| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Je pense ma nuit - Poèmes - Textes
Poèmes : Je pense ma nuit
Publié par modepoete le 26-09-2018 14:10:00 ( 54 lectures ) Articles du même auteur



Cliquez pour afficher l







Je pense ma nuit

¤
Je pense ma nuit, tiraillé par toutes mes douleurs
Allongé en paresse sur mon inflexible couvre lit
Mon esprit mélancolique court d’un pas hardi
Sur ton espace aux rêves de ces univers infinis
¤
Les mornes jours passés se vont en grande solitude
Serpentant aigres sur mes foudroyants malaises
Mon cœur frustré n’est pas dans ce présent à l’aise
Il cogne renfrogné contre l’infructueuse décrépitude
¤
Laisse vivre ma vive pensée toujours entrelacée
Sur nos vielles images d’un passé du bonheur
Quand mes hautains malheurs sans autre heurt
Dans tes forêts fécondaient adroitement ma bonté
¤
Victime désemparée de n’être ce géant malin
Qui voudrait couvrir ta beauté de mille baisers
Irradiant ton corps diurne d’un reflet passionné
D’un Rêve de chevalier à la lance acérée de dandin
¤
Et j’irai sagace par tes vallées riches combattre
L’iniquité des troubles de ma tragique réalité
Tremble ma nuit je veux la vérité, toute la vérité
Dépose les armes ! Cesse de vouloir m’abattre
¤
Tu m’oses le cauchemar mais je ne suis en retard
Je t’offre le duel, choisit ton arme la plus perfide
Je me soigne comme un dément dans ton aride
Amazonie où ton fantôme me pique sans égard
¤
Je me détache de ta noirceur qui me fait grande peur
Sombre dans ta vigilance, je veux survivre à mon futur
Laisses moi aller calme vers des horizons d’azur
Où je ne connaîtrai plus la puissance de ta folle rigueur
¤
Assez laisse moi ! Mon bonheur je le rêve yeux ouverts
Ô nuit Je n’ai plus ton besoin je te sais bien trop perverse
Pour m’accompagner dans ces heures de repos fiers
A me savoir en paix prés de mes réalités qui s’affairent

Oui ! Je me laisse rêver
Près de ma saine cheminée
Yeux grand ouverts de ma fierté
Au feu de mes lucidités
Je rêve

ƒC






Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
31 Personne(s) en ligne (7 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 31

Plus ...