plus ...