| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Péril de ma raison - Poèmes confirmés - Textes
Poèmes confirmés : Péril de ma raison
Publié par modepoete le 26-07-2018 14:57:07 ( 12 lectures ) Articles du même auteur



Cliquez pour afficher l



Péril de ma raison

Péril de ma raison je dépèce ma pensée
Egorgeant mes mots, mes images
Je perçois prés de moi le grand ravage
Qui fronde au contrefait de ma réalité

Je sais que ma pensée est ce produit
De la machinerie de mon cerveau
Qui file entre ses neurones sans barreau
Le construit du propre de mon acabit

Aussi ma violence pugnace m’agace
Elle dévore impunie mon calme
Qui se fond étourdi sous la lame
De ma désillusion sans audace

Le chacal vociférant me reprend
Lâches-toi! M’incite t’il rieur
N’ai que faire de la peur
Tu ne t‘étranglera pas de ton sang

La peste me prend, pustules volcaniques
Crachats rougeoyants de baisers
Sur l’immonde détresse amusée
De mon scélérat esprit amnésique

Où suis-je? Naviguant désespéré
Sur la vague altière d’une mer
Là quand se dort une solitude amère
Qui vous lèche comme une assoiffée

Apeuré je galère faible dans ma misère
Mes ors se transforment en pauvres sorts
Que je sème sur l’horizon de la mort
Comme un cadeau à la vie princière

Gronde ma volonté contre ce charlatan
Je le repousse, calé à son mensonge inné
Pour ne pas croire à la fin du bon espéré
Qui se dévoile à la lumière de mon sentiment

Transpire mon corps! Sur la tentation
De crier, d’hurler le nom de l’injustice
De trancher à vif l’ignorance factice
Que délivrent ces goujats de l’intimidation.

La machinerie ne stoppe plus son action
Manque-t-elle d’huile de soulagement
Pour éradiquer tous ces bouleversements
Ses neurones sauront-ils éviter déraisons

ƒC

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
22 Personne(s) en ligne (4 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 22

Plus ...