| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Afficher/Cacher la colonne
Accueil >> xnews >> Mon ennemi - Nouvelles confirmées - Textes
Nouvelles confirmées : Mon ennemi
Publié par couscous le 27-05-2015 19:50:22 ( 895 lectures ) Articles du même auteur
Nouvelles confirmées



Mon ennemi est le temps qui passe ; il me vole ma jeunesse, de l'argent, la candeur de mes enfants, la lucidité de mes parents.

Depuis que je suis adulte, je tente de le contrer, d'être plus forte que lui. Mes armes sont des crèmes de jour, de nuit, des antirides alliés aux injections de Botox. Et lorsque ses traces marquent trop ma chair, c'est le bistouri qui se charge de remettre tout à sa place initiale. La peau qui pend, les rides du lion, les pattes d’oie n’ont pas droit de cité sur mon corps.

« Le temps, c’est de l’argent ». On ne peut empêcher les factures de tomber chaque mois qui défile. Mais mon argent est investi à long terme dans des placements sûrs et rentables, ainsi le temps est obligé de jouer dans mon camp, en ma faveur. J'achète du bon vin et mon ennemi se charge de le bonifier afin de m'offrir un régal pour le palais. Je m’en fais un allié de choix.

« Il faut laisser le temps au temps », c’est comme donner de l’argent à un milliardaire, de la sagesse au Dalaï Lama, verser de l’eau dans l’océan. Non ! Ne lui laissons pas l’opportunité de nous exterminer un à un sans avoir pu nous battre. C’est un peu le combat de David contre Goliath mais le petit ne gagne-t-il pas finalement ?

On me dit parfois de prendre mon temps, mais celui-ci reste du genre insaisissable. Il reste bien une des rares choses que l’on ne peut se procurer, même avec tout l’or du monde. Certains ont bien rêvé de créer une machine qui permettrait dompter le temps, de le remonter voire même de le devancer. Mais ces idées ne sont restées que jolis songes pour scientifiques allumés ou scénaristes imaginatifs.

Nos montres et nos horloges nous rappellent inlassablement son omniprésence, son omnipotence, son ubiquité et sa toute puissance dans nos misérables vies. Il se gausse de nos retards, de notre ennui face à sa lenteur, il jouit de nos douleurs.

Je ne peux empêcher mes enfants de grandir, de perdre leur innocence qui m’amusait tant et de devenir parents à leur tour. Quel plaisir de partager des moments de jeux et de joie sans la contrainte de la parentalité et de l'autorité obligatoire. J'ai développé une grande complicité avec mes petits-enfants.

Mes parents vieillissent et ont de plus en plus besoin de moi. Je me dois d'être à leurs côtés, à les veiller comme des gosses, à prendre des décisions à leur place. De statut d'enfant, me voici parent de mes propres parents ! Les tensions et les rancœurs du passé s'effacent de nos esprits pour ne garder que le présent. "Ô temps suspends ton vol !" clamait le poète. Comme j'aimerais que mon cri de rage se mêle au sien. Ne reste que le quotidien, l'essentiel, l'ici et maintenant. Je tente de partager au maximum des petits moments de joie lors d'une balade, d'un repas, d'un jeu de cartes. Des instants presque volés, avant les derniers car le temps, sournois, perfide, criminel, finit par reprendre la main et me les enlever.

Mes petits-enfants sont, à leur tour, devenus adultes et n'écoutent plus mes histoires d'antan, celles du "bon vieux temps". Peu à peu mes capacités diminuent et même les médicaments ne peuvent arrêter le processus inéluctable de la déchéance. Le temps gagne du terrain et me dérobe chaque jour une parcelle de vie jusqu'à ce que mes forces m'abandonnent. Il vole, tue, alors je dois le tuer à mon tour.

C'est ainsi que j'ai finalement vaincu le temps en devenant un souvenir immortel, un visage gravé sur une stèle en marbre sur une concession payée pour l'éternité.

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
dumont011
Posté le: 27-05-2015 22:35  Mis à jour: 27-05-2015 22:36
Plume d'Or
Inscrit le: 10-02-2012
De: tunisie
Contributions: 308
 Re: Mon ennemi
c'est notre ennemi à tous
otan suspends ton vol!
belle réflexion
couscous
Posté le: 28-05-2015 06:41  Mis à jour: 28-05-2015 06:41
Modérateur
Inscrit le: 21-03-2013
De: Belgique
Contributions: 3218
 Re: Mon ennemi
Nous sommes tous logés à la même enseigne.

Merci dumont011

Couscous
mafalda
Posté le: 28-05-2015 21:39  Mis à jour: 28-05-2015 21:39
Plume d'Or
Inscrit le: 02-02-2013
De:
Contributions: 836
 Re: Mon ennemi
J'ai bien pris le temps de te lire.
Le temps joue avec ou contre nous;
Tout dépend de ce que l' on en fait.
Merci couscous, à bientôt,
couscous
Posté le: 29-05-2015 06:25  Mis à jour: 29-05-2015 06:25
Modérateur
Inscrit le: 21-03-2013
De: Belgique
Contributions: 3218
 Re: Mon ennemi
Tout est une question de point de vue.

Merci Mafalda.

Coscous
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
43 Personne(s) en ligne (9 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 43

Plus ...