| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Le dernier punk sur la Terre - Nouvelles confirmées - Textes
Nouvelles confirmées : Le dernier punk sur la Terre
Publié par Donaldo75 le 04-03-2016 08:36:02 ( 1050 lectures ) Articles du même auteur



Le dernier punk sur la Terre


Ivan avançait péniblement le long de la rue de Rivoli, entre les touristes japonais assoiffés de clichés et les badauds en quête de vitrines à lécher. Pour lui, le dernier punk sur Terre, la ville des Lumières représentait le stade ultime du « no future », la société de consommation dans toute sa laideur, un étron doré au pays des donneurs de leçons.

Ivan traversa vers le parc des Tuileries, fatigué de slalomer tous les dix mètres. Un clown peinturluré vint à sa rencontre, lui tendit un bouquet de fleurs en plastique et lui proposa de prendre la pose pour la postérité, moyennant une modique somme de cinq euros.
— Je n’ai pas un radis, répondit le jeune punk.
— Allez, cinq euros, ce n’est pas la mer à boire, supplia le clown, joignant le geste à la parole, dans un mime pathétique.
— Va taper les bourgeois, pauvre bouffon de macadam, cracha Ivan, passablement énervé par l’insistance du mendiant déguisé en personnage de cirque.

Le clown comprit, à l’air volontaire d’Ivan, qu’il valait mieux en rester là, sous peine de se prendre un coup de botte devant tout le monde. Il battit en retraite sans demander son reste. Ivan le regarda un instant puis reprit sa marche vers la place de la Concorde. La foule était toujours plus dense, signe des derniers beaux jours dans cet été indien inattendu. Les vendeurs de hot-dogs, les bateleurs de rue, les diseuses de bonne aventure habillaient le pavé parisien d’un petit côté médiéval, entre la Cour des Miracles et le conte de fées version Walt Disney.

Ivan bifurqua vers la gauche, en direction de la grande roue, ultime attraction avant l’Avenue des Champs Elysées. Curieusement, un attroupement s’était constitué là où les voitures ne pouvaient pas passer à cause de travaux jamais terminés. Ivan décida de se joindre à la foule, juste pour voir. Un prédicateur s’adressait à la masse des curieux, dans une sorte de dialogue inventé.
— Le Seigneur nous a quitté depuis bien longtemps, trop longtemps, lança l’orateur. Et vous savez pourquoi ?
— Non, répondit Ivan, curieux de connaitre la vérité sur la disparition divine. Il me tarde l’apprendre. Je n’en dors plus depuis des années.
— C’est facile de se moquer, jeune homme, répliqua le parleur, conscient de l’effet négatif d’un sceptique sur son petit commerce de la parole éventée. Vous êtes un nihiliste, de ceux que plus rien n’atteint parce qu’ils n’ont jamais cru.
— Crache ta pilule, répliqua Ivan sans donner d’importance au jugement de valeur maintes fois entendu à son sujet. On attend tous la vérité ultime. Regarde autour de toi !

Le prédicateur jaugea l’assistance. D’un côté, les rieurs commençaient à se manifester, en attente d’une réaction à la provocation d’Ivan. De l’autre, la majorité silencieuse hésitait entre se défiler discrètement et assister à un combat annoncé. L’orateur choisit l’option théâtrale.
— Le Seigneur nous a quitté parce que nous l’avons trop longtemps déçu, affirma-t-il. Non seulement nous avons laissé le Mal régner sur notre monde, mais en plus nous en avons bati des principes à l’encontre des valeurs primordiales. L’homme est devenu un loup pour l’homme. L’enfant mord la main qui le nourrit. La femme se vend en quatre par trois sur les grands boulevards.
— Et le chien mange le chien, ajouta Ivan.
— Exactement, jeune homme, répondit le prédicateur, trop content de trouver un renfort dans son contradicteur supposé.
— Je m’en doutais, conclut Ivan en quittant le petit théâtre de rue.

L’avenue des Champs Elysées s’affichait immense, avec ses colonnes de voitures au centre et ses cohortes de passants sur les côtés. L’Arc de Triomphe brillait de mille feux, symbole d’un passé révolu, d’une gloire inscrite dans les livres d’histoire, de faux-semblants en cascade, une mascarade pour Ivan, le dernier punk sur la Terre.

Le jeune homme pensa, pour une raison inexpliquée, à la chanson éponyme de Joe Dassin. Contrairement aux premières strophes de ce tube planétaire, Ivan n’avait nulle envie de dire bonjour à n’importe qui et encore moins d’ouvrir son cœur à l’inconnu. Ce temps, chanté par la légende des années soixante-dix, ressemblait désormais à de la préhistoire, à une époque révolue, quand des jeunes gens aux cheveux longs se promenaient dans les parcs la main dans la main, quand des orchestres jouaient une musique joyeuse au nom de l’amour. Ivan ne croyait plus aux petits oiseaux sur les branches, ceux qui sifflaient de belles mélodies enrobées de fleurs blanches. Pour lui, le dernier punk sur la Terre, le monde se résumait à du bitume froid, à des compagnies de CRS, à des plans anti-terroristes, à des tours jumelles en feu et aux discours féroces d’une armoire normande à cheveux jaunes.

Ivan marcha jusqu’au rond point, tourna sur la gauche en direction du Grand Palais puis continua jusqu’au bord de la Seine. Perdu dans ses sombres pensées, il entendit trop tard la sirène de police. Trois policiers l’encerclèrent.
— Tes papiers, rugit le plus petit, un curieux mélange de pitbull et de crapaud protéiforme.
— Qu’est-ce que j’ai fait ? demanda Ivan en tendant sa carte d’identité.
— Tu as une gueule de cul, aboya le hargneux.
— Content de l’apprendre, répliqua le jeune homme. Je vois que monsieur est un spécialiste.
— Tu te permets de l’ouvrir en plus, pauvre merde !
— Nous sommes encore en République, il me semble.
— Monsieur est un gauchiste, en plus, lança le roquet à la cantonade, certain de provoquer les rires de ses collègues.

Ivan regarda les mines consternées des deux autres agents de l’ordre public. Il attribua cet air contrit à la vérification de ses papiers, un exercice quotidien pour la maréchaussée parisienne.
— Bernier, tu devrais arrêter là, suggéra le plus vieux des policiers.
— Je ne vais pas me laisser emmerder par un petit con prétentieux, encore un de ces gamins des beaux quartiers, le protégé de papa, le chouchou de maman.
— Il est en règle, Bernier, laisse-le, c’est un ordre ! ordonna le vieux.
— Tu fais chier, Cohen, toujours à faire dans ton froc devant les fils de bonne famille, répliqua Bernier avant de baisser pavillon.

Ivan récupéra ses papiers, regarda Bernier dans les yeux, le considéra comme un mort en sursis, un de ces poissons étendus sur l’étal du marché de Rungis avant la découpe. Le dernier punk sur la Terre reprit son chemin vers le seizième arrondissement de Paris, déjà fatigué de la bêtise policière et des contrôles de faciès auxquels il avait droit chaque jour et chaque nuit, quand il osait sortir de son hôtel particulier. Il se promit de parler du dénommé Bernier à son père adoré, un vieil aristocrate sorti de Polytechnique et promu récemment Place Beauvau, à diriger les crânes endurcis du ministère de l’Intérieur, à la demande d’un Président à tête de fromage. Ivan se surprit à sourire en pensant au « no future » de l’agent Bernier, certainement destiné à un poste de compteur de pingouins quelque part en Terre Adélie.

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
christianr
Posté le: 04-03-2016 18:31  Mis à jour: 04-03-2016 18:31
Plume d'Or
Inscrit le: 17-03-2012
De: Boisbriand, Québec
Contributions: 125
 Re: Le dernier punk sur la Terre
Je m'identifie beaucoup au personnage. J'adore son esprit critique et surtout cynique. Dommage que son espèce est en voie de disparition.
Donaldo75
Posté le: 05-03-2016 10:08  Mis à jour: 05-03-2016 10:08
Plume d'Or
Inscrit le: 14-03-2014
De: Paris
Contributions: 1111
 Re: Le dernier punk sur la Terre
C'était sympa le phénomène punk au début surtout côté art.
Il en reste mais ils n'ont plus la même verve.
Le désespoir a changé de forme.
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
50 Personne(s) en ligne (18 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 50

Plus ...