| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Le rat et la souris - Poèmes confirmés - Textes
Poèmes confirmés : Le rat et la souris
Publié par modepoete le 14-09-2018 12:59:20 ( 9 lectures ) Articles du même auteur



Cliquez pour afficher l


Le rat et la souris

Une souris et un rat élirent domicile
Dans l’immeuble d’une grande cité
Il se passa des jours sans autre fait :
Qu’un bruit émérite de quiétude docile
¤
Puis un jour le gros rat du quatrième
Interpella la petite souris blanche
Qui résidait placide sous les planches
De l’appartement vide du troisième
¤
- Comment se faire que vous eussiez sali
Le palier de mon accueillante résidence
Vous êtes sans scrupule ! Quelle science!
Vous a pris pour me traiter ainsi ! Pardi!
¤
Devant ce rat joufflu toujours belliqueux
La souris blanche répondit au triste malotru
- Comment cela ! Vous êtes bien trop bourru
Comprenez que je ne monte jamais en ce lieu
¤
- Je me trouve en dessous de vous c’est fou
Comment aurai-je pu commettre un tel acte
Vous n’avez donc que la terreur pour pacte
Je ne puis vous faire ce plaisir de grand loup
¤
Le rat ventru se prit à avoir mauvaise foi
- Ce n’est pas vous, alors le mois dernier
Quand j’ai retrouvé toutes vos saletés
Contre ma porte pour conspirer mon renvoi
¤
La souris blanche gentille maudit ce rat
- Mais mon cher ingrat comment se peut-il
Je n’avais emménagé en ce nouveau domicile
Le mois dernier je vivais au champ là bas
¤
Le rat maudit renchérit : - si ce n’est toi
Il s’agit alors de tes pairs qui m’on souillé
Va au diable! Et l’impétueux rat coléreux
Sauta sur la souris blanche tout en émoi
¤
Une coulée rouge perla sur sa robe blanche
Quand le vilain rat à la gorge l’eut saisie
Pour l’occire à sa tendancieuse déraison
Tel fut le sort réservé à l’innocence franche
¤
Eloignez vous et ne vous laissez pas prendre
Aux vils pièges de faux prétextes qui ruinent
Votre moral et votre vie qui les menant aux abîmes
D’odieux délits restés impunis sous vos cendres.
ƒC




Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
29 Personne(s) en ligne (4 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 29

Plus ...