| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Les rochers de l'île - Poèmes - Textes
Poèmes : Les rochers de l'île
Publié par bleuterre le 28-05-2012 19:20:00 ( 900 lectures ) Articles du même auteur



Parfois j'y échoue

En nages incertaines



Battue par le vent les soirs de tempête

Sous les ciels noirs

Au creux des rochers je me niche

M'accroche à la paroi

L'eau furieusement m'invite à danser dans ses flots enfiévrés

Je me transformerais bien en oiseau

Pour tournoyer au dessus des abîmes

Dans un dernier tango

Furieux

Mon corps lourd finirait sa course

Sur les pals granitiques



Sur l'île

Je n'entends que le vent

Il siffle

Assourdissant

Les voix du large

Ou de la terre

Sont rompues

Je ne vois

Que des éclairs qui masquent

La beauté de l'océan



Je pourrais aimer

Ce paysage romantique

Assise sur un trône de pierre

sous le joug

De la reine des enfers

Ou lui succéder un jour

Me pétrifier

devant les moires encolérées


Quand le jour se lève

Le moteur du bateau

Invite au retour

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Terra
Posté le: 29-05-2012 00:31  Mis à jour: 29-05-2012 00:31
Plume d'Or
Inscrit le: 19-02-2012
De: Snake eye
Contributions: 366
 Re: Les rochers de l'île
J'ai beaucoup aimé ce poème :)
bleuterre
Posté le: 29-05-2012 12:06  Mis à jour: 29-05-2012 12:06
Aspirant
Inscrit le: 28-05-2012
De:
Contributions: 31
 Re: Les rochers de l'île
Merci Terra
Loriane
Posté le: 29-05-2012 17:22  Mis à jour: 29-05-2012 17:22
Administrateur
Inscrit le: 14-12-2011
De: Montpellier
Contributions: 9029
 Re: Les rochers de l'île
Flots furieux.
Battue par le vent les soirs de tempête
Sous les ciels noirs
Au creux des rochers je me niche
M
'accroche à la paroi
L'
eau furieusement m'invite à danser dans ses flots enfiévrés
Je me transformerais bien en oiseau
Pour tournoyer au dessus des abîmes

L'ambiance est très bien rendue, on y sent le désarroi.
Tu es la deuxième avec Lucinda à vouloir être un oiseau.
et
le bateau apparaît comme un retour à la vie.

merci
A Bientôt
bleuterre
Posté le: 29-05-2012 18:13  Mis à jour: 29-05-2012 18:13
Aspirant
Inscrit le: 28-05-2012
De:
Contributions: 31
 Re: Les rochers de l'île
merci de ta lecture !
lucinda
Posté le: 29-05-2012 19:53  Mis à jour: 29-05-2012 19:53
Plume d'Argent
Inscrit le: 05-04-2012
De:
Contributions: 137
 Re: Les rochers de l'île

J'ai beaucoup aimé
Surtout le fait de se transformer
En cette oiseau ailé

Lucinda


bleuterre
Posté le: 29-05-2012 20:44  Mis à jour: 29-05-2012 20:44
Aspirant
Inscrit le: 28-05-2012
De:
Contributions: 31
 Re: Les rochers de l'île
oui, les mots et les rêves permettent cela, l'espace de quelques temps....
Merci de ta lecture, Lucinda
lucinda
Posté le: 29-05-2012 20:49  Mis à jour: 29-05-2012 20:49
Plume d'Argent
Inscrit le: 05-04-2012
De:
Contributions: 137
 Re: Les rochers de l'île
Comme j'aimerais que les mots et les rêves ne se terminent pas. C'est bien plus sympa que la réalité.
Je vis dans mon monde de bisounours, ne m'en voulez pas
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
37 Personne(s) en ligne (7 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 37

Plus ...