| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Afficher/Cacher la colonne
Accueil >> newbb >> Défi thème d'écriture du 16 septembre [Les Forums - Défis et concours]

Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes



(1) 2 »


Défi thème d'écriture du 16 septembre
Modérateur
Inscrit:
21/03/2013 20:08
De Belgique
Messages: 3218
Niveau : 44; EXP : 15
HP : 431 / 1078
MP : 1072 / 16320
Hors Ligne
Bonjour à tous,

Cette semaine, le sujet a été choisi par Arielleffe. Elle nous propose d'écrire sur le thème "Le déménagement".

A vos plumes ...

Je suis impatiente de lire vos oeuvres, voire vos chefs-d'oeuvre !

A bientôt ...

Couscous

Posté le : 15/09/2013 06:25
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi thème d'écriture du 16 septembre
Semi pro
Inscrit:
08/09/2013 19:25
De le havre
Messages: 99
Niveau : 8; EXP : 94
HP : 0 / 198
MP : 33 / 2734
Hors Ligne
Accroupie dans le jardin, jouant avec une poupée de chiffon, j'entends au loin le solex de maman arriver. Je me précipite, essuie la terre de mes genoux et m'approche du grillage afin de la regarder . Quelle est belle ma maman, sur son solex jaune, sa robe fluide sous le vent. Maman est vraiment la plus jolie de toutes les mamans de notre village, elle a le teint d'une porcelaine, des jambes aussi longues et fines que mes poupées, des cheveux comme Blanche-Neige, des yeux noirs et brillants comme du charbon mouillé.Je la vois ouvrir la barrière, poser son solex sur le tronc du pommier et se diriger vers moi, presque sans me voir.

Elle a juste perdu son grand sourire depuis la mort de papa il y a quelques mois. Il était gentil avec nous papa, mais maman grondait souvent car il ne rapportait pas assez d'argent et parce qu'il ne finissait jamais ce qu'il avait commencé.

Nous, on trouvait ça bien amusant de dormir, tous les cinq dans le grenier parce que papa avait décidé de refaire le mur de notre chambre. Maman, n'était pas contente, parce que le mur était tombé au printemps et que maintenant en septembre, nous risquions d'être tous trempés car il manquait aussi des ardoises. Alors papa nous demanda de monter avec lui sur le toit pour remettre des ardoises, c'etait rigolo et je serais bien remontée le lendemain, mais papa était parti au café avec des copains. Alors maman lisait.

On déménage la semaine prochaine Nathalie, me dit-elle. Elle m'explique que Roger, qui a un bon travail et une grande maison, veut bien de nous.
Je l'ai rencontré Roger, il y a quelques semaines, je ne l'aime pas trop, il me dit trop souvent que je suis très jolie et bien formée pour mon âge, ça veut dire quoi, bien formée, j'ai des bras, des jambes comme tout le monde, je suis jolie, oui, mais bien moins que maman.

Et ce que je n'aime pas non plus, c'est comment il nous dit bonjour à mes soeurs et à moi, il n'est pas pareil avec Stephane et Arnaud.

Quand papa disait," allez demain, on déménage le garage", ça voulait dire tout sortir dans le jardin et tout re-ranger mais pas à la même place. Papa organisait souvent ça l'été, quand tonton Didier venait pour le w-end et on finissait ce dur labeur par un barbecue en famille. J'aimais bien déménager alors.

Là, je n'ai pas envie, maman nous explique que nous avons juste à mettre nos affaires dans des cartons parce que Roger ne veut pas de nos meubles. Ce n'est pas comme ça un déménagement, on doit emmener toutes nos affaires.

Comme le jour où ma copine Patricia est partie parce que son papa avait trouvé un travail loin, un camion était venu, et tout l'intérieur de sa maison était parti. C'etait tout vide quand je suis venue en pleurs faire un bisou à ma copine. Les meubles, les affaires, les décorations, les lumières, tout avait disparu, même Camomille, leur chien. Il ne restait que quelques fils pendouillant, des papiers et des sacs plastiques par terre et des traces jaunes sur les murs.

On va donc tous déménager et tout laisser! Mais elle va devenir quoi notre maison, oui elle est toute petite, oui elle fuit et on doit mettre des gamelles pour récupérer l'eau, oui il manque un mur, oui l'hiver le froid trouve toujours une porte pour venir, mais c'est notre maison.

Je ne veux pas déménager.

Posté le : 15/09/2013 16:26
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi thème d'écriture du 16 septembre
Modérateur
Inscrit:
03/05/2012 10:18
De Corse
Messages: 1186
Niveau : 30; EXP : 5
HP : 145 / 726
MP : 395 / 12857
Hors Ligne
Partant du principe, qui reste à prouver, que c'est toujours mieux ailleurs, j'ai toujours mis beaucoup de vitalité et d'entêtement à aller voir si c'était vrai.
j'ai donc, fréquemment, été voir ailleurs comment je m'y trouverais.

Etant bien entendu que la petite intendance ne me concernait pas, j'ai toujours ignoré, dans la plus grande indifférence, les mises en cartons des menues petites bricoles encombrant une maison, c'est à dire la vaisselle, le linge, les bibelots, les ustensiles, les albums, ect....., me réservant l'exclusivité du reste, c'est à dire...heu...du reste, quoi !
A partir du moment où toutes les démarches de changement de domicile sont faites, ma rituelle idée fixe réapparaît. Il est hors de question que je me fasse arnaquer par tel déménageur, puisqu'il en existe, forcément, un autre moins gourmand. Je le trouve toujours : C'est celui après lequel je me jure bien de ne jamais plus avoir recours à des amateurs qui, après m'avoir déménagé le lundi, iront débroussailler le lendemain.
De toutes façons, s'il est une chose dont je suis sur, c'est que tous ceux qui sont venus saccager mes meubles doivent avoir gardé un excellent souvenir de moi, et c'est bien normal.
Le manuel que je suis a toujours eu des emplois à responsabilités, c'est à dire que j'ai assumé le suivi et la qualité du travail de ceux que je dirigeais. Mais ma conscience professionnelle n'a jamais su trouver les limites de ces responsabilités.
Voilà pourquoi, toute ma vie, je me suis obligé à assumer la plus grosse part du boulot des autres, en appliquant une expression que je formulais fréquemment,et je le regrette amèrement aujourd'hui, " il faut être capable de faire toi-même ce que tu demandes à autrui " Au besoin, si j'oubliais, celui que j'envoyais bosser me rappelait ma petite phrase, d'une façon ou d'une autre .
Vous dire si les deux ou trois laborieux occasionnels que je trouvais pour déplacer mes meubles pouvaient en tirer profit.
A peine descendus de leur camion, ils trouvaient la plupart de mes meubles sur le palier ou la terrasse. C'est tout juste s'ils ne devaient pas insister pour les mettre eux-mêmes dans leur camion...
Mon insistance pour qu'ils boivent mes bières, entre chaque meuble, devait leur sembler suspecte.Ainsi que l'arrêt casse-croûte que je décrétais, avec des sandwiches raffinés et des bouteilles pour communions.
Ce qui faisait que ma main-d'oeuvre occasionnelle arrivait pompette avec des sourires béats en mettant pied à terre, devant mon nouveau logement.
Mais le futur maître de céans avait pensé à tout ! pas question qu'ils négligent l'heure du déjeuner ( bien que je mange rarement le midi )
Très fier de moi, je leur offrais mon petit panier-repas surprise. Je suis bien conscient d'avoir toujours prévu bien au-delà d'un appétit d'ogre normal, mais c'était un petit plaisir que je me faisais.
Ils ne pouvaient jamais manger tout et mettaient ce qui restait dans leur camion
C'était toujours l'après-midi que mes meubles souffraient le plus. Au milieu des gloussements et ricanements de déménageurs supportant mal le bordeaux, j'entendais parfois un sinistre craquement, un coup de gong, une longue vibration, selon ce qui était en cours de transport.
Après un coup d'oeil de vérification, j'ajoutais mentalement sur ma liste le petit matériel que je devrais acheter, dans les jours à venir, pour remédier aux dégâts.
Il m'est même arrivé de constater la disparition de quelques cartons, probablement oubliés sur un coin de trottoir. Non ! Quand on n'est pas sur, on n'accuse pas !

Mon dernier déménagement, il y a moins d'un an, s'est passé conformément à tout ce que je viens de décrire.
J'imagine que le tout jeune marié, de Bastia, qui m'a déménagé, devait en être à sa première expérience. Rien qu'à voir cette manie qu'il avait , dès qu'il avait placé un meuble dans son camion, d'en prendre une photo qu'il envoyait illico à sa jeune épouse.
Lui et le Portugais, dont il avait fait connaissance la veille, ont terminé l' emménagement vers 10h du soir, pratiquement en rampant. Normal; le monte-meubles prévu dans le devis avait eu la malchance d'être accidenté la veille. même le Portugais me l'a confirmé.
Cette fois-ci, ma liste de matériel pour réparations a été sensiblement plus longue qu'à l'ordinaire..

Non. Je ne suis pas naïf. J'ai bien remarqué que les deux petits gars s'étaient défoncés pour gagner leur journée. Leur prix était raisonnable et les dégats involontaires.

ah oui...
Deux jours plus tard, j'ai reçu un SMS du jeune marié.
Il me remerciait beaucoup : dans le reliquat du casse-croûte qu'il avait emporté avec lui, il avait découvert une boite de foie gras et il m'en était reconnaissant. Il la conserverait pour la noël toute proche.



Posté le : 15/09/2013 19:46
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi thème d'écriture du 16 septembre
Modérateur
Inscrit:
03/05/2012 10:18
De Corse
Messages: 1186
Niveau : 30; EXP : 5
HP : 145 / 726
MP : 395 / 12857
Hors Ligne
Violette ,
Ce sont des souvenirs doux-amers dont tu te souviens. Le choc des événements graves et celui d'une nouvelle vie aux contours douteux sont bien lourds à assumer pour une toute jeune enfant.
L'image de ta jolie maman est l'image, qu'à coup sure, tu garderas toujours d'elle.Une famille nombreuse devait être une charge terrible, pour qu'elle la porte seule.
Merci pour ton bien joli texte plein de souvenirs pesants, heureux et nostalgiques
Amitiés Bacchus

Posté le : 15/09/2013 19:55
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi thème d'écriture du 16 septembre
Semi pro
Inscrit:
08/09/2013 19:25
De le havre
Messages: 99
Niveau : 8; EXP : 94
HP : 0 / 198
MP : 33 / 2734
Hors Ligne
Merci Bacchus pour ta lecture et surtout, surtout, merci pour ton texte, j'ai beaucoup ri en le lisant, je pense d'ailleurs que mes voisins s'ils avaient pu m'entendre, m'auraient fait interner de m'esclaffer ainsi toute seule!!!

Posté le : 15/09/2013 22:21
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi thème d'écriture du 16 septembre
Modérateur
Inscrit:
21/03/2013 20:08
De Belgique
Messages: 3218
Niveau : 44; EXP : 15
HP : 431 / 1078
MP : 1072 / 16320
Hors Ligne
Tes déménageurs étaient soignés aux petits oignons. Tes dons pour tout réparer t'ont apparemment beaucoup servi sinon chaque déménagement aurait nécessité d'achat de nouveau mobilier.

Merci pour cette tranche de vie très drôle.

Posté le : 16/09/2013 06:38
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi thème d'écriture du 16 septembre
Plume d'Or
Inscrit:
06/08/2013 20:30
De Le Havre
Messages: 805
Niveau : 25; EXP : 53
HP : 0 / 613
MP : 268 / 8602
Hors Ligne
Quelle angoisse ces déménagements pour les enfants, mais pour les adultes aussi finalement.

Merci Violette 12

Posté le : 16/09/2013 16:55
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi thème d'écriture du 16 septembre
Plume d'Or
Inscrit:
06/08/2013 20:30
De Le Havre
Messages: 805
Niveau : 25; EXP : 53
HP : 0 / 613
MP : 268 / 8602
Hors Ligne
A Bacchus,

C'est une vraie partie de plaisir tes déménagements ! la prochaine fois appelle moi, je pourrai vous aider à finir les paniers pique nique au foie gras et au Bordeaux (moelleux j'espère...)
Très drôle en tous cas !

Posté le : 16/09/2013 16:59
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi thème d'écriture du 16 septembre
Plume d'Or
Inscrit:
06/08/2013 20:30
De Le Havre
Messages: 805
Niveau : 25; EXP : 53
HP : 0 / 613
MP : 268 / 8602
Hors Ligne
On déménage !

Eglantine a décidé de ranger sa chambre. Le Printemps est là, ses affaires d’hiver ne vont plus lui servir à rien. Il est temps aussi de faire du tri, certains vêtements qu’elle n’aime plus pourront servir à d’autres. La vieille dame aime bien cette période de rangement, elle a l’impression de se nettoyer l’esprit, elle a coutume de dire,
« Quand les placard sont rangés, ton esprit est plus clair ! »
Sa fille, Caroline entre dans la pièce.
« Tiens, bonjour, je ne t’ai pas entendue entrer. Ça va ma chérie ? »
« ça va bien maman, je te remercie. Tiens voilà des cartons, tu pourras ranger tes affaires là dedans ».
« Merci mon cœur, tu as toujours de bonnes idées, ils vont bien me servir. »
Eglantine remplit les cartons avec ses pulls et ses grosses jupes en drap. Elle a déjà rempli trois ou quatre boîtes. Elle se retourne pour voir le travail accompli, mais, surprise, elles ont toutes disparu !
« Qu’est-ce qui se passe ? Je deviens folle ou quoi ? Ils sont passés où ces cartons ? »
Eglantine décide de ne plus quitter des yeux ses caisses, elle n’aime pas travailler pour rien !
Elle continue sa tâche. Les vestes maintenant. Les boîtes sont juste entre elle et le placard, elle peut les surveiller de près. Elle a une dizaine de gilets ! Il faut qu’elle arrête de tricoter, ça devient ridicule. Ce qui est dommage c’est que ses enfants et ses petits enfants ne veulent plus de vêtements de laine. Quand ils étaient petits, elle s’en donnait à cœur joie, elle faisait de tout, des robes, des chaussettes et même des manteaux. Ce temps est fini, maintenant elle tricote pour elle, le problème c’est qu’elle croule sous les vêtements.
Elle jette un coup d’œil sur les cartons. Incroyable ! Ils ont encore tous disparu ! La maison est hantée, ce n’est pas possible ! Elle ne veut pas perdre ses affaires !
Eglantine a une idée, elle va attacher les cartons avec une ficelle, comme ça, plus de problème ! Elle est contente de sa trouvaille.
Les chaussettes, les gants, les écharpes. Elle aimait bien tricoter des petits chaussons en laine pour ses enfants, après, ce fut le tour des gants, des écharpes et des bonnets. Ils grandissent trop vite. Puis les petits enfants, et voilà qu’ils sont déjà adolescents, le temps passe. Elle a fêté son trentième anniversaire, et voilà que le 85ème arrive, elle veut une deuxième vie ! Si elle pouvait être comme les chats avec leurs sept existences.
Son stratagème n’a pas marché, les cartons ont encore disparus !
« Caroline, viens voir, j’ai un souci ! »
Sa fille va encore lever les yeux au ciel, mais Eglantine a vraiment tout essayé, elle n’a plus de solutions.
« Caroline, les cartons disparaissent, je les remplis et quand je me retourne ils ne sont plus là ! Je les ai gardés devant moi, mais ils sont partis quand même. J’ai même essayé de les attacher, qu’est-ce qui se passe, tu y comprends quelque chose ? »
« Ne t’inquiète pas Maman, tes affaires ne sont pas perdues, continue ton rangement. Tu as bien avancé dis donc ! Le placard est presque vide ! Bravo ! »
Caroline lui parle parfois comme à une demeurée, c’est insupportable, il doit y avoir une explication pourtant. Quand sa fille était petite, c’est Eglantine qui commandait, maintenant elle a l’impression que les rôles sont inversés.
La vieille dame continue, mais le cœur n’y est plus, elle commence à avoir peur. Il y a encore quelques boîtes vides. Les polaires maintenant, c’est pratique cette matière, c’est moins joli que ses tricots mais ça sèche vite et c’est chaud. Elle va en garder une ou deux pour la belle saison, les soirées sont souvent fraîches. Il y en a des rouges, des bleues, un vrai arc en ciel ! Allez encore un carton de fermé, ça fait au moins trois de plus. Eglantine n’ose pas se retourner. Et s’ils avaient encore disparus ? Elle regarde doucement derrière, et quelle horreur ! Ils sont tous partis !
La vieille dame se met à trembler, c’est insupportable, qu’est-ce qui va disparaître encore ? Ses meubles ? Ses bibelots ? Elle a tellement de souvenirs dans cette pièce, des photos, des souvenirs de vacances, des cadeaux de ses enfants. Mon Dieu, sa fille, et si elle disparaissait elle aussi ?
« Caroline, Caroline, où es-tu ? »
La vieille dame crie, elle est au bord de l’escalier, elle est morte de peur.
Sa fille arrive en courant,
« Que se passe-t-il ? Tu es toute chamboulée ! »
« Tout disparaît Caroline, les cartons, les meubles vont partir, mes photos, et toi ma chérie, je ne veux pas que tu disparaisses ».
Eglantine est en pleurs, sa fille la prend dans ses bras.
« Ma pauvre maman, ne t’inquiète pas, c’est normal si tout disparait, nous déménageons, tu ne te rappelles pas ? On va vivre tous ensemble dans une plus grande maison ».
« Mais pourquoi est-ce que tu ne m’as rien dit ? »,
« Je te l’ai dit, mais tu as dû oublier, viens en bas, ne reste pas toute seule ici. Tu vas voir les enfants, ils aident bien ».
Au rez-de-chaussée tout le monde s’affaire, un camion emmène tous les cartons d’Eglantine.
La nouvelle maison est bien plus grande, la vieille dame vivra dans une aile de la demeure avec une aide qui pourra veiller sur elle. Sa chambre a été aménagée à l’identique. Eglantine arrive dans la pièce et s’assoit sur son fauteuil préféré,
« Bonjour Caroline, tu viens me rendre visite ? C’est gentil, ça fait longtemps que je ne t’ai pas vue ».

Posté le : 16/09/2013 17:02
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi thème d'écriture du 16 septembre
Modérateur
Inscrit:
03/05/2012 10:18
De Corse
Messages: 1186
Niveau : 30; EXP : 5
HP : 145 / 726
MP : 395 / 12857
Hors Ligne
La mémoire qui fiche le camp au fur et à mesure que les années s'accumulent....
C'est insidieux . Inquiétant. Pathétique.
C'est pour cela que je m'efforce de conserver et classer mes souvenirs.
Dernière nouvelle : je reconnais tout le monde !
Ton histoire, bien contée, est touchante. Il y a une tendance, chez certains enfants, à vouloir débarrasser leurs vieux parents des bibelots qu'ils trouvent encombrants et inutiles. Surtout, n'y touchez pas ! il y a dedans des quantités de choses que vous ne savez pas voir.
Merci pour la lecture, Arielleffe.

Posté le : 16/09/2013 20:04
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant
(1) 2 »




[Recherche avancée]


Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
37 Personne(s) en ligne (18 Personne(s) connectée(s) sur Les Forums)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 37

Plus ...