| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Tours ville de St Martin. - Poèmes confirmés - Textes
Poèmes confirmés : Tours ville de St Martin.
Publié par Titi le 01-07-2017 20:13:27 ( 184 lectures ) Articles du même auteur



Chers amis, après quelques silences dus à des évènements heureux (mariage de ma fille et concours de poésie avec remise de prix dans le fief des Goncourt, chez Drouant !!!), je réapparais et vous livre mon écrit ayant obtenu le 1er prix à ce concours de poésie.

Tours, Ville de Saint Martin

Quand je ferme les yeux, que mon cœur est souffrance,
Je songe à ce berceau, Ville de mon enfance,
Témoin des souvenirs d’un si présent hier,
Ou j’ai aimé, pleuré, trop trahi, tant souffert...

Ma mémoire s’embrase et déclenche l’alarme
Des stigmates d’un temps fait de rires et de larmes,
Ma Ville il t’en souvient, de ce lointain passé,
De ma tendre jeunesse que je ne sais chasser?

Tel le bruit de mon pas, sur les pavés usés
De la rue Lamartine, ou je venais muser.
L’ineffable progrès, hélas a fait sa route,
La voie de mes élans n’est plus qu’une autoroute.

Le vieil arbre abritant mes serments enflammés,
Sur lequel j’ai gravé :’’ Pour toujours, à jamais’’
D’ombre ne fera plus, un immeuble en l’endroit
Occupe cet espace, ou le béton est roi.

Pourquoi ma Ville as-tu cédé au bétonneur,
Il eut été sensé de dire :’’ Allez ailleurs’’
Et tel Alphonse Allais, les sommer d’édifier,
En la verte campagne, leurs tristes poulaillers.

Désormais tu ressembles à une autre cité,
Par ailleurs identique aux villes d’à côté:
HLM incolores et bâtisses sans âme,
Ou l’envie d’en partir est l’unique programme.

Cubes froids empilés, aux lucarnes sans vie,
Agrégat d’humains ou l’isolement sévit,
Si le soleil, parfois, vient y poser ses rais,
C’est pour donner la force à chacun d’espérer.

Ma Ville tu me fais peur, mais aussi tu m’attires,
Car ton charme demeure et tu sais d’un sourire
De la belle fleuriste au vieux marché aux fleurs,
Apaiser mes angoisses et taire mes rancœurs.

Car tu restes mon antre, mon gite et mon repaire,
Témoin de mes émois, des pleurs que j’ai dû taire,
Qu’affligé je confiais, moi le libre penseur,
Au pieux St Martin, ton premier bâtisseur.

TOURS, combien je te hais, et combien je t’adore,
Quand je te fuis parfois, très tôt, je le déplore,
Tes rues sont mes artères ou flue mon devenir,
Je suis né en Touraine et je veux y mourir.





Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Ermite
Posté le: 01-07-2017 21:00  Mis à jour: 01-07-2017 21:00
Plume d'Or
Inscrit le: 31-03-2014
De:
Contributions: 1250
 Re: Tours ville de St Martin.
Je comprends l'intérêt qu'il a suscité,
Très évocateur, L'émotion le traverse,
Je ne suis pas un spécialiste, mais bravo pour les alexandrins.
Amitiés,
Ermite.
Titi
Posté le: 02-07-2017 09:13  Mis à jour: 02-07-2017 09:13
Administrateur
Inscrit le: 30-05-2013
De:
Contributions: 1330
 Re: Tours ville de St Martin.
Merci ermite de ton regard bienveillant.


Ta supposée méconnaissance de l'alexandrin me fait songer à cette citation de Géluck ( le chat ):

“Un ver de huit pieds s’appelle octosyllabe. Le ver de douze pieds, lui, se nomme alexandrin. Et un verre à un pied, c’est un muscadet !”

comme tu le vois ce n'est pas si compliqué !!!

merci encore et amitiés

serge.
couscous
Posté le: 07-07-2017 19:59  Mis à jour: 07-07-2017 19:59
Modérateur
Inscrit le: 21-03-2013
De: Belgique
Contributions: 3218
 Re: Tours ville de St Martin.
Félicitations mon Titi !

C'est tellement mérité. Tu as un don, un véritable talent pour susciter de belles émotions.

Je t'embrasse.

Couscous

PS : félicitations aussi à ta fille.
Loriane
Posté le: 14-07-2017 08:40  Mis à jour: 14-07-2017 08:40
Administrateur
Inscrit le: 14-12-2011
De: Montpellier
Contributions: 8908
 Re: Tours ville de St Martin.
Deux lectures avant de venir te dire ma joie pour ce prix mérité.
L'amour de ta ville te porte en de jolis mots, forts et justes.

Citation :
TOURS, combien je te hais, et combien je t’adore,
Quand je te fuis parfois, très tôt, je le déplore,
Tes rues sont mes artères ou flue mon devenir,
Je suis né en Touraine et je veux y mourir.


Pour mourir tu attends, d'accord ?
Mais c'est vrai que cet amour de nos racines est souvent fait d'attraction-rejet.
Bravo mon Titi. Tu es un bon.
Merci
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
27 Personne(s) en ligne (13 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 27

Plus ...