| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Afficher/Cacher la colonne
Accueil >> xnews >> Retour en enfance (réponse au défi de Kjtiti) - Nouvelles confirmées - Textes
Nouvelles confirmées : Retour en enfance (réponse au défi de Kjtiti)
Publié par couscous le 05-03-2017 20:06:35 ( 76 lectures ) Articles du même auteur



J’avance, seule, sur cette allée de pavés rouges. La maison semble m’observer avec bienveillance de ses deux fenêtres blanches aux persiennes mi-closes. Nous sommes de vieilles connaissances. Je pénètre dans le couloir au miroir imposant. Une odeur particulière a toujours régné dans les lieux. Même les yeux fermés, je saurais où je suis, rien qu’en humant l’atmosphère.
Mes pas me mènent à l’étage. Le seul changement qui a été opéré ici est un échange entre la chambre d’amis et le bureau. Je me souviens que le samedi soir, je me couchais à l’envers dans mon lit afin de pouvoir regarder le programme de Disney sur la vieille télé en noir et blanc à l’image peu nette. Je regarde sous le lit : il ne serait plus possible que je m’y glisse pour une partie de cache-cache. Dans la chambre principale, je caresse l’oreiller de droite. Ma chère petite mamie, tu me manques tant ! Tu ne seras restée que quelques mois loin de ton mari chéri.
Je descends et entre dans la cuisine. Là, ce sont des souvenirs de croque-monsieur, de pâtes bolognaise ou au jambon que mon papy mangeait avec de la cassonade. Même en reproduisant les recettes ancestrales, je n’ai jamais pu retrouver les mêmes saveurs. Je traverse le garage pour arriver sur la terrasse qui surplombe le jardin en pente. J’attendais chaque hiver que la neige tombe afin de pouvoir sortir la luge aux patins rouillés. Pendant des heures, je me laissais glisser avec joie. Le tracé devenant tamisé, ma vitesse augmentait. Quelles sensations ! Difficile de pouvoir en profiter maintenant, la neige se fait trop rare depuis plusieurs années.
Je sors du jardin pour pénétrer dans le petit bois qui jouxte la maison. Au détour d’un sentier, je tombe sur une petite fille semblant sortir tout droit des années quatre-vingt avec son pull flashy et son pantalon large. Nos regards se croisent et nos sourires éclatent :

– Lucie ! C’est bien toi ?
– Bien sûr ! Tu ne me reconnais pas ?
– Mais… je te croyais toute droite sortie de mon imagination.
– Oui et c’est toujours le cas.
– Mon amie imaginaire. On en a passé des heures à s’amuser.
–Tu te souviens des coccinelles ?
– Oui, on les traquait pour compter leurs points noirs. On en avait même trouvé une avec dix ! Un record absolu !
– Et nos parties de cache-cache à l’étage.
– Bien sûr ! Impossible maintenant de me glisser sous le lit ou dans une garde-robe.
– Et nos concours…
– … de corde à sauter ! Tu étais imbattable !
– Comment se fait-il que je ne t’ai pas revue avant ? Je suis déjà revenue plusieurs fois dans ce bois.
– Ton état d’esprit est particulier aujourd’hui. Ton âme est tournée vers le passé.
– Oui, le décès de ma grand-mère m’a touchée et j’avais envie de faire un bond en arrière.
– Ta nostalgie m’a fait réapparaître.
– J’aime me remémorer mes souvenirs d’enfance. Ça rassure. Tu sais, ce n’est pas toujours facile d’être adulte ; les responsabilités, les obligations.
– Je ne connais pas. J’ai huit ans depuis toujours.
– Quelle chance, j’aimerais tant redevenir petite. J’ai l’impression d’avoir perdu mon âme d’enfant.
– L’âme d’enfant d’un adulte ne disparaît jamais. Juste, il l’oublie… Je serai toujours là !
Lucie m’adresse un sourire lumineux avant que s’évaporer dans le feuillage des arbres. Un sentiment de profonde quiétude m’envahit. L’insouciance, voilà le propre de l’enfance que regrettons tous de perdre en grandissant.

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
kjtiti
Posté le: 06-03-2017 11:56  Mis à jour: 06-03-2017 11:56
Modérateur
Inscrit le: 30-05-2013
De:
Contributions: 1291
 Re: Retour en enfance (réponse au défi de Kjtiti)
Merci Delphine et bravo pour l’idée de cet enfance personnalisée par Lucie permettant de rappeler ces souvenirs d’enfance qui, (c’est du moins mon cas….) le temps passant, se fait de plus en plus présent à nos esprit !!!

Les odeurs, les objets, les lieux sont des empreintes ineffaçables de l’enfance ou l’insouciance est notre merveilleuse compagne.

J’ai comme un bourdon, qui résonne au clocher de ma nostalgie, chante Hubert Felix Thiéphaine dans sa merveilleuse chanson ‘’La ruelle des morts’’.

Comme il est délicieux, ce bourdon qui sonne le rappel des souvenirs heureux. Heureux sans aucun doute, mais aussi idéalisés pour le confort d’un hier qui s’efface devant un demain dont la finalité concernant notre propre devenir est, hélas, inéluctable.

Ton écrit me comble d’aise d’avoir choisi ce thème pour ce défi et cela me conforte dans l’idée du bien-fondé de ce RV hebdomadaire, nous permettant d’échanger de manière ponctuelle.

Puissent t-ils rencontrer encore davantage de succès.
MAURICE
Posté le: 06-03-2017 16:37  Mis à jour: 06-03-2017 16:38
Débutant
Inscrit le: 06-03-2017
De: marseille
Contributions: 2
 Re: Retour en enfance (réponse au défi de Kjtiti)
Un vrai plaisir de lecture...on y est ! Merci.
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
41 Personne(s) en ligne (13 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 41

Plus ...