| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Afficher/Cacher la colonne
Accueil >> newbb >> Défi du 17 février 2018 [Les Forums - Défis et concours]

Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes





Défi du 17 février 2018
Plume d'Or
Inscrit:
18/02/2015 13:39
De Dijon
Messages: 1902
Niveau : 36; EXP : 26
HP : 176 / 881
MP : 634 / 8984
Hors Ligne
Chères amies et amis,

Voici le sujet que je vous propose pour cette semaine. Titi me l'a inspiré.

Vous faites un voyage à Venise et votre programme avait naturellement de faire une promenade en gondole avec la personne de votre choix.
Les canaux sont vides. Que faites vous? Comment allez vous adapter votre programme pour rester dans la magie de cette ville?

Nous serions très heureux de vous lire à ce sujet.

Amitiés de Dijon.

Jacques

Posté le : 17/02 17:25
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi du 17 février 2018
Administrateur
Inscrit:
30/05/2013 12:47
Messages: 1400
Niveau : 32; EXP : 14
HP : 155 / 778
MP : 466 / 11852
Hors Ligne
Isté, j'ai honteusement plagié la chanson écrite par Françoise Dorin et mise en musique par Charles.Aznavour, ''Que c'est triste Venise''

C'est presque identique!!!il........ ne manque que leurs talents!!!!''

Que c’est triste Venise
Quand il manque la flotte
Que c’est triste Venise
Quand l’eau ne coule plus

On cherche les canaux
D’ailleurs j’ai mis les bottes
On voudrait patouiller
Mais on ne le peut plus

Que c’est triste Venise
Lorsque des branquignoles
Venus s’en s’renseigner
N’en croient pas même leurs yeux

Et que dès lors, amères,
En voyant les gondoles
Figées, ils gueulent alors,
Et en appellent aux cieux


Les musées les églises
Cela les insupporte
Inutile d’insister
Les Turons* sont déçus

Que c’est triste Venise
Quand C.. comme la lune
Titi en slip de bain
Attend l’acqua alta

Risquant avec la brise
A poil sur la lagune
Un rhume de fessier
Dont on n’se remet pas

Adieu, tous les couillons
Qui viennent et qui ressortent
Gueulant: si j’avais su
Moi j’aurai pas venu

Que c’est triste Venise
Quand il manque la flotte
Que c’est triste Venise
Quand l’eau ne coule plus



Tribu gauloises ayant occupé la Touraine



Posté le : 20/02 20:18
_________________
Titi
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi du 17 février 2018
Plume d'Or
Inscrit:
18/02/2015 13:39
De Dijon
Messages: 1902
Niveau : 36; EXP : 26
HP : 176 / 881
MP : 634 / 8984
Hors Ligne
Cher Serge,

J'ai beaucoup aimé la mimétique de ton poème avec la chanson de Charles Aznavour.
Et je relève toujours ta verve et ton humour.
J'ai passé un délicieux moment.

Et tu m'as inspiré comme souvent, comme toujours, maintenant.

Aussi ai-je voulu faire comme toi. Et je suis allé chercher l'inspiration dans la chanson de Julien Clerc : Elle voulait qu'on l'appelle Venise.

J'ai appelé mon modeste poème : doit-on l'appeler Venise?


Elle voulait que je l’appelle Venise
Et la voir sans eau me défrise.
Moi qui voulais jouer au gondolier
Et sûrement, ma femme, impressionner.

Et voilà que je dois ramer sans eau
Tout cela, je vous le dis, n’est pas beau.
Elle voulait que je l’appelle Venise
Quelle drôle d’idée, cette méprise.

Quelle drôle d'idée...
Quelle drôle d idée…

Je me voyais avec ma voix exquise
Charmer ma femme devenue tout éprise
Par ma fière allure de marin d’eau douce,
Et devant mes désirs lever le pouce.

Et cette ville veut s’appeler Venise,
Ce n’est pas très sérieux cette bêtise.
Je vous assure que je vais trouver mieux :
La banquise, cela sera délicieux.

Et voilà que ma femme veut me fuir
Mais très loin d’elle je vais me languir.
Elle veut aller vers des terres mystérieuses,
Et de Venise devenir oublieuse.
Intéressée par le charme italien,
A Orta, elle part y créer des liens.
J’ai le cœur très noué sous ma chemise
Sans elle, je ne peux faire qu’une crise.

Elle voulait que je l'appelle Venise.
Mes yeux, de chaudes larmes, sont trempés.
Très loin de ma femme et de son emprise,
Je désire son tendre amour diapré.

Tout incliné comme la tour de Pise
Que vaut cette ville sans ses baisers.
Elle voulait que je l’appelle Venise.
Je pars à Orta pour être apaisé.

Amitiés de Dijon.

Jacques

Posté le : 21/02 21:52

Edité par Istenozot sur 22-02-2018 12:15:03
Edité par Istenozot sur 22-02-2018 12:17:51
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi du 17 février 2018
Administrateur
Inscrit:
30/05/2013 12:47
Messages: 1400
Niveau : 32; EXP : 14
HP : 155 / 778
MP : 466 / 11852
Hors Ligne
Pas de doute , Isté , la musique t'est source d'inspiration!!!

Et de fait, comme la Tour de Pise , je m'incline devant cette belle déclaration d'amour!!!

Venise, Pise ,Orta voila de bien jolies destinations pour un trouvère artiste musicien et poète.

C'est toujours agréable d'échanger, via le Défi, Isté, dommage que nous n'arrivons pas à y entraîner d'autres Loréens.

Je te propose de réfléchir à cela, peut être en s'inspirant de ce que proposent d'autres sites???

Pour ma part, partant samedi matin, direction les Pyrénées, je vais pendant cette période tenter de trouver des remèdes à cette sensible désaffection.

Au retour, je te propose d'échanger sur nos éventuelles solutions à apporter pour dynamiser cet espace de convivialité.

Porte toi bien, bonne semaine et à dans une huitaine.

Amitiés

Posté le : 22/02 09:31
_________________
Titi
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi du 17 février 2018
Plume d'Or
Inscrit:
18/02/2015 13:39
De Dijon
Messages: 1902
Niveau : 36; EXP : 26
HP : 176 / 881
MP : 634 / 8984
Hors Ligne
Cher Serge,

Sois sincèrement remercié pour ton message toujours bienveillant et amical. J'aime cela et j'apprécie l'humilité qui est la notre.
Nous aimons écrire, voilà tout, et partager de simples moments épistolaires et amicaux.

Vois-tu, je ne saurais vivre aujourd'hui sans la musique et la poésie. Lorsque je chante ou que modestement j'écris un poème, j'oublie mes souffrances, mes soucis et mes problèmes de santé qui pointent leurs nez avec un peu trop d'insistance. Et je suis aussi bien entouré par ma femme, mes enfants, et mes amis d'ici et d'ailleurs.

Le lac d'Orta : j'ai écrit un poème à son sujet que j'ai publié ici, à l'Orée. Il fait partie de mes lieux privilégiés de villégiature. Le cadre est enchanteur. Lorsque j'y viens, je retrouve toujours la sérénité. C'est un peu mon paradis. Nous y sommes allés plusieurs fois, avec la Dame de mes pensées.

Comme toi, je regrette la désaffection à l'égard de nos défis mais je comprends aussi que cela puisse être vécu comme une exigence difficilement tenable sur la durée. J'ai moi-même dérogé à nos défis pendant quelques mois. Mais j'ai ressenti le besoin impérieux et très intérieur d'y revenir, et même modestement de remplacer notre amie Delphine, qui nous a tant donné.

J'ai stimulé mon frérot qui est venu deux fois ici, et je compte bien le stimuler encore. Tout comme toi, je vais réfléchir pour donner plus d'espace à nos défis, en trouvant des idées originales. Nous échangerons à ce sujet, j'en suis certain.

Ah les Pyrénées! J'y ai passé aussi quelques vacances, tant dans les Pyrénées orientales qu'occidentales. Je suis même monté sur le Mont Canigou, une nuit, pour découvrir le levée du soleil sur la Méditerranée. Ce fut grandiose. Je garde de ce moment un souvenir très ému. J'y ai rencontré l'absolu!
Je te souhaite, cher Serge, un magnifique séjour dans cette belle province française.

Porte toi bien et prend bien soin de toi.

Amitiés de Dijon.

Jacques

Posté le : 22/02 20:38
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant




[Recherche avancée]


Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
21 Personne(s) en ligne (7 Personne(s) connectée(s) sur Les Forums)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 21

Plus ...