| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Afficher/Cacher la colonne
Accueil >> xnews >> Don’t bite the hand that feeds you - Nouvelles confirmées - Textes
Nouvelles confirmées : Don’t bite the hand that feeds you
Publié par Iktomi le 04-12-2016 15:07:04 ( 158 lectures ) Articles du même auteur



Don’t bite the hand that feeds you
(John Trudell, Blue Indians, Bad dog, 1999)


Dans le comté de Bottineau, Dakota du Nord, un règlement interdit de promener son chien en état d’ivresse entre dix heures du soir et six heures du matin.

Des petits malins aimant jouer sur les mots ont harcelé le bureau du shérif de questions stupides :

« Mais qui n’est pas censé être en état d’ivresse ? Le chien ou le maître ? »
« Est-ce que le fait de se promener seul, sans chien, mais en état d’ivresse, est également répréhensible ? »
« Est-ce qu’on enfreint le règlement si on est ivre mais qu’on laisse le chien aller pisser tout seul sur le réverbère et qu’on l’attend sur la véranda ? »
« Alors si on promène son chien en état d’ivresse (peu importe que ce soit le chien ou le maître qui soit bourré, ou les deux) entre sept heures du matin et neuf heures du soir (from 7 AM to 9 PM), on ne risque pas de ramasser une contredanse ? Ou d’être jeté au violon ? »

Finalement le bureau du shérif a publié dans la presse locale un communiqué expliquant :

1) que si on lisait le texte intégral du règlement, on apprenait qu’il s’adressait aux propriétaires mâles, âgés de dix-huit à vingt-cinq ans, de chiens considérés comme dangereux ou potentiellement dangereux, tels pittbulls, rottweilers et autres american staffordshire terriers ;
2) que lesdits propriétaires, en raison de leur jeunesse et d’un certain penchant pour les boissons alcoolisées et autres psychotropes, ne se signalant pas précisément par leur civisme, leur maturité et, c’est regrettable mais c’est ainsi, dans le cas de certains par leur stabilité mentale, il a été décidé de restreindre leur circulation accompagnés desdits animaux durant les heures où les citoyens paisibles sont le plus en droit d’exiger de la sécurité et de la tranquillité ;
3) que certains de ces chiens ayant déjà agressé leurs propriétaires ainsi que des tiers, on ne pouvait totalement exclure la possibilité qu’ils aient été, eux aussi, sous l’empire de substances ayant altéré leur comportement.


Maîtres Goodwin Stalnaker et Rudy Bird-Shaking-Ice-Off-Its-Wings, avocats, viennent de saisir la Cour Suprême pour demander
l’annulation du règlement.

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Titi
Posté le: 04-12-2016 18:55  Mis à jour: 04-12-2016 18:55
Administrateur
Inscrit le: 30-05-2013
De:
Contributions: 1332
 Re: Don’t bite the hand that feeds you
Cela doit être l'effet Trump, si même les chiens n'ont pas le droit de boire la moindre lichette!!

A moyen terme ils devront souffler dans l'alcootest! et !à défaut....... interdiction de prendre la laisse

Merci pour ce joli clin d’œil iktomi et pour ton retour sur le site.

kjtiti
Donaldo75
Posté le: 04-12-2016 20:27  Mis à jour: 04-12-2016 20:27
Plume d'Or
Inscrit le: 14-03-2014
De: Paris
Contributions: 1011
 Re: Don’t bite the hand that feeds you
Hello Iktomi,
Je souhaite bonne chance aux deux avocats, parce que là on atteint des sommets. Un shérif démocrate aurait pu proposer d'inscrire les chiens aux "Canidés Défoncés Anonymes". Cela aurait plus de sens.
Cheers,
Donald
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
30 Personne(s) en ligne (12 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 30

Plus ...