| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Mutation - Nouvelles - Textes
Nouvelles : Mutation
Publié par Aodren le 23-01-2018 23:52:02 ( 159 lectures ) Articles du même auteur



Je suis une miraculée d'Auschwitz, un survivant de la prison S21 à Phnom Penh, un évadé du camp de Vorkouta, une rescapée de Miranda de Ebro. Je suis un être humain, comme vous, victime d'autres animaux de cette même espèce.
J'ai été torturé, déporté, exécuté au nom des idées, des principes, toujours pour la bonne cause, à chaque fois dans l'intérêt collectif supérieur, souvent dans l'indifférence générale. Je me bats afin que la mémoire de mon supplice reste intacte et vive, pour l'exemple et aussi pour lutter contre ceux qui cherchent à pervertir mon histoire, la nier ou l’effacer.
Vous doutez que cela puisse être possible ? Que l'on remette en cause des faits, ce que j’ai vécu, à des fins non avouées, mais discernables si on prend le temps d'observer et d'analyser ? Ouvrez les yeux sur ce monde et vous verrez sans peine que certains travaillent ardemment, parfois près de votre porte, pour ruiner mes efforts.
S'ils parviennent à effacer ma mémoire, vous souffrirez et mourrez sans doute, comme moi, soyez en certains.
Dans le silence qui accompagne ma route, face à l'adversité galopante, je prie. J’y mets tout mon cœur et toute mon âme pour que mon martyre ne soit pas vain.
Ces expériences auraient dû me servir et pourtant, à chaque fois, je me fais surprendre. Pourquoi ? Parce que ces cauchemars appliqués au réel, produits de l'imagination sans bornes des hommes, sont le fruit d'une lente dérive. La tolérance et la loi sont systématiquement testées pour éprouver leurs limites. L’hydre s’adapte en permanence dans le système qu’elle va détruire. Ceux qui auront toléré ses agissements, par peur ou servilité, seront tôt ou tard atteints à leur tour dans leur chair par les horreurs qu’ils n’ont pas voulu voir.
Au début, construction anarchique mue par le hasard, issue de la multitude, la somme des défaillances humaines créé inexorablement des faisceaux dégageant une tendance. Cette tendance est progressivement exploitée et canalisée pour devenir un courant, une influence qui amplifie le phénomène en captant tout sur son passage, jusqu'au jour où cette force devient supérieure à toutes les autres et réduit l'ensemble en l’anesthésiant, puis en l'étouffant pour le dominer et l'écraser.
Le filigrane du destin, à peine perceptible au début, apparaît doucement, en surbrillance. Mais quand il devient éclatant, il est trop tard, sa lumière vous brûle les yeux.
C'est cette accumulation insidieuse d'actes qu'on souhaite parfois ne pas voir en les qualifiant d'insignifiants ou sans grande conséquence, voire qu'on finit par considérer tout de même comme révoltants et contre lesquels on ne réagit plus, qui peut engendrer des hydres infernales et nous mener à l'effroyable. L'histoire l'a déjà prouvé.
Ces bêtes immondes, honte de l'histoire des hommes, sont toujours susceptibles de resurgir sous une forme différente, parée d’un projet à la gloire de leur société.
Mais peut-être est-il déjà trop tard. Quelque part, une nouvelle espèce est très probablement en gestation.
Dans le magma fourmillant des hommes et de leurs concepts, au plus profond de leur vie quotidienne, des actes et des paroles isolées creusent, en ce moment même, le lit du torrent qui va nous emporter si nous ne nous réveillons pas.
Le cortège funèbre attend son cocher. Nul doute qu'au sein des Nations, il apparaîtra bientôt, paré d'arguments et de la force nécessaire pour nous conduire au repos éternel.

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Titi
Posté le: 24-01-2018 10:37  Mis à jour: 24-01-2018 10:38
Administrateur
Inscrit le: 30-05-2013
De:
Contributions: 1400
 Re: Mutation
Hélas Aodren, la bêtise et la haine de certains ‘’hommes ???’’ durent et perdurent et les leçons du passé ne sont tirées que pour de trop courtes périodes.

Pourtant, à défaut de prier pour je ne sais quel Dieu, lorsque l’on voit que certains se réclament d’un de ces déités pour commettre leurs crimes………, je fonde l’espoir que la sagesse du plus grand nombre saura s’opposer à la haine et la bêtise de ceux, heureusement moins nombreux et qui tentent de nous faire penser qu’ils sont ‘’populeux’’ parce qu’ils gueulent davantage que les ‘’raisonnables’’ !!!

Néanmoins je suis en accord avec cet écrit sur le fait qu’il nous faut être attentif à cette menace et fais mienne cette parole d’Henri Borlant rescapé de la Shoa:

’Il faut, il faudra sans cesse rappeler que cela fut’’

Ci-dessous un de mes écrits sur le sujet, publié il y a quelques années.

Merci pour ton cri de colére.
Titi.

Il faut, il faudra……

En niant l’évidence, en modulant l’histoire
Certains voudraient ainsi tenter de faire croire
Que ces camps tant honnis n’auraient pas existé
Que ces millions de morts sont contre vérité
Il faut et il faudra sans cesse rappeler
Hélas que cela fut, que le sang a coulé
Pour des raisons de race et de couleur peau
Pour une croix gammée posée sur un drapeau

Il faut et il faudra sans cesse rappeler
Ces costumes rayés, ces corps démantelés
Amassés dans des trains par de tristes vautours
Partant pour un aller, bien souvent sans retour

Il faut et il faudra sans cesse rappeler
Ces victimes martyres, par la mort appelée
Choisies car leur cheveux n’étaient de ce blond
Qu’une soi-disant race aurait eu sur le front

Il faut et il faudra, sans cesse rappeler
Ses visages marqués derrière un barbelé
Dont le prochain voyage qui sera le dernier
Aura pour point final, l’effroyable charnier

Oui, il faut, il faudra, sans cesse rappeler
Sans jamais se lasser, sans jamais chanceler
La bête n’est pas morte, et renait de ses cendres
Elle avance masquée, il faut le faire entendre

Istenozot
Posté le: 24-01-2018 22:29  Mis à jour: 24-01-2018 22:29
Plume d'Or
Inscrit le: 18-02-2015
De: Dijon
Contributions: 1902
 Re: Mutation
Bonsoir Aodren,

Je partage l'analyse de notre ami Serge.

Je trouve le titre de votre nouvelle très parlant : la mutation de la pensée qui finit par nier la réalité historique puis distiller dans la pensée l'intolérable, l'inacceptable! Et les voies pour y arriver sont effectivement insidieuses, voire perverses. Les faits sont colorés de la dialectique éristique qui donne aux errements de l'histoire une façade de vérité.

Votre nouvelle sonne de la musique de la colère à laquelle j'adhère. J'y ai apprécié le crescendo de révolte du début à la fin de ce texte, qui remue le lecteur.
Soyez en vivement remercié.

Et je crois pouvoir affirmer que nous sommes heureux de pouvoir vous lire.

Je vous souhaite une magnifique semaine.

Jacques
Aodren
Posté le: 26-01-2018 22:58  Mis à jour: 26-01-2018 22:58
Débutant
Inscrit le: 29-12-2017
De: Limoges
Contributions: 12
 Re: Mutation
Merci. J'aime beaucoup ton poème dans lequel je me retrouve parfaitement. Les tristes évolutions actuelles, un peu partout dans le monde, m'inquiètent. Je pense qu'une aube rouge est possible et qu'elle n'est, hélas, pas forcément si lointaine. Si chacun gère correctement sa parcelle de pouvoir, je parle pour les démocraties, sans doute parviendrons-nous à éviter le pire.
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
38 Personne(s) en ligne (11 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 38

Plus ...