| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> La grille - Poèmes confirmés - Textes
Poèmes confirmés : La grille
Publié par mafalda le 08-05-2017 19:38:10 ( 83 lectures ) Articles du même auteur



Quand elle se referme sur vous,
Comme les mâchoires métalliques d'un piège à loups,
Et que la grille vous cloître, entre les quatre murs d'une cellule,
Votre tête tourne, vertigineuse.
C'est comme un grand saut dans le vide, sans élastique.
Les mains sur la grille, vous criez à l'aide.
Mais personne ne vous écoute, vous pouvez bien gueuler.
Vous êtes comme dans la soute d'un navire.
Comme un rat dans la ville.
La faim vous étreint, vous pensez à la mort.
Et vous êtes perdu d'avance, la grille ne s'ouvrira plus.
Pour quels péchés déjà?
Je ne m'en souviens plus.

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
tchano
Posté le: 08-05-2017 23:31  Mis à jour: 08-05-2017 23:31
Plume d'Or
Inscrit le: 18-01-2012
De:
Contributions: 288
 Re: La grille
Pendant la lecture, il revenait à mon esprit la pochette "crime of the century" de Supertarmp.
Les derniers vers m'ont ouvert la "grille" aux spéculations...
emprisonnement abusif ou bien pour des fautes effectivement commises?
Amnésie? Déni? gravité des "péchés"?...
Bref! un poème qui ne sait pas arrêté à la fermeture de la grille ni au point final.
mafalda
Posté le: 09-05-2017 06:52  Mis à jour: 09-05-2017 06:52
Plume d'Or
Inscrit le: 02-02-2013
De:
Contributions: 795
 Re: La grille
Merci beaucoup pour ton passage par ici et pour ton appréciation.
Ça fait plaisir. Bonne journée !
kjtiti
Posté le: 11-05-2017 18:10  Mis à jour: 11-05-2017 18:10
Modérateur
Inscrit le: 30-05-2013
De:
Contributions: 1299
 Re: La grille
Une stressante lecture sur cette privation de liberté que représente cette grille, rendant inaudibles les paroles de ces reclus

La privation de liberté est comme un poing fermé, elle enserre les espérances les plus élémentaires.

Merci pour ce joli récit poétique

Kjtiti
mafalda
Posté le: 12-05-2017 01:48  Mis à jour: 12-05-2017 01:48
Plume d'Or
Inscrit le: 02-02-2013
De:
Contributions: 795
 Re: La grille
Merci bien pour ton appréciation et ton passage.

Toutes mes amitiés,
bElhirch
Posté le: 12-05-2017 17:34  Mis à jour: 12-05-2017 17:34
Débutant
Inscrit le: 13-04-2017
De: casablanca
Contributions: 17
 Re: La grille
Derrière des grilles aux fenêtres d'une prison, on ne peut voir que le ciel, un oiseau ou un avion qui passe. Derrière la grille du parloir d'une prison un prisonnier souffre plus. La liberté n'a pas sa pareille.
Amitiés
mafalda
Posté le: 12-05-2017 19:30  Mis à jour: 12-05-2017 19:30
Plume d'Or
Inscrit le: 02-02-2013
De:
Contributions: 795
 Re: La grille
Tout à fait. Merci pour ton intervention.
Bien à toi,
Loriane
Posté le: 13-05-2017 21:22  Mis à jour: 13-05-2017 21:22
Administrateur
Inscrit le: 14-12-2011
De: Montpellier
Contributions: 8903
 Re: La grille
Toi, tu as fait un cauchemar !
Brrrrrrr...
mafalda
Posté le: 13-05-2017 22:17  Mis à jour: 13-05-2017 22:17
Plume d'Or
Inscrit le: 02-02-2013
De:
Contributions: 795
 Re: La grille
Il est vrai que ce texte est vraiment glacial...

Gros poutous Loriane.
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
22 Personne(s) en ligne (10 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 22

Plus ...