| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> M J - Poèmes - Textes
Poèmes : M J
Publié par jgiorgetti le 13-09-2018 16:50:00 ( 46 lectures ) Articles du même auteur



Leurs regards se croisèrent, comme pour s’effleurer,
Il n’y eut aucun mot, pas même une parole.
L’acacia est témoin, sous le ciel étoilé,
Qu’une tête s’est posée au creux de son épaule.

L’Août en vieillissant, rafraichissait ses nuits
Un parfum d’immortelles emplissait le chemin.
En marchant lentement, se blottit contre lui.
Un ange fit silence quand il lui prit la main.

« On s’aimera toujours ? » lui chuchota-t-elle.
Le ciel les bénira quand les hommes jaloux
Déverseront outrages et sujets à querelles.
Ils s’aimeront toujours en faisant fi de tous.

Aucun temps, aucun âge, n’est trop tard pour aimer.
L’enfance en calicot, surgit aux doux baisers.
Les « toujours » sont plus courts, les « jamais » plus jamais,
Ils désirent désormais, attiser le brasier.

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Loriane
Posté le: 16-09-2018 13:25  Mis à jour: 16-09-2018 15:41
Administrateur
Inscrit le: 14-12-2011
De: Montpellier
Contributions: 8994
 Re: M J
Magnifique, vraiment délicieusement superbe.
J'ai beaucoup aimé les images.

Citation :

L’Août en vieillissant, rafraichissait ses nuits
Un parfum d’immortelles emplissait le chemin.
En marchant lentement, se blottit contre lui.
Un ange fit silence quand il lui prit la main.


Belle lecture
LM
jgiorgetti
Posté le: 16-09-2018 14:33  Mis à jour: 16-09-2018 14:33
Régulier
Inscrit le: 29-03-2017
De: CORTE
Contributions: 66
 Re: M J
Merci Loriane,

Toujours aussi touchante dans tes commentaires.

Ce dernier texte fera partie de mon prochain recueil.

A bientôt.
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
34 Personne(s) en ligne (9 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 34

Plus ...