| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Afficher/Cacher la colonne
Accueil >> xnews >> Réponse au défi du 04 mars (voir le défi de couscous) - Poèmes confirmés - Textes
Poèmes confirmés : Réponse au défi du 04 mars (voir le défi de couscous)
Publié par kjtiti le 07-03-2017 12:13:48 ( 18 lectures ) Articles du même auteur



De par le monde il est des contrées fortes accortes
Ou cueillir le bonheur est geste quotidien,
Ou vivre en plénitude chaque jour vous emporte
Vers des joies lumineuses, et demain cristallins.

Mais l’endroit, quand ma vie me fuira doucement,
Après qu’elle m’eut donné bien plus que j’attendais,
Sera celui ou j’ai consumé goulument
Le fruit de ma jeunesse, sans être rassasié.

Un parfum d’amitié domine cet endroit,
Un effluve qui rend les peines plus légères,
Si l’affliction un jour se pose en passe-droit,
Je sais trouver là-bas, quelques amis sincères.

Plus fiables que les rois, les Dieux ou les déesses,
Ils tendent leur épaule pour y sécher mes pleurs,
Aussi, s’il un vœu qu’en mon cœur je caresse:
Il est qu’au grand jamais, cette amitié ne meurt.

Elle fleure bon ce lieu cette affection fidèle
Qui offre la douceur d’un rayon de soleil,
Réchauffant le cœur quand l’existence morcelle
L’espoir de lendemains à nul autre pareil

Ce lieu qui m’a vu naitre, terre de mes aïeux,
A le gout de la sueur donnée pour se soumettre,
Il sera le témoin, quand je vais disparaitre,
De mon tout dernier râle en mon ultime adieu.

Les Dieux me jugeront en toute liberté
Aurai-je leurs faveurs ou leurs viles critiques ???
A la droite du père aurai-je droit de cité ???
Mais, vu l’état du monde,…. il doit être …….apathique





Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
25 Personne(s) en ligne (7 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 25

Plus ...