| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Afficher/Cacher la colonne
Accueil >> xnews >> En bref Plaidoyer pour les phrases courtes. - Nouvelles confirmées - Textes
Nouvelles confirmées : En bref Plaidoyer pour les phrases courtes.
Publié par Loriane le 18-02-2018 15:40:00 ( 128 lectures ) Articles du même auteur



En bref, La phrase courte, le défi du point ou :
plaidoyer pour les phrases courtes mais sans vouloir plagier, pasticher, singer ... nos hommes politiques


En bref, pour faire court, en résumé, pour être aussi incisif qu'il est possible de l'être, afin d'utilement vous parler de la nécessité souvent impérative, qu'il y a, à employer autant que faire se peut, des phrases courtes, des phrases très simples, limpides, lisibles par tous, des phrases que nous préférerons économes, concises, pour obtenir un effet des plus efficaces et simplifié, afin de permettre une compréhension maximale, car, jamais rien ne saura égaler ces impérieuses et élégantes phrases construites avec parcimonie, sur le canevas grammatical de la langue française, fière fille des langues latines, nous admettrons donc cet ordre convenu, depuis toujours admis par esprit de clarté, et qui est, précisons le : sujet, verbe, complément, ce qui s'impose comme étant la seule conjoncture souhaitable , et il parait évident que nous la favoriserons afin de toujours s'exprimer en se montrant clair, droit, le plus direct possible, dans le but d'être parfaitement entendu, nous préférerons donc des phrases lapidaires, tout comme celles habituellement utilisées par nos juges, nos avocats, tous nos savants et habiles expert du droit, dont le but suprême et d'asséner les opinions, les idées, mais aussi les sentences, sans conteste possible, mais attention, nonobstant les sots amphigouris du pédant, en résumé sans tomber, bien évidemment, sottement dans un langage abrupt qui serait alors trop sommaire et réduit, en nous faisant du même coup, courir le risque dans ce cas précis, de devenir incompréhensible peut-être même fumeux et abscons, et également sans prendre d'infinis détours inutiles, détours de nature à rendre le propos confus, beaucoup trop diffus, jusqu'à en faire perdre si souvent, le sens premier, la substance essentielle et à obscurcir le substantif message, et le but de communication, il est donc plus sage, redisons le, de se montrer sobre, nous écrirons bien sûr, tout en respectant autant que faire se peut notre riche et merveilleuse syntaxe, notre magnifique héritage, sujet de fierté, si souvent jalousée et phare incontesté dans le passé, qu'est notre belle langue, mais ajoutons aussi, il faut le dire, que celle ci, est souvent considérée de nos jours encore, pour son élégance souveraine, et il est communément concédé que, elle fût magnifiquement portée au sommet, encensée, par les plus grands, tels Molière, Victor Hugo, Céline, Proust......., mais, tant d'autres aussi, auxquels nous ajouteront, brièvement, seulement en les survolant rapidement, sans les citer, afin de ne pas trop s'éterniser, quelques uns de nos nombreux grands poètes, icônes éclatantes, gloires universellement connues, belles fiertés de notre grand pays, dont, elles ont su si bien porter avec élégance et grandeur, avec panache, dirons nous, tel un extraordinaire flambeau, notre riche langue, belle a en mourir par sa profondeur et sa richesse, et il va sans dire et nous disons, puis le dirons toujours, que cette brièveté que nous prônons, aura pour effet, ce qui est souvent admis, de faire disparaître un style littéraire bien trop arrogant , encombré, désagréablement présomptueux, si suffisant, et précisons, essoufflant, empreint d'une incommensurable et détestable vanité ostentatoire, or chacun s'accorde à penser et admettre volontiers maintenant, que, cette lourdeur, ce caractère pompeux, et cette morgue de monarque absolu, ont eut, pour visées, pour objet et dans le même temps, pour résultat , tout à la fois, premièrement, de satisfaire le cérémonial ésotérique de certains, désireux en constituant, une chapelle rejetante, lieu de règne d'élus bouffis de prétentions, élus aussi inquiets, que occupés à s' arc- bouter sur la défense de leur cercle fermé, de personnes prétendument, et sans contredit possible, supérieures et intelligentes, inaccessibles, se voulant, savantes, et d'autre part, deuxièmement, que la volonté inavouée, c'est indéniable, était bien évidemment, en corollaire, d'exclure le néophyte, l' inculte ce pauvre incohérent qui pourrait tout à fait avoir l'outrecuidance de se croire leur égal, or, il va sans dire ,qu'il y avait urgence de décourager toutes tentatives de compréhension, lui donner le sentiment fort et la certitude de n'être qu'un misérable sot.

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
17 Personne(s) en ligne (2 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 17

Plus ...