| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Votre avis m'intéresse, suite : - Nouvelles confirmées - Textes
Nouvelles confirmées : Votre avis m'intéresse, suite :
Publié par dominic913 le 28-03-2015 12:14:44 ( 599 lectures ) Articles du même auteur
Nouvelles confirmées



- Madame, j'entends vos difficultés. Votre agenda est surchargé. Mais là n'est pas la question. Je vous parle de votre fils… de Nathanÿel. L'enfant de dix ans qui porte votre nom ?
- Oui, je sais qui est Nathanÿel. Vous me prenez pour une idiote, ou quoi ? Avait-elle répliqué sèchement. Je ne suis peut-être pas très assidue en ce qui concerne son bulletin trimestriel. Mais je n'ignore pas que j'ai un fils. Il s'est mal comporté à l'école ? Il a été impoli avec vous ? Il vous a frappé ? » Au fur et à mesure de son énumération, son ton s'était durci. « J'espère qu'il n'a pas fait de bêtises?
- Pas du tout, au contraire, l'avait-il rassuré. Le fait est que c'est un garçon solitaire, extrêmement réservé. Ses notes dépassent rarement neuf ou dix de moyenne. Or ça ne me choque pas.
- Ah bon ? » Le timbre saccadé de ma mère s'était adouci. « J'avoue que je ne prête pas attention à son bulletin scolaire. Je me contente de le signer lorsque c'est nécessaire. Son père n'y jette mème pas un coup d’œil, c'est dire ! Néanmoins, je ne tolère pas l'indiscipline. Mon mari et moi l'avons éduqué dans le respect des règles. Nous lui avons expliqué qu'il était important d'honorer ses aînés ; de dire « bonjour », « merci », au revoir », de se tenir correctement à table lors des repas de famille, etc. Je ne saisis dès lors pas le but de votre appel ?
- Que Nathanÿel n'ai pas de meilleures notes ne vous interpelle pas ? Qu'il soit si isolé ne vous questionne pas ?
- Oh…, il a toujours été sauvage. Son apparence y est certainement pour quelque chose, je ne le nie pas. Les Valÿriens, les Azteÿcts, ou les Nephlÿms ont beau pulluler dans les rues de nombreuses cités du royaume de France, celui qui se singularise sera forcément malmené par les autres membres de sa propre Race. Cela a été depuis l'Aube des Ages. Alors, depuis les débuts de la Seconde vague de colonisation des Amériques, ça n'est allé qu'en empirant. Gare à ceux qui, comme mon Nathanÿel, se démarquent du reste de la population. Je n'envie pas ceux et celles qui sont détenteurs du « Don ». Obligés de renoncer à une existence « normale » ils fuient. Ils tentent d'échapper à l'animosité qu'ils suscitent chez l'ensemble des espèces intelligentes peuplant le globe. En dernier recours, ils sont condamnés à se cacher au cœur de leurs « Citadelles Telluriques ». Je ne souhaite ça à personne ; même pas au pire de mes ennemis.
- Je…
- Êtes vous au courant des rumeurs qui courent au sujet de ces Citadelles ? Non ? Eh bien, je vais vous éclairer. Car beaucoup de bruits circulent à leur propos. Certaines prétendent que leurs fondations s'enracinent à plusieurs centaines de mètres sous la surface des villes où elles sont édifiées. Elles soutiennent qu'elles plongent en deçà de leurs lignes de métro. Elles allèguent que nombre de leurs cryptes accèdent aux réseaux d'égouts les plus archaïques. Ne dit-on pas que la Citadelle Tellurique implantée à Paris a été fondée à la chute de l'Empire Romain ; que c'est avec le sang de Géants des Carpates qu'Alberÿc a soudé les blocs de pierre titanesques qui la maintient debout. N'abjure t-on pas aussi que celle de Toulouse a manqué d'être anéantie par Simon de Montfort au début du XIIIème siècle lors de sa Croisade contre les Cathares. Il y a forcément une cause à son geste ! Ne certifie t-on pas que celle érigée ici, à Bordeaux, a servi de refuge à des Templiers traqués par des Mulsÿms du Sultanat de Nasiryah et des Cités-Etats de Mossoul et de Kirkouk. Même les Chroniqueurs du Librarium de Tours ne sont jamais parvenus à résoudre cette énigme. Et pourtant, vous savez combien ils sont tenaces…
C'est pour ces raisons, entre autres, que je plains les détenteurs du Don. Depuis des siècles, ils sont bannis de la communauté. Ils ont été torturés, emprisonnés, expulsés de tous les lieux où ils ont émigré. Il n'y a qu'aux abords de la Frontière Nord-Américaine qu'ils ne sont pas encore exclus. Les Elfiens les laissent – pour le moment – y accéder sans problèmes. Mais, croyez moi, cette situation ne va pas durer éternellement. Déjà, ils ne leur facilitent pas les choses. Un Conjurateur de mes contacts travaille pour une firme Elfienne de Pennsylvanie. Et il y a peu, ce dernier m'a confessé que les nations Iroquoises et Cherokees installées non loin de la Frontière, mais du coté Contrées Extérieures, s’apprêtaient à signer un accord avec les Elfiens pour les refouler vers l'Ouest. Elles auraient de plus en plus de mal à tolérer que des Citadelles Telluriques soient fondées à proximité de leurs espaces de chasse. Vous admettez qu'il n'est pas bon d'être né avec le Don. Et, selon mon opinion…

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
37 Personne(s) en ligne (11 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 37

Plus ...