| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Afficher/Cacher la colonne
Accueil >> xnews >> les yeux d'argent chapitre 10 - Nouvelles - Textes
Nouvelles : les yeux d'argent chapitre 10
Publié par tenshi le 27-02-2016 15:10:00 ( 417 lectures ) Articles du même auteur



j'eu a peine le temps de me retourner qu'il s'effondrais
"-ne t'occupe pas de nous dit shikiji
-il a raison fuit,fuit et amene mon frére avec toi
-NON !! je ne partirais pas sans toi lyte hurla kamisa
-si il le faut petit frére puis il me regardas des larmes dans les yeux s'il te plait corentin fuit
-kamisa dit je résigné viens
-mais...mais et mon frére dit-il larmoyant
-pour ton frére...et bien prend les médicaments dans mon sac et va le soigner lui et le moine,je m'occupe de Tokage
-mais corentin pourquoi... pourquoi fais tu sa ? demanda lyte
-pourquoi et bien tout simplement parce que nous somme amis dit je en souriant"
kamisa partit donc soigner son frere et shikiji,tandis que je dégainat fubukai et me dressa contre tokage pour le retenir
j'avais peur certe mais je defais le faire pour eux pour leurs permettre de fuir car trop de gens sont mort par ma faute
tokage me regardat de ces yeux vert emeraude et semblat parler mais je n'entendis rien,soudain il me fonça dessus lame en avant
je pus parrer le coup mais de justesse,je me redressa et trancha l'air avec fubukait,les flammes jaillierent de la lame et
se projetairent sur tokage qui reculat rapidement je continua en fessant jaillir la glace,elle reussi a erafler tokage qui
na parut même pas c'en aperçevoir et continua sa charge folle,il ne se contentait que de réaliser de grand mouliner avec son
arme mais meme se simple geste prenait une dimension folle venant de lui car le simple fait de crée un déplacement d'air avec
sa lame créait des ondes de choc,je ne pouvais que parrer car malgres mon entrainement, je ne détenais vraisemblabement pas
la puissance pour le vaincre,a un moment l'idée me venu de faire sortir les jumeaux mais comme si il avait deviné mes pensées
tokage poussat un hurlement si puissant qu'il me déssequillibrat,je tombat a terre tous en reprenant mes esprit,j'effleurat
de ma main une sorte de garde qui ressortait du sol;mais j'eu a peine le temps de me redresser que la lame de tokage
s'abattit sur moi,en un éclair je me retrouvat derriére lui sans comprendre comment cela avait pus ariver tout se que je
compris c'est que je l'avais frappé mais le plus étrange était que la lame que je tenais dans ma main n'était pas fubukai
"et bien ce n'est pas trop tot dit une fois derriére moi";il s'agissait des jumeaux qui c'était matériallissé,je n'en croyait
pas mes yeux mais alors qu'elle était cette épée dans mes mains
"je te repondrais une fois le danger écarter dit une voix dans ma tête";comme pour les jumeaux cette voix m'était familiére
donc je l'écoutat et dressa en face de tokage qui était entaillé au torse mais les cristaux constituant son épée avait recouvert
sa blessure et etait en train de refermer la plaie,les propriété de ces cristaux était impressionnante mais en même temps
assez terrifiante mais j'avais confiance en cette épées car je pensais savoir qui elle était je me mis donc en garde et fis
fassent a tokage afin de proteger Lyte,Kamisa et puis il y avait aussi Shikiji;je ne pouvais laisser aucun d'entre eux mourrir
tokage comme si il avait senti se changement dans mon attitude,esquissat un sourire puis il semblat se mettre en garde
comme si il voulait se battre sérieusement,il ne semblait plus en colére,il semblait même tous a fait conscient de se qui
l'entourait,il semblait...avoir retrouvé ces esprits mais les seule mots que je l'entendis prononcer furent les mêmes
qu'autrefois a savoir "c'est de ta faute,tout est de ta faute alors meurs GARDIEN !!!" puis il se jeta sur moi avec
une fureur renouvellé,mes relfexe furent suffissant pour me permttre d'esquiver ces coups mais il m'effleurat a plusieur
reprise,les blessure qu'il m'infligeait brulait enormément et mon nouveau sabre penait a contrer ces coups,proffitant
d'un moment ou il se reculait je me rua vers lui et assainat un grand coup sur le torse au niveau de sa plaie récente
les cristaux essayerent de le protéger mais a l'instant ou il touchérent ma lame,je les coupa comme de l'eau,ceci
ne m'étonnat qua moitie car si il était bien celui que je pensais il était normal que sa se produisent ainsi me
confortant dans la thése je me décidat a l'appellé par son pour dévoiler ses vrai pouvoir (les jumeaux m'avait dit
que les deux autre sabre avait été scellez une fois pour tsubao et deux fois pour fireiko car leur pouvoir immense
avait du mal a être contenu) je m'éloignat d'un bond pour chuchoter le nom de tsubao et il semblait je j'ai viser
juste car a l'entente de ce nom,de son nom une lumiére dun bleue teinté de vague violette entourat tsubao et
lorsqu'elle se dissipat son aspect tous entier avait changé la garde entourais ma main entiére dans une espéce
de coquillage en forme de goutte,la garde était en forme de multiple croc partant de chaque coté de celle-ci
et quand a la lame elle était en dent de scie et abordait de grande raie bleu sur la lame et la pointe des
dent de scie etait teinté de violet son aspect générale était impressionnant,il me semblait qu'elle devrait
se manier a la sorte d'une rapiére je fis donc face a Tokage et lançat un coup d'estoc,en réponse il me lançat
une mirade de cristal de toute forme mais au moment ou il s'approchait de tsubao de grande lame d'eau surgissait
de la lame et détruisait littérallement ceux-ci je parvins a le toucher en plein torse ou ma lame s'enffonçat
profondément,il hurlat de douleur avnt de se reculat mais grace au dent de scie de la lame il s'arrachat de grande
partie de chair et manquat de tombé,je mit moins d'une demi seconde avant de comprendre que s'était ma chance de le tuer
même si je n'en avait pas envie c'était le seul moyen pour lui d'expier ces crimes je me jeta donc sur lui mais au
moment ou ma lame allait le frappé elle fut arrête parune gigantesque épées qui tombat du ciel,cette épée était
terrifiante son pommeau était ornée d'un rubis entouréé de raie dorée la garde formait un long rectangle noir
toujours ornée de raie doréee et la lame fessait deux fois la largeur de mon poing,sa surface était grise et elle
était stridée de toute part je me reculat instinctivement et ont entendis une voix sortit de nul part
"-bien joué jeune homme mais tokage n'était pas en forme aujourd'hui je vais donc me retirez avec lui et nous reviendrons
plus tard
-qui est tu ? repond
-moi ? je ne suis qu'un mécéne qui cherche des réponses
-des réponse ? tu te fous de moi
-je n'oserais pas,je suis trés sérieux bon sur ceux aux revoir voyageur"
puis son épée accompagné de tokage disparut dans un éclat de lumiére,tsubao reprit son apparence normal puis je cherchas
les jumeaux des yeux car bien qu'il se soit matérialissé je ne l'ai ait pas vu pointé le bout de leur nez dans ce combat
je me calmat quand je vis qu'il aidais Kamisa,je me dirigat donc vers eux pour voir comment se portait Lyte et Kamisa

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
38 Personne(s) en ligne (9 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 38

Plus ...