| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Un épisode Cévenol - Poèmes confirmés - Textes
Poèmes confirmés : Un épisode Cévenol
Publié par Loriane le 21-10-2019 20:00:00 ( 57 lectures ) Articles du même auteur
Poèmes confirmés



ÉPISODE CEVENOL

Avez-vous traversé un épisode Cévenol ?
Quand les orages venus de la Méditerranée se cognent avec violence au massif des Cévennes et qu'ils se vident sans préavis, sans retenue dans les rivières, dans les cours d'eau, petits et grands rus, cavalant comme des fous depuis les premiers reliefs rocheux vers la mer proche, s'écoulant comme des chevaux barjos, dingos, submergeant, engloutissant, grossissant soudain, ils traversent brutalement la terre des hommes, leurs vignes et cultures
Ils chamboulent tout, bousculent sans douceur, ils cascadent, ravinent, noient, inondent la pauvre terre caillouteuse et desséchée de l'étroite plaine côtière, traversant les villages où tout chavire;
Épisode Cévenol signifie étrange, c'est ce moment magique où les nuages viennent nous rendre visite, ils se déposent sur terre et nous offrent une lumière étrange, une atmosphère sombre et lumineuse.
Nous évoluons alors comme au fond d'un gouffre dans une pénombre brillante qui nous baigne dans une nuée pénétrante, l'eau est partout, elle ruisselle, dégouline, frappe, traverse, elle est dans l'air alentour, dans le ciel , sous les pieds, nous évoluons dans un flot, sous un flot.

Dame nature nous entoure et engloutit tout..
C'est le moment où Pachamama nous rappelle sa force et ses colères, elle nous ramène à notre place d'animaux terrestres, fragiles et destructibles, elle nous enserre et nous voici craintifs et modestes retournés à nos trous, nos abris.
La vie est en suspens, nous gardons la niche faisant le dos rond sous le déluge.

J'aime ses instants quand le ciel nous admoneste, que le quotidien ne l'est plus, que notre mère la terre explose, rentre dans nos maisons, envahit nos routes, se moque bien de nos ponts, nos rues, quand elle nous prend nos jouets automobiles et que sa vie avec force, est partout.

Elle nous dit que le seul dieu, Ici bas est bien notre mère la nature, notre mère la terre.

Loriane Lydia Maleville

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
VikThor
Posté le: 24-10-2019 09:11  Mis à jour: 24-10-2019 09:11
Régulier
Inscrit le: 26-06-2012
De:
Contributions: 43
 Re: Un épisode Cévenol
En parfaite communion avec ce texte qui remet les choses en place et nous situe dans notre rapport avec la planète-mère
tchano
Posté le: 06-11-2019 11:23  Mis à jour: 06-11-2019 11:23
Plume d'Or
Inscrit le: 18-01-2012
De:
Contributions: 293
 Re: Un épisode Cévenol
Et si en plus du jouet automobile, les flots ravissent tous les jouets-écrans de la maison...
Je suis sûr que certains préféreraient voir partir à la place une grand-mère en fauteuil flottant ou même un bercea... j'arrête là!
Merci Loriane pour cette description fantasmagorique et pourtant si proche de la réalité.
Loriane
Posté le: 09-11-2019 21:01  Mis à jour: 09-11-2019 21:30
Administrateur
Inscrit le: 14-12-2011
De: Montpellier
Contributions: 9075
 Re: Un épisode Cévenol
Merci tchano, je pense aussi que l'addiction à la technologie rend les humains inhumains.
Quoique je trouve que l'image de la grand mère flottante est , oserai-je le dire ? réjouissante, si elle part en croisière dans la campagne et que à la fin on la repêche sans dégât, cela peut encore faire un bon sujet de texte, et on ne dirait plus "et ta grand mère fait du vélo ? mais ta grand mère fait du bateau, du pédalo ?
Sommes-nous monstrueux ? Voui, mais imaginatifs aussi.
Merci pour ton passage.
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
24 Personne(s) en ligne (5 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 24

Plus ...