| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Ouille! - Poèmes confirmés - Textes
Poèmes confirmés : Ouille!
Publié par tagazou le 25-07-2015 15:41:44 ( 780 lectures ) Articles du même auteur



Je me souviens d’une aventure
Dans un parc où j’étais allé
Amoureux de ses azalées
En chaparder quelques boutures…

Or j’ignorais, je le regrette,
Qu’en plus des champs, des parcs, des prés,
Les fleurs ont un jardin secret…
Où sont cachées leurs amourettes

Ainsi humant de l’une d’elles
Le nard suave échantillon
Sur elle et sur les papillons
Comme j’en apprenais de belles…

Je fus par une renoncule
Qui n’avait rien de sensuel
Du parc l’agent contractuel ?
Chassé d’un coup de pédoncule !...


Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
EXEM
Posté le: 25-07-2015 17:45  Mis à jour: 25-07-2015 17:45
Plume d'Or
Inscrit le: 23-10-2013
De:
Contributions: 1480
 Re: Ouille!
J'ai ADORÉ! Merveilleusement écrit d'une façon que j;aime particulierement. Ce poème a une beauté compliquée et cachée par sa forme, comme celle de la nature. La fine chute de la fin est excellente et sa finesse... Ben... encore excellente.
Bravo.
emma
Posté le: 26-07-2015 12:02  Mis à jour: 26-07-2015 12:02
Modérateur
Inscrit le: 02-02-2012
De: Paris
Contributions: 1494
 Re: Ouille!
ha ha !
vraiment très sympa !
il faut respecter l'intimité des fleurs !

je t'envoie l'inspiration du moment :



Une simple renoncule
Une plante herbacée
Lui a dit : « recule !
Y’en a plus qu’assez ! »

Y’en a plus qu’assez
Des promeneurs ridicules
Qui se font passer
Pour de grands émules

Ces promeneurs poussifs
Aux dimanches, massés
Devant nos massifs
De plantes racées

Qui de leurs grands pifs
Viennent inhaler
En actifs « snif snif »
Nos belles azalées

Qui laissent derrière eux
Sans s’en rendre compte
Leur parfum squameux
Sans en avoir honte !

Y’en a plus qu’assez
De vos pieds de nez
De nos tiges cassées
Des bulbes piétinés…

Une simple renoncule
Renonculacée
Lui a dit : « circule !
Ou j’vais t’fracasser ! »
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
28 Personne(s) en ligne (9 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 28

Plus ...