| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Visions préliminaires - Poèmes confirmés - Textes
Poèmes confirmés : Visions préliminaires
Publié par mercier le 29-05-2018 19:30:00 ( 98 lectures ) Articles du même auteur



Visions préliminaires


Le visage de la rue
Glisse en soubresauts de silex.
Le long d'un soupirail,
Ton nom devient un silence jadis honoré
Par des révoltés depuis effacés.

Un soupir se délie
Et son éventail donne au Maitre des paons
Les lucioles qui lui manquait pour s'évanouir
Dans le ciel d'une aube musarde.

Les souvenirs, ici, deviennent arches de murmure
Que ton regard décore d'anciennes prises
De corsaires honnis:
Rescapés sans lendemain
S'échouant au grès des houles
Perçues à l'Ouest,
Destination hasardeuse
Dont même s'écartent les loups de Décembre .

Avant la lumière
Avant la musique des forêts,
Il y avait cette rumeur
Que des phaétons divins
Devinaient avec le plaisir et la dérision de l'orage.

Leurs dons n'avaient d'égal que ton azur,
Fendant le miroir
Avec l'agilité d'une ombre primaire,
celle qui donne au crépuscule cet enfant
Admiré par leurs colonies discrètes.

Tu reconnais ton sang dans le flux des ambres sacrées,
Et te glisses parmi les failles des lunes arctiques.

Un animal unique , bleu comme l'heure vespérale,
Descend vers la ville,
Vers ta ville,
Ses gestes mesurés lui donnent l'allure d'un mirage,
Ses sens aiguisés
Font penser
Qu'une rencontre est imminente:

L'été est gros de musique dorée,
Son bruit salé installe ses pervenches diurnes
Sur l'affiche 3D
Où tes ancêtres écrivirent avec application
Le pronom réfléchi d'un jour rejoué en contrebas.

L'esquisse du vent contourne le lac asséché
Où des fantômes érudits
Enfouissent leurs reliquaires .

Là, tes songes dorment
Sur un tapis d'hibiscus cambrien,
Et préparent ton Levqnt
Car tu auras le verbe haut !

Viens , bel alezan,
La plaine est tracée enfin.
Le givre parti,
Ton galop peut parcourir ces lieux
Dont les nuées sont pacifiées.

L'émerveillement peut s'établir :
Tête ignée,
Naseaux de givre,
Membres de silice,
Les ailes nocturnes des gargouilles attentives
Donnent à ton plomb l'anagramme de l'or,

Son flux pare ton élan
d'une occasion d'être immortel...

29 Mai 2018



Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
18 Personne(s) en ligne (4 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 18

Plus ...