| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Le rouge filet de sang - Poèmes - Textes
Poèmes : Le rouge filet de sang
Publié par modepoete le 28-05-2012 17:40:00 ( 618 lectures ) Articles du même auteur



Il était ce soir, je fus fiancé du noir
Qui m’offrait gentil sa solitude
Là mon sourire d’amertume
A pleuré un trop grand bonsoir

Les aux revoirs ont le devoir
De vous laisser à la peine
Engoncé dans votre haine
Qui hurle à chaque grand soir

Là vos yeux se ferment morts
Sur la dernière image de celle
Que vous pensiez immortelle
Et l’impossible soudain vous mord

Les fenêtres de ma vie sont closes
Flous s’éloignent les paysages
De sa beauté et je m’enrage
Stupide réalité qui lâche s’impose

Le rouge filet de sang me repose
Se tourbillonne lentement ma vie
La vague se va là bas vers mon lit
Et mon corps chahute sa nuit : Il ose

Réveil infernal, l’impensable fait
D’une douce empreinte indélébile
Que jour voulu cacher futile
Pour m’assurer cet amour de la vie dorée.

Il sera ainsi dans le confus de demain
Mes amis ! Jour pour moi ne sera plus
Resterons là dans la lumière à peine retenue
Mes quelques mots beaux pour in futur gai matin
☼ƑƇ

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
37 Personne(s) en ligne (8 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 37

Plus ...