| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Ô toi l'accent - Poèmes - Textes
Poèmes : Ô toi l'accent
Publié par modepoete le 06-11-2018 14:10:00 ( 14 lectures ) Articles du même auteur



Cliquez pour afficher l




Ô Toi l’accent
¤
Accent quand attentif je t’entends
Tu gambades sur toutes les nuances
Des gracieuses voix de Provence
Qui chantent un gai langage rutilant
¤
Tu chapeautes heureux le bel E rassuré
Qui se pare fier d’une inflexion en flèche
Quand sèche ne sera jamais seiche
Pour me donner la raison du son sensé
¤
Circonflexe tu n’es pas cet artificiel
Chapeau oriental sage qui parade
Sur le chemin d’une saine ballade
Car tu allonges le pas de ta voyelle
On mettra l’apprêt après

Aigu tu voudrais te montrer excessif
Pour piquer d’un son strident la pointe
De ce minaudé E en crise de vile peine
A ne pouvoir seul, assuré d’être intensif
A rennes je n’ai vu d’arène

Toi, le grave privilégié qui tutoies haut les voix
Ils ne peuvent se passer de ta présence
Et les noms propres s’affolent à résidence
De ton absence en leur toute bonne foi
Je suis prêt pour l’à-peu-près

O bel accent! Tu n’as point d’inquiétude
Comment te faire disparaître dans l’inconnu
Quand tu procures le sourire dans les avenues
D’un monde joyeux jouant avec ta mansuétude.
Accent éphémère tu ne peux ne pas être
ƒC



Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
30 Personne(s) en ligne (7 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 30

Plus ...