| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Afficher/Cacher la colonne
Accueil >> xnews >> Le temps me presse, je veux le conquérir avec hardiesse - Nouvelles confirmées - Textes
Nouvelles confirmées : Le temps me presse, je veux le conquérir avec hardiesse
Publié par Istenozot le 02-04-2017 19:10:00 ( 25 lectures ) Articles du même auteur



Ce texte philosophique est ma réponse au défi de notre ami Serge en date du 1er avril :

http://www.loree-des-reves.com/module ... hp?topic_id=4809&forum=21


- Mais qui es-tu donc? … Pourquoi me presses-tu ainsi ?
- Je suis à la fois ton passé, ton présent et ton futur.
- Cela ne me dit pas qui tu es ?
- Ne te laisses pas dépasser par moi. Prends-moi dans ton présent et laisse-moi agir tranquillement à ma guise en fonction de tes humeurs et de tes plaisirs.
- Grand Dieu, vas-tu finir par me dire quel est ton nom ? Ne vois-tu pas que le temps presse et que ce temps-là, tu me le prends.
- Eh bien, tu as donc deviné qui je suis. Je suis celui que tu dis et qui est, et qui, dès lors que cela a été dit, n’est plus. Je suis ton temps présent !
- A m’occuper ainsi, tu vides mon temps et je crains qu’il n’en devienne un temps de chien.
- C’est uniquement parce que tu le veux bien.
- Je le veux bien, je le veux bien ! Qu’en sais-tu, toi qui passe et qui ne revient que lorsqu'on le veut bien ou que tu le veux bien, plutôt !
- Voilà pourquoi je désirais te voir ce matin ! Je veux que tu vives ton temps présent sans que je le veuille bien et sans que tu te soucies de ton passé et de ton futur.
- Quelle générosité ! Puis-je te faire remarquer que tu as fort mal commencé. Tu viens de me prendre mon temps. De mon temps plein, tu en as fait un vide temps !
- Oh ! Ne trouves-tu pas que tu exagères un peu ? De ce temps que j’ai finalement sponsorisé, il en est peut-être résulté chez toi quelque enseignement… Alors, ce temps n’est pas si perdu !
- Je suis possédé par le temps que tu m’imposes ainsi. Il vient, il passe et il trépasse. Et comment veux-tu ainsi que je le dépasse pour le vivre pleinement?
- Mais vois-tu, pendant tous les instants que tu passes avec moi, tu ne sors pas de mon espace.
- Avec moi, je t’avouerai volontiers que le temps ne passe pas, il court, et j’aimerais pouvoir le rattraper par toi, sans doute. Voilà pourquoi, je désirerai tant prévoir le temps pour mieux le vivre avec toi. Mais il est tellement imprévu !
- Je te propose de ne pas me courir après. C’est inutile car je finis toujours par te rejoindre. Ce n’est qu’une question de temps ! Acceptes dans mon présent de tuer le temps sans le prévoir et sois assuré que, pour toi, je ferai la pluie et le beau temps ! Et le plaisir que tu trouveras en moi, tu le rattraperas en deux temps trois mouvements !
- Je comprends. Au temps pour moi, je dois te laisser venir à moi en me posant. C’est cela ?
- Oui ! je vois que tu me comprends. Fais ainsi et je reviendrai à toi de temps à autre !
- Ah non, je te veux tout le temps !
- Jacques, Jacques, prends le temps de me laisser venir à toi.
- Que veux-tu dire ainsi ? Qu’il faille parfois ne rien faire pour mieux vivre son temps présent, pour mieux te vivre !
- Avant de venir à moi, parle avec celles et ceux que tu aimes de la pluie et du beau temps. Evite surtout de parler de ton jeune temps car, alors, le passé te saisira et le plaisir dans ton présent s’éloignera !
- A présent tu me contraries, après avoir presque gagner mon adhésion. Tu m’obliges ainsi à ne pas aimer l’histoire, moi qui l’aime tant !
- Ce n’est pas ce que j’ai voulu dire. Elle peut faire partie de ton emploi du temps. Des enseignements de l’histoire, tu seras les vivre intensément dans ton présent, en un rien de temps, pour me vivre avec plaisir sans se soucier de mon passage et de mon éloignement !
- Et voilà que je recouvre l’espérance. Je vois la direction où je peux aller. Le temps perdu, je vais le regagner dans le présent qui s’éloigne et dans mon futur !

Jacques Hosotte

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
23 Personne(s) en ligne (7 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 23

Plus ...