| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Afficher/Cacher la colonne
Accueil >> newbb >> Défi du 15-11-2014 [Les Forums - Défis et concours]

Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes



(1) 2 3 »


Défi du 15-11-2014
Plume d'Or
Inscrit:
14/03/2014 18:40
De Paris
Messages: 1088
Niveau : 29; EXP : 0
HP : 140 / 700
MP : 362 / 10612
Hors Ligne
Dans le film de Denys de la Patellière sorti en 1961 et intitulé ‘Un taxi pour Tobrouk’, avec dans les rôles principaux Lino Ventura et Charles Aznavour, Michel Audiard, le scénariste, place une phrase mémorable dans la bouche d’un des personnages principaux.


« Un intellectuel assis va moins loin qu’un con qui marche. »


Imaginez une histoire, un poème, une chanson, une pièce de théâtre, bref un texte qui mette en lumière votre interprétation de ce morceau de bravoure de la langue française parlée au cinéma.

Bonne chance et amusez-vous bien,

Donald

Posté le : 15/11/2014 00:36
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi du 15-11-2014
Plume d'Or
Inscrit:
14/03/2014 18:40
De Paris
Messages: 1088
Niveau : 29; EXP : 0
HP : 140 / 700
MP : 362 / 10612
Hors Ligne
Ceci n'est pas ma réponse au défi, loin de là mais un petit haïku matinal pour encourager les participants.

(N’)intellectuel

Purée de neurones
Dans un brouet d’idées mortes
Arrose le zinc


Posté le : 15/11/2014 09:20
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi du 15-11-2014
Modérateur
Inscrit:
21/03/2013 20:08
De Belgique
Messages: 3218
Niveau : 44; EXP : 15
HP : 215 / 1078
MP : 1072 / 19445
Hors Ligne
Chacun sa méthode

Le professeur Von Strudel et son assistant Yvan sont face à une porte en bois sculptée, posée dans un enfoncement de montagne, en plein cœur du Sahara.
« Voici l’entrée du tombeau de Toutantoquépacher, un des pharaons les plus méconnus de l’histoire !
– Lui pas mort de froid ? Trop chaud ici patron ! Se plaint l’armoire à glace à l’accent russe prononcé.
– C’est normal. On est en plein désert. Je t’avais dit de ne pas mettre ta chapka et ton manteau en peau d’ours brun. Et tu as même emporté tes raquettes ! Bon, voyons le plan.
– Ça quoi ?
– Le plan du tombeau. Je l’ai retrouvé dans les caves de la bibliothèque d’Alexandrie. L’architecte de l’époque, un certain Imhobeth, aura sûrement voulu laisser une trace de son œuvre pour qu’on reconnaisse son talent. Il y a des pièces truffées de pièges pour protéger le sarcophage.
– Pourquoi nous voler vieux os ?
– Ce n’est pas le corps du pharaon qui est intéressant. Bien qu’on puisse peut-être découvrir la cause de sa mort car aucun écrit de l’époque n’y fait référence.
– Alors quoi chercher ici ?
– La trésor ! Il a été inhumé avec tous ses bijoux.
– D’accord. Entrer ! »
Le scientifique lève la main pour intimer à son bras droit moscovite d’attendre et sort de sa besace en cuir un parchemin. Il le déroule délicatement dans un coin ombragé et expose son plan minutieux, élaboré depuis des mois au prix de nombreuses nuits blanches.
« Nous devons d’abord résoudre l’énigme posée par la porte d’entrée. Il s’agit d’une sorte de rébus à la mode égyptienne. Grâce à mes cours de hiéroglyphes appliqués, je pense être parvenu à trouver le mot. Il s’agit d’un oiseau qui a disparu maintenant, le « crotte de chameau ailé ». C’était une sorte de corbeau au plumage brun avec des reflets verdâtres. On l’appelait ainsi pas uniquement en raison de sa couleur mais aussi parce que cette espèce avait pour habitude de rester derrière les chameaux. Ces oiseaux se nourrissaient des restes de nourriture contenus dans les déjections des camélidés. Mais nombreux d’entre eux sont morts, écrasés.»
Là, un bruit sourd retentit et son écho se répercute sur les montagnes alentours. Sans se retourner, le professeur crie :
« Yvan, mouche-toi de façon moins bruyante. Je sais que tu es sensible au triste sort de ces volatiles mais écoute-moi. Nous devons suivre mon plan à la lettre pour parvenir jusqu’au trésor, vivants. Une fois la porte ouverte, nous trouverons une salle avec des dalles piégées. Si nous marchons sur l’une d’elles, elle basculera et nous tomberons dans un puits profond. Je t’indiquerai le chemin sûr, une fois sur place. Nous devrons ensuite traverser un couloir avec de grandes haches à double tranchant, qui vont se balancer du plafond à notre arrivée, afin de bloquer le passage. Il faudra avancer peu à peu pour les éviter. Dans le sol de la pièce suivante, des lances aux pointes acérées seront prêtes à nous embrocher au moindre faux pas. Après nous arriverons enfin à la salle du tombeau et le trésor sera à nous ! »
L’homme de sciences part dans un rire nerveux avant de replier sa carte et de se lever. En se retournant, il fait face à Yvan, les bras chargés de bijoux incrustés de pierres multicolores scintillant sous le soleil cuisant. Le sourire du colosse met en évidence son incisive absente sur la rangée du haut.
« Voilà patron ! Fait ! Partir maintenant ? Yvan très soif ! »
Interloqué, les yeux exorbités, la bouche béante, le professeur finit par bégayer :
« Mais… mais… comment as-tu fait ?
– Facile ! Yvan d’abord défoncer porte avec épaule, utiliser raquettes grande taille sur dalles piégées puis courir pour éviter haches. Moi tête protégée par chapka renforcée avec métal ! Puis, avec veste en peau enduite de graisse d’ours, moi courir et glisser comme sur luge en hiver dans Russie natale. Lances sorties mais moi déjà passé. Yvan prendre le trésor et photo du tas d’os dans boîte pour comprendre pourquoi mort. Regarder ! »
Le Russe tend son GSM à son patron qui examine le cliché du corps momifié avant d’annoncer :
« Le mystère est levé. Il était comme toi !
– Fort !?
– Non, assoiffé ! Il aura sûrement bu beaucoup de vin, boisson très prisée par les pharaons de l’époque, et une personne mal intentionnée en aura profité pour l’empoisonner. Je le vois aux taches qu’il a sur le visage, ou du moins ce qu’il en reste ! Bon, tu as bien mérité que je te paie une tournée pour la peine. »

Posté le : 15/11/2014 19:51
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi du 15-11-2014
Plume d'Or
Inscrit:
14/03/2014 18:40
De Paris
Messages: 1088
Niveau : 29; EXP : 0
HP : 140 / 700
MP : 362 / 10612
Hors Ligne
Tu m'as bien fait marrer avec cette histoire Couscous.
Ton Yvan est carrément brut de fonderie.
Comme quoi, ça peut servir !
Bravo !
Donald

Posté le : 15/11/2014 19:59
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi du 15-11-2014
Modérateur
Inscrit:
21/03/2013 20:08
De Belgique
Messages: 3218
Niveau : 44; EXP : 15
HP : 215 / 1078
MP : 1072 / 19445
Hors Ligne
J'ai beaucoup pensé à ton 'petit' Igor en créant Yvan. Ils doivent avoir un lien de parenté du côté de l'incisive supérieure droite.

Quelle rapidité. Tu es au taquet dès que l'un de nous poste...

Merci Donald même si ton défi m'a donné quelques cheveux gris supplémentaires.

Bises

Couscous

Posté le : 15/11/2014 20:39
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi du 15-11-2014
Plume d'Or
Inscrit:
06/08/2013 20:30
De Le Havre
Messages: 805
Niveau : 25; EXP : 53
HP : 0 / 613
MP : 268 / 10378
Hors Ligne
Très très drôle Couscous, comme d'habitude. Rien que d'imaginer le look d'Yvan je suis morte de rire.

Posté le : 16/11/2014 11:36
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi du 15-11-2014
Modérateur
Inscrit:
21/03/2013 20:08
De Belgique
Messages: 3218
Niveau : 44; EXP : 15
HP : 215 / 1078
MP : 1072 / 19445
Hors Ligne
Oui, il est très typé !

Merci !

Posté le : 16/11/2014 11:48
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi du 15-11-2014
Plume d'Or
Inscrit:
06/08/2013 20:30
De Le Havre
Messages: 805
Niveau : 25; EXP : 53
HP : 0 / 613
MP : 268 / 10378
Hors Ligne
Johnny Be Good


Johnny est grand, costaud, et très en colère contre sa femme.

- Regarde-toi ! Toujours en train de lire ! Est-ce que je lis moi ? Je rentre du gratin, et t’es toujours là assise sur le canapé ou à ton bureau. Parce que madame a un bureau maintenant !

Sa femme le regarde à peine. Tous les jours c’est la même sérénade, Johnny ne supporte pas qu’elle étudie pour avoir une meilleure situation. Ils se sont mariés jeunes, très jeunes, il était beau Jojo, c’était le plus baraqué de la bande, mais il est resté un peu brut. Angélique, elle, a évolué, elle ne voulait pas rester standardiste toute sa vie, elle a passé des diplômes, et, maintenant elle va suivre des cours à l’université.

- Qu’est-ce qu’on en a à foutre des diplômes, tu peux m’le dire ? Est-ce que j’en ai moi ? Et j’gagne plus de maille que toi, pauvre pomme !

C’est toujours le même refrain, Johnny ne voit pas plus loin que le bout de son nez. C’est sûr qu’il gagne plus qu’elle, mais c’est surtout grâce à son job de sosie du chanteur. Tous les soirs il s’habille avec des paillettes, il prend sa fausse guitare et il va chanter « Que je t’aime » en play-back au « Pirate », la boîte de nuit à la mode. Ses parents l’ont appelé Johnny comme Hallyday, il a écouté ses chansons pendant toute son enfance, et maintenant il se prend pour lui, c’est pathétique… Heureusement que sa femme n’a pas suivi le même chemin, ses parents étaient fans d’ « Angélique Marquise des anges ».

Angie prend bien soin de l’appartement, elle fait la cuisine, les courses, le ménage, tout ça en plus de son travail. Elle ne veut pas que son mari lui reproche de négliger leur foyer, mais ça ne suffit pas, il veut qu’elle arrête d’étudier.

- J’arrive même pas à lire les titres de tes bouquins ! Comment qu’tu peux t’intéresser à des conneries pareilles ! Y’a même pas d’images !

Mais la jeune femme a trouvé un article intéressant :

- Tiens regarde, il y a des mines d’or au Sénégal. Il paraît qu’on peut gagner plein d’argent en allant là-bas.

- Des mines d’or ! Ma pauv’ fille tu délires !

- Non, je t’assure, regarde, tu peux acheter des concessions, les gens du coin travaillent pour toi et tu les payes trois fois rien, après tu empoches les bénéfices.


Chercheur d’or ! Voilà un métier qui a toujours fait rêver Jojo. Il se voit déjà avec une grande écuelle, au bord d’une rivière, avec son chapeau de cowboy et ses santiags, le visage buriné par le soleil.

- Ce sont des mines, rien à voir avec l’or qu’on trouve dans les cours d’eau. C’est beaucoup mieux, quand tu trouves un filon, ta fortune est faite !

- Oui mais c’est dégueulasse, tu veux qu’j’aille exploiter des pauv’z’ Africains ?

- Mais non, mon Johnny, tu les payes assez pour qu’ils aient une bonne vie dans leur pays, mais par rapport à nos salaires c’est peanuts !

- Ouais, ben j’ai du taf moi ici, j’ai même deux boulots, alors quand est-ce qu’c’est-y que j’vais aller dans les mines ?

- Pendant tes vacances mon amour !

Angélique pousse ses livres et fait une place à Johnny. Elle le prend par le cou.

- Tu sais qu’il faut que je travaille pour mes examens. Tu pars te dorer la pilule au soleil pendant cinq semaines, et tu reviens plein aux as.

- Tes examens ! On croirait qu’tu vas à l’hosto.

L’image d’Indiana Jones se superpose à celle du cowboy près de la rivière.

- Remarque, pourquoi pas, après tout. J’aime l’aventure.

Il se met à fredonner « l’Aventure c’est l’aventure »

- Elle est pareille à l’amur, elle est à moi pur tujurs… T’as raison mon Ange, j’vais partir, tu restes dans tes bouquins, et je reviendrai te couvrir d’or, comme ça, tu m’foutras la paix avec tes conneries d’études.
https://www.youtube.com/watch?v=ct0j44qZs4s

Angélique a acheté le billet d’avion de son mari, elle a trouvé un contact au Sénégal, par un biais pas vraiment légal, et bye bye Johnny !

Quelques temps plus tard, l’ambassade de France l’appelle pour lui annoncer le décès de son mari. Il a été attaqué par des voleurs qui avaient appris qu’il avait trouvé un super filon.

La jeune femme repose le combiné, elle se rassoit sur le canapé au milieu de ses lectures, et soupire en pensant à ce qu’elle va bien pouvoir faire de tout cet or que Johnny a eu le temps de lui faire parvenir avant de mourir. Elle se rappelle du film un taxi pour Tobrouk où l’un des personnages dit : « un intellectuel assis va moins loin qu’un con qui marche », et elle marmonne avec un petit sourire :

- C’est pas faux…

Posté le : 16/11/2014 17:51
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi du 15-11-2014
Modérateur
Inscrit:
21/03/2013 20:08
De Belgique
Messages: 3218
Niveau : 44; EXP : 15
HP : 215 / 1078
MP : 1072 / 19445
Hors Ligne
Tu as illustré cette phrase avec brio et des paillettes !
Ah que Johnny te remercie !

Bises

Couscous

Posté le : 16/11/2014 19:02
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi du 15-11-2014
Plume d'Or
Inscrit:
06/08/2013 20:30
De Le Havre
Messages: 805
Niveau : 25; EXP : 53
HP : 0 / 613
MP : 268 / 10378
Hors Ligne
Toute la musique que j'aimeu

Posté le : 16/11/2014 19:16
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant
(1) 2 3 »




[Recherche avancée]


Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
26 Personne(s) en ligne (13 Personne(s) connectée(s) sur Les Forums)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 26

Plus ...