| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Le rêve de Zhuangzi - Nouvelles confirmées - Textes
Nouvelles confirmées : Le rêve de Zhuangzi
Publié par antares le 10-06-2012 22:10:00 ( 681 lectures ) Articles du même auteur
Nouvelles confirmées



Le rêve de Zhuangzi


Le royaume de Chu avait connu de nombreux troubles cette année-là. Il y avait songé quelques fois, puis avait laissé ses sujets loin de ses préoccupations. Ses yeux sont à demi-ouverts, il ne s’est pas encore éveillé au petit souffle du matin. Etendu sur son lit, ses mains croisées sont posées sur son ventre qui se gonfle et se rétracte au rythme de sa respiration. Est-il du côté du rêve, de la veille ? Sent-il la chaleur du soleil qui se découvre derrière le tilleul de la cour, ou bien jongle-t-il encore avec ses pensées, résidus du songe qu’il vient de faire ? Ils clignent des yeux.

La pièce est emplit d’une clarté nouvelle, propice à toute sorte de découvertes. On entend le chant de quelques oiseaux qui annoncent le retour du printemps. Sa femme dans la pièce d’â côté, s’affaire à plier les tuniques et les coiffes tout fraîchement lavés. Elle aimerait chanter, mais de crainte de le réveiller, elle fredonne dans sa tête une mélodie que sa mère chantait elle aussi.
Zhuangzi ne bouge pas, couché sur le dos son corps ressemble à un mort que personne n’aurait encore remarqué, qui aurait toujours été là, momifié par le temps. Y-a-t-il un mirage à voir en cet homme un cadavre ? A-t-il rendu son dernier souffle ? Ses petits battements de cils ne trompent pas. Il est réveillé. Il se souvient enfin comment ça a commencé. Il s’est endormi hier, après une journée passée à discuter avec son ami Huizi à propos de la joie. Comme ils voulaient disposer d’un moment agréable, ils avaient tous les deux décidé d’enjamber le petit pont de rivière du Vent, pour aller s’assoir au milieu d’un champ, à l’abri d’un grand érable dont les feuilles étaient redevenues à l’orée de cette nouvelle saison d’un vert vif.

Zhuangzi n’avait pas vraiment envie de parler à vrai dire, il préférait sentir la présence de son ami, et admirer à une centaine de mètres les formes nouvelles que présentait la colline. Il aimait à sentir tous les mouvements des énergies, venir du ciel, épouser la terre et repartir vers le ciel. Son ami Huizi était lui beaucoup plus impatient d’en découdre. Il voulait parler de sujet auquel il avait réfléchit depuis déjà plusieurs mois. Il avait apporté avec lui du papier et un pinceau, pour prendre quelques notes au cas où ils trouveraient une idée géniale avec son ami. Zhuangzi lui s’était assis, immobile, il laissait son regard se perdre sur les vagues du vent. Huizi savait que lorsqu’il faisait ça, il ne voulait pas vraiment discuter. Puis au bout d’un moment il dit :
« Tu as vu là-bas ce grand arbre ? »

Huizi répondit : « Je l’ai vu, bien sûr qui ne le verrait pas, il domine tous les autres ».

« Pourquoi ne serions-nous pas comme lui ? » dit Zhuangzi.

« Parce que nous sommes des hommes », dit Huizi.

« Je crois pourtant que mon vrai maître n’est pas parmi les hommes, il se tient là ». Il fit un mouvement de la tête en direction du grand arbre.

« Un maître transmet un enseignement, comment pourrait-il être un maître ?». dit Huizi.

« Un maître enseigne sans paroles. As-tu vu avec quelle simplicité il a pris place au sein de la terre, et vient habiter l’air comme si le ciel était sa demeure destinée ? »

Huizi hocha le menton, en se demandant ce que Zhuangzi avait encore derrière la tête. Il aurait voulu parler d’autres choses que d’un arbre. Mais son ami ne le quittait pas des yeux. Qu’est-ce qui pouvait tant l’obnubiler, se demanda Huizi.

Zhuangzi dit : « Il a compris quelque chose de simple que les hommes mettront des siècles à entrevoir. »

« Quelle chose ? » demanda Huizi.
Zhuangzi ne répondit pas.

« Comment peux-tu penser à propos d’un arbre ? Lui n’a pas de pensées » reprit Huizi.

« C’est justement ça ». dit Zhuangzi

« Tu ne changeras donc pas, les hommes soit t’indifférent soit te repoussent ». dit Huizi.

« Ce n’est pas que je ne les aime pas, mais c’est que quand je les regarde leur ridicule me saute au visage. Les poissons de la rivière avec leurs grandes bouches et leurs yeux ronds qu’on dirait si stupides, me semblent plus dignes parfois que les hommes. Leur langue les dispense toujours trop d’observer, et donc de voir vraiment. L’arbre voit mieux que toi et moi ».

« Mais nous sommes dans l’à peu près, voilà pourquoi l’homme est homme. Entre ciel et terre. Notre destin est une séparation. » dit Huizi en regardant son ami, qui n’avait toujours pas tourné la tête et regardait fixement l’arbre loin devant.

« Peut-être. L’arbre lui ne l’est pas. » dit Zhuangzi.

« Cesse donc ton admiration, on dirait un enfant qui convoite une friandise. Parlons plutôt de la joie, qui nous concerne bien plus ». dit Huizi. Zhuangzi ne répondit rien.

Le soleil avait déjà tourné lorsqu’ils finirent leur discussion. Il inondait à présent la colline et le grand arbre de lumière. La couche orange qui se mêlait à présent à la verdure de la colline lui donnait l’apparence d’un joyau qui aurait été égaré par un géant. Le vent avait cessé, mais une légère brise venait encore caresser les champs, qui ballotaient à droite à gauche. Zhuangzi se leva le premier.

Huizi lui dit : « Regarde sur ta tête ». Zhuangzi essaya de bouger pour voir. Il y avait un papillon d’une grande beauté, avec des ailes beiges sur lesquelles on aurait pu croire que se trouvait deux yeux d’ébènes. Il était d’une taille semblable à celle de la main de Zhuangzi. Lorsque Zhuangzi remua la tête, bien loin de s’en aller effrayé, il se posa sur sa manche. Zhuangzi lui dit bonjour, et le papillon ne bougea pas. Huizi dit : « Il n’a pas peur ». « Pourquoi aurait-il peur ? » rétorqua Zhuangzi. Ils se mirent en marche sur le chemin du retour et le papillon restait accroché à la manche, comme s’il avait élu domicile pour toujours. Zhuangzi le regardait de temps en temps, mais pas simplement avec un coup d’œil passager pour simplement vérifier s’il était toujours là, non il le regardait pour une raison précise. Huizi l’avait remarqué, il avait vu son regard sibyllin mais il ne s’en étonnait plus vraiment.

Il avait compris déjà il y a longtemps que son ami s’égarait dans des méditations obscures.
Ils se séparèrent à lisière du bois, au croisement d’un chemin menant à l’Est, et d’un autre menant au Nord, vers la demeure de Zhuangzi. Au moment où ils se séparèrent, une nuée d’hirondelles fendit le ciel en direction du Nord, et le papillon se détacha silencieusement de la manche de Zhuangzi. Avec légèreté il effleura son nez, puis allant dans les airs comme s’il bondissait au ralenti, il s’enfonça dans la petite forêt. Sa couleur contrastait avec la pénombre qu’abritait les grands arbres, et Zhuangzi le regardait jusqu’à ce qu’il ne put distinguer qu’une tâche blanche au loin. II s’endormit ce soir-là en faisant un rêve étrange. Il rêva qu’il était un papillon. Dans le rêve, le papillon rêva qu’il était Zhuangzi, puis au beau milieu de la nuit il se réveilla. Il se toucha la main, puis les pieds, il ne savait plus si c’était lui qui avait rêvé qu’il était un papillon, ou le papillon qui avait rêvé qu’il était lui. Puis il se rendormit.
Il se rappelait à présent ce rêve, mais n’arrivait pas encore à trancher la question. Qui rêvait vraiment ?

Antares

Tous droits réservés

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Loriane
Posté le: 11-06-2012 21:02  Mis à jour: 11-06-2012 21:02
Administrateur
Inscrit le: 14-12-2011
De: Montpellier
Contributions: 8939
 Re: Le rêve de Zhuangzi
Antarès, je suis très en rogne contre moi, j'avais fait un long commentaire que j'ai du encore oublier de publier.
Je te disais mon plaisir de retrouver ce songe du papillon qu'aurait fait le maître.
Lorsque j'ai découvert ce songe (il y a si longtemps !) cela a eu des résonances en moi et m'a ramenée à des états de mon enfance.
Des perceptions qui me faisait penser que rien n'existait en fait que tout n'était que création de nos esprits et que je pouvais tout aussi bien être ma rivière, mon chat ou un arbre. J'avais aussi l'habitude lorsque les choses étaient trop lourdes à vivre, d'aller "m’asseoir sur la lune "
Il est bien évident que je ne pouvais partager avec personne ses pensées "anormales "
Ces élucubrations m'ont longtemps posées problème jusqu'à ce que je rencontre au fil de mes lectures, ou dans mes cours d'autres humains qui m'ont semblé proches et donc bien rassurants.
Le Plaisir de te lire est d'autant plus grand que tu y ajoutes cette poésie si délicate de l'orient.
Excellente lecture pour moi : pour le fond, et aussi pour la forme.
Merci
antares
Posté le: 12-06-2012 14:02  Mis à jour: 12-06-2012 14:02
Plume d'Or
Inscrit le: 16-04-2012
De: Aix en provence
Contributions: 15
 Re: Le rêve de Zhuangzi
Bonjour,

Votre témoignage est intéressant. Merci pour votre commentaire. Content de savoir qu'il suscite des résonances. L'enfance est animiste, la poésie réactive dans un état d'adulte cette activité première. Baudelaire l'avait noté: " Le génie c'est l'enfance retrouvé à volonté".

Audere est vivere
Loriane
Posté le: 12-06-2012 15:22  Mis à jour: 12-06-2012 15:22
Administrateur
Inscrit le: 14-12-2011
De: Montpellier
Contributions: 8939
 Re: Le rêve de Zhuangzi
Très juste, je te rejoins, c'est lorsque je me mets en état d'écrire, que je retourne au fond de moi, que je retrouve enfouies ses sensations puissantes de l'enfance, sensations que je devais dissimuler par peur d'être "pas normale" aux yeux des grands si raisonnables. J'ai souvent eu le sentiment de ne pas être conforme et cela crée chez les enfants de la honte et même de la peur.
Merci je garde ce récit comme un signe, une retrouvaille à cultiver.
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
33 Personne(s) en ligne (7 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 33

Plus ...