| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Un soir de grand noir - Poèmes confirmés - Textes
Poèmes confirmés : Un soir de grand noir
Publié par modepoete le 27-09-2018 16:13:11 ( 41 lectures ) Articles du même auteur



Cliquez pour afficher l



Un soir de grand noir

Un soir de grand noir dans ma bastide
J’ai retrouvé abandonné triste à son sort
Mon petit frère, homme tracassé par le tord
De vouloir survivre à un grand mal insipide

Depuis de longs mois déjà son esprit
Pataugeait dans la fange du chômage
Le travail le fuyait au vu de son age
De feintes paroles il se sevrait meurtri

Trop affable il s’en était remis confiant
A l’absolutisme d’un patron vindicatif
Qui l’avait floué, abusé, usé démonstratif
Il languissait d’un jugement rassurant

Au noir quotidien il s’éclairait bafoué
Vivant la rue au fond d’un luxe affadi
D’huissiers rapaces au regard maudit
Dévorant quelques miettes écrouées

Sa volonté éclairée à nouveau le servit
Il s’en fut retourné au champ possible
D’une formation FIMO ; Métier miscible
De chauffeur routier ; Roulant destin infini

Sa pensée lui sourit, docile fièvre réjouie
Il me parla sage de ses projets pressés
D’en découdre sur les routes constellées
De ces bonheurs riches de bons amis

De sa verve franche il me conta Fernand
Qui le rassurait, l’aidait du mieux du mieux
Il me dit ne pas s’acoquiner au fesse-mathieu
D’écouter mes bons conseils le préservant

Il rêvait de ces cascades d’or déversées
Au chant de petites boules de la chance
Qu’un jour il sablerait de sa suffisance
Un bock de bière a la main argentée

Je sais qu’il m’invitera à sa postérité
Qu’il m’enfumera de sa Camel futée
Pour se procurer un gai plaisir ouaté
Celui du temps où il était désespéré.
ƒC


Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
35 Personne(s) en ligne (7 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 35

Plus ...