| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Mes chers amis- 2 - Nouvelles - Textes
Nouvelles : Mes chers amis- 2
Publié par Bacchus le 28-05-2012 18:00:00 ( 775 lectures ) Articles du même auteur



Mactou :



Il avait un prénom et un nom, comme tout le monde, mais pour tout le monde, c’était Mactou, une association de mots à la mode normande . Il était tout, sauf mon ami, mais comme il était persuadé que j’étais le sien, je lui rends cet hommage posthume.

Je vais tâcher de le définir avec bienveillance et objectivité ( je sais, c’ est inconciliable ).

Le père de Mactou était un dur. Ses oncles, ses frères aînés étaient des durs. Lui, aurait bien voulu. Il en avait les ingrédients: la méchanceté, mais une méchanceté souriante. Le vice, mais son sourire désarmait, la malveillance, mais il avait le don de faire soupçonner les autres, la malhonnêteté mais on le prenait souvent sur le fait. Au centre de formation professionnel ( celui où Ti-Louis avait fait un séjour ), il s’était fabriqué une légende : on racontait que, lorsqu’il était de sortie, il suffisait de le prendre par les épaules et de le secouer un peu pour qu’ une pluie d’outils tombe au sol. Je n’en doute pas, tout ce qui était visible lui appartenait.

Il se faisait qu’il avait une admiration sans limite pour ma personne, obstinée, sans lacune, à tel point qu’il ne m’a jamais, au grand jamais, fait la moindre entourloupe . C’en était suspect. Je l’ignorais, c’était tout ce que je pouvais faire, compte tenu de sa correction envers moi. Mais quel affreux jojo ! Le genre de type à étouffer de rire après avoir fait un croche-pied à un aveugle. Un exemple: un jour que je promenais avec Ti-Louis sur un trottoir, en ville, Mactou, sur ma demande, marchait sur le trottoir d’en face, avec une autre crapule de la même envergure. Des hurlements, des cris, des bruits de freinage brusques.

Sur le trottoir d’en face, les deux compères venaient de massacrer un passant qui gisait, maintenant, en sang, dans une vitrine brisée .Quand, plus tard, nous leur avons demandé pourquoi ils avaient fait cela, ils se sont regardé en rigolant . On les avait provoqués ? Non…Il avait une sale tête ? savaient pas….Non. Ils s’emmerdaient.

Quand je sortais de chez moi pour aller voir Ti-Louis, Mactou était assis dans le caniveau, à m’attendre. Il se levait quand j’étais passé et c'était parti pour la journée; il nous suivait, un peu en retrait, près à nous rendre service si l’idée nous en venait. Parfois, quand même ( ce n’était pas un chien ) , on lui parlait un peu et il s’approchait. On l’a toujours regretté. Si on longeait la nationale, pour nous amuser, il lançait un grand coup de sifflet. Il avait le don de pouvoir imiter le sifflet de gendarme, par stridulation de la langue. Ça ne ratait pas: les voitures,qui passaient donnaient de grands coups de freins et Mactou filait en riant aux éclats pendant que les portières s’ouvraient. Qu’ est-ce qu’ on pouvait faire d’ autre que de le suivre.? Et puis on le remettait en quarantaine.

Mactou avait une peur panique des filles. Mes petits succès devaient être pour beaucoup dans son intérêt pour ma personne. Aussi, il était notoire que la vertu de Mactou était intacte.

Les grandes prairies Normandes réservent bien des surprises, lorsqu’ on va y chercher des champignons. Pour certains, cela fini par une carapate devant une horde de vaches en furie. Mactou, lui, y a rencontrer sa bonne fée !

Il a rompu la loi du silence pour nous raconter sa merveilleuse aventure.
Parti aux champignons dans les plaines environnantes, il a aperçu au loi la fi’ Louise. C’ était une nymphomane, en soin permanent, bien connu par tous les mâles du canton et de ses abords. Elle avait des soirs de bals où son carnet de danses ressemblait à un bottin maltraité.

Elle aperçut Mactou. On peut affirmer qu’ il a été violé, dans la mesure où il a couru moins vite qu’ elle.

Et qu’ on ne vienne pas me dire que le viol d’ un homme n’ est pas possible ! Comme Mactou nous l’ a expliqué, il s’ est défendu, mais la fi’ Louise avait une force décuplée par sa passion obsédante. Alors, la chair est faible…

Une bonne chose de faite .

Quelques années après mon départ, à l’occasion d’ un voyage au pays, j’ ai appris que Mactou s’ était marié.Avec la Titine. Ils ont eu un pot immense tous les deux : Mactou, personne n’en voulait, Titine, tout le monde s’en servait !

Des années sont passées sans que j'entende parler d’eux.

C’ est à Fos sur mer que j’ai appris. Décidément, Fos sera un point de chute pour bien des ouvriers de Normandie.

Dans un terminal pétrolier, je rencontre toute une équipe de mon ancienne commune, dont des gars de mon ' village'. On parle un peu de tout le monde et on arrive à parler de Mactou.

- « Tu n’es pas au courant ? « me dit l’ un d’eux. Je n’étais évidemment au courant de rien .

- « Attends. « Il va vers sa voiture et m’en ramène un exemplaire du journal Détective.

En première page, en gros plan, Mactou me faisait son grand sourire de communiant Le titre était explicite : il avait éventré l’amant de sa femme qui se moquait de son infortune. J’ai alors lu l’article et je vous prie de m’ en excuser, je me suis tordu de rire. La description du crime, par lui- même, n’avait rien d’original: Mactou était cocu avant, pendant et après son mariage. Ça, il s’en fichait. Mais qu’un mal élevé vienne lui en faire le reproche et se moque de lui sous son nez, jamais !

D’ autant plus que Titine était encore au lit et entendait tout, pendant que son amant faisait un break en buvant du gros rouge avec Mactou. Et l’amour-propre, alors !

Non. Ce qui m’a fait beaucoup rire, c’ était le lyrisme que le reporter avait apporté à son texte. Une preuve flagrante qu’ il n’avait jamais, au grand jamais, été se renseigner sur place. En voici un petit résumé à sa manière :



« Les deux tourtereaux avaient fait connaissance à la fête du village. Rougissant tous deux, ils avaient ressenti ,une forte attirance l’un vers l’autre. Et c est par un beau soir de printemps, dans le jardin du père de la jeune fille ( ! ! ! Sa baraque était près du bassin de traitement des eaux usées ! ) que le jeune homme demanda sa main à Titine.



J’ ai demandé, il y a peu de temps , à une amie de là-bas, ce qu’ était devenu Mactou. Elle m’ a répondu, à la mode du pays : - « Mactou ? Ah ben y’ a ben longtemps qu’ il est mort ! «



Requiescat in pace…..

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Loriane
Posté le: 30-05-2012 13:45  Mis à jour: 30-05-2012 13:45
Administrateur
Inscrit le: 14-12-2011
De: Montpellier
Contributions: 9049
 Re: Mes chers amis- 2
C'est très croustillant. Et crois moi quand on aura comparé ta collection de phénomènes à la mienne on risque de penser qu'ils sortent de la même usine.
Ça c'est du plaisir Merci
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
40 Personne(s) en ligne (6 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 40

Plus ...