| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> D'être aussi peu, d'être aussi mal... - Nouvelles - Textes
Nouvelles : D'être aussi peu, d'être aussi mal...
Publié par malhaire le 06-08-2012 17:10:00 ( 835 lectures ) Articles du même auteur



« Qu’il m’aurait été paisible de croire en Dieu.
A mon avis, tout doit sembler bien plus beau. Cela doit être apaisant que de croire ou de se référer aux paroles et volontés des Dieux, toutes écrites bien sûr, par la main des hommes…
J’aurai beaucoup aimé pouvoir nourrir ma conscience de toutes ces fausses naïvetés, celles qui permettent depuis si longtemps d’asservir les femmes et les pauvres, d’engendrer tant de différences et toujours d’opposer les peuples.
Oui, c’est bien de cela dont il s’agit, j’aurai voulu me soumettre à toutes ces ingénuités qui consentent à répondre à tous les mystères de l’univers, à toutes nos questions existentielles. Plus besoin de s’en faire, après tout, la vie n’est qu’une succession d’épreuves bien méritées, et la mort, ce détail embarrassant, n’a plus lieu d’être ; certains croyants l’ont éludé en l’affublant d’une éternité souveraine, pour en faire au final, un passage salvateur.
Qu’un Dieu puisse me venir en aide, moi qui n’ai pour me consoler que mes croyances en des hasards et des mystères.
Moi, je demeure ici-bas, en pensant que donner un sens à tout n’est pas du ressort de l’Homme. Il n’en a pas les compétences.

De ma petitesse, et avec mon sentiment de ne pas être indispensable à l’univers, je contemple mes semblables donner de l’importance à ce qui n’en a pas. Je les observe se remplir et se complaire entre matières et foi en eux.
Assourdi dans mes mystères, je voudrais pouvoir faire de même, mais je manque de Hauteur, de spiritualité. Au fond, je crains que mon animalité soit chez moi plus omniprésente que chez d’autres.
Je me laisse gouverner par des instincts primaires et des besoins élémentaires. Le règne animal fait sans doute preuve d’une plus grande intelligence que le notre.
Pourtant, pour moi, c’est le règne végétal qui a toujours le plus suscité mon admiration ; au plus souvent si paisible et pacifique, il semble même ne pas avoir besoin d’Amour pour s’épanouir ou se réaliser.
Comme les plantes ou les animaux, je voudrais me résoudre naturellement à suivre naïvement le rythme des saisons.
Je pourrais me contenter de ressentir notre Terre osciller autour du soleil, de contempler l’été qui bascule quand les blés sont coupés, me laisser vaciller dans les bras d’un automne annoncé. Que la vie serait douce…
Chaque jour, il faudrait se satisfaire d’être là. Quelle aubaine d’être en vie !

Il en aura fallut de la chance et du hasard pour que la vie puisse proliférer à ce point sur notre planète.
Et nous, petits points minuscules, insignifiants dans l’univers, que faisons-nous de cette chance ?
Nous, arrogants de suffisances et d’orgueil, nous passons notre temps à nier notre impermanence, notre vulnérabilité ou notre inconsistance…
Tout en construisant ce monde inconscient et chimérique, nous passons nos vies à nous infatuer de nous-mêmes,
Serait-il si difficile de reconnaître et d’admettre enfin l’absurdité de la vie ?
Serait-il si compliqué à comprendre que de vouloir laisser une trace ou une empreinte à tout prix n’est pas pourvu de sens, puisqu’au final il n’en restera rien ?
Les lois de l’évolution ne sont-elles pas de voir disparaître tous les écosystèmes lorsqu’ils sont à leur paroxysme ? Ces lois ne sont-elles pas valables pour l’espèce humaine qui pourtant se croît au-dessus de tout ?
L’Homme finira bien par s’autodétruire ; il semble avoir bien commencé…
Et quand bien même, s’il n’y parvenait pas, il lui suffirait d’attendre très patiemment que le soleil s’éteigne enfin.

Ainsi, au lieu de passer mon temps à louer le hasard, ou remercier l’entité des mystères de la vie, je me désole et maudis la chance d’être là, piégé entre la cruauté des hommes et la force qui les poussent à se sentir invincibles, puissants, méprisants et éternels.
En serait-il de même si nous comprenions enfin ces concepts d’Eternité et d’Immensité ?
Nous, si petits, si fébriles de naître aussi peu, il n’est que la douleur et la perte pour nous faire toucher à l’immensité, ou approcher l’éternité.

Cette douleur naît sans doute de notre conscience d’Etre aussi peu, et que cela, puisse nous faire aussi mal…

Qu’il m'aurait été bon de croire en Dieu, moi, qui n'ai pu croire en l’Homme. »


Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Loriane
Posté le: 09-08-2012 00:53  Mis à jour: 09-08-2012 09:19
Administrateur
Inscrit le: 14-12-2011
De: Montpellier
Contributions: 9049
 Re: D'être aussi peu, d'être aussi mal...
Magnifique, je suis en phase à 100%, excepté que même pour le plaisir d'écrire je ne dirais jamais que je regrette de ne pas croire. Je fais face au néant et tout va comme ça. Repartir là, d'où je viens ne m'effraie pas .
Ce qui me parait le plus affligeant dans cette croyance à un Dieu créateur est que lorsque l'on voit le cosmos, l' univers dans son infini, ces galaxies démesurées, immenses qui se courent après, et que l'on cherche désespérément à nous distinguer, dans cette création fabuleuse, comment trouver, dans une des plus petites galaxies, à la périphérie de celle-ci de surcroît, paumé en banlieue, un tout petit système solaire et sur une de ses plus petites planètes, une pauvre espèce minuscule, accessoires de passage, intérimaires et incertains, de provisoires successeurs des dinosaures ?
Ignorants, insignifiants et qui hurlent : Nous, nous nous sommes l'image de Dieu, nous sommes le centre de la création, Dieu a tout créé pour nous, nous , nous ... pauvres hères invisibles dans notre recoin, pauvre tas de cellules précaires, éphémères et hors champ.
Et ce qui fait pitié, c'est au regard de la complexité des lois cosmiques, physiques, chimiques ..., la prétention inouïe, le gouffre d'ignorance, de nos cerveaux immatures qui se veulent au centre de tout et s'autorisent à apporter des réponses à des problèmes dont nous ne connaissons pas, et ne soupçonnons même pas l'existence.
Tous ces mythes, légendes, croyances et explications pour calmer nos angoisses ataviques !! toutes ses réponses simplistes, bébétes, infantiles, toutes ces niaiseries, pansement si dérisoire !
Le seul pays que j'habite est celui du doute et de la conscience de mon incurie intellectuelle, de mon incompétence intrinsèque..
Est-ce que les dinosaures, pensaient et si oui, pensaient-ils être faits à l'image de Dieu ?
De plus ces religions sont de sales outils de pouvoir qui détruisent notre société humaine. Il y a lieu d'être méfiants avec cette propension à croire par peur.
- Ennemi principal du savoir : le pseudo savoir ;
Il est plus probable que nous soyons des composants du cosmos dans lequel nous n'avons aucun rôle, aucune nécessité ... Mais personne sur notre planète n'a la réponse.
Merci pour ce très beau texte
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
34 Personne(s) en ligne (7 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 34

Plus ...