| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Afficher/Cacher la colonne
Accueil >> xnews >> Quand l'âme s'assoupit. - Poèmes confirmés - Textes
Poèmes confirmés : Quand l'âme s'assoupit.
Publié par Bacchus le 20-12-2014 20:27:16 ( 801 lectures ) Articles du même auteur



Hola ! encor un peu et j'allai hiberner !
Je me sentais glisser dans quelques habitudes ;
Du fond de mon fauteuil, j'avais la certitude
Que le monde, engourdi, s' arrêtait de tourner.

J'avais tout ce qu'il faut. Beaucoup trop, je le sais.
Juste en tendant le bras, ( j'acceptais cet effort ),
Je trouvais sous ma main, assurant mon confort,
Des fruits, un bon bouquin ou bien des mots croisés.

Celles de ma maison, à l' heure des repas,
Venaient me proposer le nouveau plat du jour.
Je manquais d'appétit mais grignotais toujours :
J' aurais fait de la peine en ne le goûtant pas.

En somnolant, souvent, dans un demi sommeil,
Des chuchotis, parfois, tout empreints d'inquiétude,
Un bruit dont ma maison n'avait pas l'habitude,
M'arrivaient, douloureux, au creux de mon oreille.

Je m'efforçais alors à être pétulant.
N' étais-je pas celui qui vainquit la camarde,
Celle qui vient parfois et qui, même, s' attarde
Pour repartir, déçue, et les deux bras ballants ?

D'ailleurs, tout va bien mieux. Voyez, je fais les courses,
Puis j'ai téléphoné, rendu quelques visites;
Et j'ai bon appétit: ce soir, je veux des frites !
Qui a dit que j'allais hiberner comme un ours ?

Voyez? noël est là ! Je veux un grand festin !
Que tout le monde rit, qu'on me serre dans ses bras,
Que l'on chante, joyeux, tout au long du repas.
Allez, dressez la table et servez-moi du vin !

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Loriane
Posté le: 20-12-2014 21:01  Mis à jour: 20-12-2014 21:01
Administrateur
Inscrit le: 14-12-2011
De: Montpellier
Contributions: 9123
 Re: Quand l'âme s'assoupit.
Pas de temps, surchargée, en retard comme dab, bronchiteuse et fatiguée, mais ton pis, ton pis, je veux te faire la fête. Warf, warf ...
Toujours si bien écrit, toujours si humain, toujours la belle cadence des mots qui animent nos sentiments.

Citation :
Voyez? noël est là ! Je veux un grand festin !
Que tout le monde rit, qu'on me serre dans ses bras,
Que l'on chante, joyeux, tout au long du repas.
Allez, dressez la table et servez-moi du vin !


Rouge, blanc pétillant ?? ?

Merci Bacchus bon Noël, bon réveillon.
Iktomi
Posté le: 20-12-2014 23:36  Mis à jour: 20-12-2014 23:37
Modérateur
Inscrit le: 11-01-2012
De: Rivière du mât
Contributions: 682
 Re: Quand l'âme s'assoupit.
Ami Bacchus, quel grand plaisir de te voir de retour avec un beau texte plein de vie et d'optimisme.

Je te souhaite de très bonnes fêtes.

Bien à toi.
couscous
Posté le: 23-12-2014 17:18  Mis à jour: 23-12-2014 17:18
Modérateur
Inscrit le: 21-03-2013
De: Belgique
Contributions: 3218
 Re: Quand l'âme s'assoupit.
Cher Bacchus,

Comme j'aime retrouver tes mots sur l'ORée. Ils nous racontent un peu de toi, tout en restant pudiques.
Si tu réclames des frites, c'est bon signe ! Pour manger les meilleures, je t'invite dans mon cher pays.

Je te souhaite de merveilleuses fêtes de fin d'année, entouré de tes proches.

Grosses bises

Couscous
Anonymes
Posté le: 24-12-2014 15:00  Mis à jour: 24-12-2014 15:00
 Re: Quand l'âme s'assoupit.
J'aime beaucoup votre poème.
De l'espérance au bonheur touchée par une grâce de l'optimisme.
Portez vous bien et joyeux Noël à vous au milieu de celles et de ceux qui vous sont chers et que vous aimez.

Et que le vin de Bourgogne coule à flot (pardon pour le chauvinisme bourguignon) ou de tout autre vin de votre préférence.

Bien à vous.

Jacques
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
47 Personne(s) en ligne (14 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 47

Plus ...