| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> La galère - Poèmes - Textes
Poèmes : La galère
Publié par Manof80s le 02-04-2017 18:30:00 ( 41 lectures ) Articles du même auteur



Dédé part, et ne revient pas, il s'en va
Pour un nouveau départ dans un pays chaud
Nicolas Nicaragua. Des désespérés...
A la mer, ah la douce mère qui manque
A l'appel, on les ramasse; ou à la petite cuiller !
Dédé part ! Le temps va pas ici-bas et
Six bas c'est trois fois deux bas et
On aperçoit le bateau au loin et
Son mât et
Son matelot n'a figue sur les flots !
C'est pour sa queue...
Quand il arrive au port : ils sont deux.
Celui de Marseille - pas le savon - et celui qui sommeille
En lui en elle avec ses boules et son tire-bouchon.
Les petites bouches vont et viennent en talon !
Des départs et des arrivées, on en a vu passé.
Lui et moi. Les vieux dans les vieux.
Le grand cyclope à l'oeil rouge au milieu des vagues
Le petit qui clope aux yeux vitreux qui divaguent...
Dédé part. Et dit vogue ! La galère

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
28 Personne(s) en ligne (11 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 28

Plus ...