| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> « Renaissance d'amour » - Poèmes - Textes
Poèmes : « Renaissance d'amour »
Publié par Johan le 23-04-2018 17:32:29 ( 630 lectures ) Articles du même auteur
Poèmes



« Renaissance d'amour »

Triste je suis, de ne point avoir cœur à aimer,
Car mon être entier est, d'envie, dépossédé,
Par les désespoirs, que Dames m'ont donnés,
Lorsque, vers autrui, elles se sont tournées.

Je me suis laissé gagner par la mélancolie,
Qui sur moi a fermé ses tristes ailes grises.
Mon cœur, sans vie, de froideur fut envahi,
Me laissant pantois, rabâchant les traitrises.

Quelquefois, dans ce sombre désert noir,
Scintille une lueur pour me faire savoir,
Que le feu couve sous la cendre d'amour,
Qu'un souffle pourra ré allumer un jour.

Je sais qu'un matin, mon cœur se réjouira,
De voir belle alouette monter vers le soleil,
Puis, aérienne, se laisser choir à merveille,
A l'endroit, dans les blés, où femelle veille.

Je saurai alors, que le temps est, somme toute, venu
De saisir, lorsqu'elle sera là, la délicate main tendue.
Celle qui attisera, en moi, les braises qui sommeillent,
Afin de réchauffer ma destinée, d'un amour bienvenu.

Johan (JR.).

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Helene
Posté le: 23-04-2018 23:54  Mis à jour: 23-04-2018 23:54
Semi pro
Inscrit le: 13-04-2018
De: REIMS
Contributions: 88
 Re: « Renaissance d'amour »
Bonsoir cher Johan,

sachez que, bien que mise à mal par cette triste affaire, je me considère prête derechef à rebondir sur un autre amour s'il m'est plaisir de le rencontrer...

Je ne suis peut-être pas assez romantique et sentimentale sur ce point de me laisser mourir de chagrin...

Quand trop de mal, on m'a fait, je tourne la page et je vais ! (je l'ai déjà fait trois fois ! Alors que mon but premier était de finir mes jours avec mon premier homme et amant....)

Patience, point trop n'en faut !

Bref, pour ne point tout dévoiler, j'attends encore un de ses écrits... et s'il ne me plait, je renoncerai à lui.

Il m'a écrit deux fois qu'il ne me méritait pas. Je commence à croire qu'il avait raison vue l'attente innommable dans laquelle il me laisse...

J'interprète sans doute trop les paroles de vos poèmes par rapport à ma situation, mais je vous dis mon sentiment.

Il reste de votre poème qu'il est magnifique et beau à en pleurer, mais je ne suis plus d'humeur à pleurer....

Merci de vos vers toutefois, ils font vagabonder l'âme et la tristesse d'autrefois...

Poétiquement votre amie.
LN.
Johan
Posté le: 24-04-2018 17:20  Mis à jour: 24-04-2018 17:20
Accro
Inscrit le: 05-03-2018
De: 18290 France
Contributions: 188
 Re: « Renaissance d'amour »
Bonjour Hélène !
Merci pour votre gentil commentaire !

Chacun voit dans un poème ce que sa sensibilité lui donne à voir !
C’est, il me semble, ce qui donne à la poésie son universalité !

Ce qu’on appelle de nos jours « la tristesse », était jadis appeler « la mélancolie »

Car autrefois, au temps de « l’amour courtois », la vie étant plus incertaine et beaucoup plus dure !
Alors on disait « être mélancolique » avant de dire « être triste ».
Tout comme on disait aussi éprouver de la nostalgie, avant de dire qu’on éprouvait des regrets.

La tristesse est l’objet de la pensée du jour d’aujourd’hui !

Amitiés !
Johan (JR.).
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
29 Personne(s) en ligne (7 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 29

Plus ...