| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Afficher/Cacher la colonne
Accueil >> xnews >> Le chemin perdant - Poèmes - Textes
Poèmes : Le chemin perdant
Publié par Basile le 05-09-2017 21:00:00 ( 26 lectures ) Articles du même auteur



Le chemin perdant ou le 432,



La vie n'est autre qu'un immense chemin
Celui rempli d'embuches dont le destin
Si souvent désigné, ni sera pour rien.

La rêverie, souvent peut couter la vie
Si nous ne prêtons garde, de là, de ci
A nous laisser ainsi porter par des si.

Il faut laisser l'image de la brise
Se fermer aux tendres cœurs et sans prise
Pour éviter l'écueil d'un jour de crise.

Il aurait fallu prendre une décision
Ce jour-là à cette première impression
Pour éviter la triple déception.

La reconnaissance pleine et sans raison
Du réciproque et authentique pardon
N'a jamais eu de véritables raisons.

L'erreur à nouveau m'incombe et m'habite
D'avoir laissé l'ennui courir si vite
Pour un beau regard asymétrique.

Fuyant, j'ai parcouru avec ce beau cœur
Quatorze semaines d'intenses douleurs
Pour maintenant ne jamais plus vivre ailleurs.




Basile Béranger Chaleil


Le 15 décembre 2013

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
38 Personne(s) en ligne (14 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 38

Plus ...