| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Afficher/Cacher la colonne
Accueil >> xnews >> "souris, quelqu’un pourrait bien tomber amoureux de ce sourire" - passage tiré de Décision - Nouvelles - Textes
Nouvelles : "souris, quelqu’un pourrait bien tomber amoureux de ce sourire" - passage tiré de Décision
Publié par lucinda le 16-07-2012 23:30:00 ( 688 lectures ) Articles du même auteur



"C’est peut-être grâce au mystérieux Dimitri avec son regard bleu intense, qui me perce comme si j’étais nue devant lui, qui maintenant à pour ami un bleu qu’il sait fait en se battant, mais pas pour moi, vu que ce n’était qu’un rêve, mais pour je ne sais quoi, ses fossettes qui se dessinent quand il me sourit, la façon dont il était devenu tout rouge quand il m’avait dit ce qu’il éprouvait pour moi, ses cheveux noirs qui lui tombent dans les yeux, ce côté ténébreux créé avec ses rangers et sa veste en cuir et à la fois séduisante quand il m’attire contre lui pour me prendre dans ses bras et sensuelle quand ses lèvres, ses si belles lèvres qui m’appellent, me désir, que je dévore des yeux quand elle ne sont qu’à quelques centimètres des miennes, son parfum floral de pivoines blanches, sa moto qui fait de lui un garçon dangereux, qui aime l’aventure et qui à un côté joueur et sa maison à la fois menaçante, le décor d’un film d’horreur à l’extérieur, mais si douce et chaleureuse à l’intérieur que je suis heureuse, car pour une fois, je sens que je compte pour une personne, qui est autre que mes parents." pensa Lauren, assise à sa place en option spécialité mathématiques – c'est-à-dire à la première table de la troisième rangé, celle à côté de la fenêtre, contre laquelle elle était adossé – avant que le cours commence, en dessinant des petits cœurs sur son cahier. Ses amies, Coralie et Malicia, n’étaient pas en spécialité mathématiques – elles étaient plus branchés biologie – ce qui d’un côté était bien pour Lauren, car elle pouvait rêver tranquillement, enfin presque, car quelqu’un vint s’asseoir à côté d’elle, la coupant de ses rêveries et l’arrêtant dans ses fabuleux dessins, qui auraient pu être des œuvres d’art de l’amour naissant.
-Salut.
Elle attira son cahier sur elle, pour ne pas que le nouveau venu voit son art et releva la tête.
-Dimitri, dit-elle en lui souriant et en devenant toute rouge.
Elle s’était mise dans un état de béatitude, avec un simple « salut ».
-Je ne savais pas que ma venue dans ce cours allait faire tant d’émotions à cette matheuse, se dit-il à haute voix.
>>Moi aussi je suis content de te voir Lauren, mais regardes, je garde une expression neutre, même si je dois l’avouer, tu as un très beau sourire.
-Ma mère ne cesse de me dire « souris, quelqu’un pourrait bien tomber amoureux de ce sourire ».
-Ah, dit-il embêter, c’est pour ça.
-Quoi donc ? demanda-t-elle incrédule.
-Ben que je suis amoureux de toi. Tu devrais arrêter de sourire. Tu as déjà volé deux cœurs Lauren et si tu continus dans cette lancer, tu vas devenir cambrioleuse professionnelle.


Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
aliv
Posté le: 14-04-2013 17:21  Mis à jour: 14-04-2013 17:21
Plume d'Argent
Inscrit le: 25-03-2013
De:
Contributions: 290
 Re: "souris, quelqu’un pourrait bien tomber amoure...
oh la fin est toute mignonne. De très belle paroles.

Juste au début, une de tes phrase fais quasiment un paragraphe. C'est un peu trop long.
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
44 Personne(s) en ligne (6 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 44

Plus ...