| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Paofai 22 Octobre 1984 - Poèmes confirmés - Textes
Poèmes confirmés : Paofai 22 Octobre 1984
Publié par Loriane le 27-08-2020 21:10:00 ( 53 lectures ) Articles du même auteur
Poèmes confirmés



Éléonore-Moeata le 22 Octobre 1984 Tahiti

A Paofai

Les frissons de la nuit, la collante moiteur
Enténébraient d'obscur le silence tropical
Tropique du capricorne lenteur, senteur
Je vibrais en attente dans l'ombre florale.

Émotion silencieuse octobre fut fécond
J'entendais le mystère dans la Sorgue assombrie
Là-bas les pics de Moorea sous l'horizon
Et sous mes yeux, mon ventre montagne durcie

Mon corps tout entier est au supplice et tremble
Il vit le prodige, la douleur création
Le temps s'écoule pour nos deux corps ensemble
Ton corps en cachette, future révélation.

Tu étais encore secret, profondeur, incréé
Désir informel, simple souhait discrétion
De mon désir, de mon rêve simple émanation
Encore irréel, mon bébé n'est pas né.

Je garde mes cris, j'ai voulu cette merveille
Calme je vis le surnaturel, la magie.
En alerte, aux abois et soudain ... l'air s'éveille...
Le soleil inonde, sort du mont Rotui

Ce miracle est pour toi, un appel, un signal,
Contraction finale, et ta clandestinité est finie
Éléonore est née au jour ...c'est le Graal !
Le soleil est sorti sur le diadème de Tahiti.

Le soleil t'as appelé, venu du mont Orohena
Le souffle du temps a changé, d'être c'est l'heure
Tu es venue avec la lumière du mont Tohiea
Ton corps était vitalité, couleur et vigueur

C'est la belle révélation d'un esprit qui naît
Une ardeur nouvelle qui va vers sa destinée.
Au lever du jour au pays du tamuré
Au pied des pics, aiguilles, dents, comme doigts dressés.



Le mont Tohiea, culmine à 1207m, dessinent une ligne de crêtes déchiquetées qui se déploie sur un axe nord-ouest, sud, nord-est.
Le coeur de Moorea est inhabité car inaccessible, mise à part la zone qui s'étend à l'arrière du mont Rotui et où se rejoignent les vallées de Paopao et d'Opunohu, recouverte en partie de cultures.

Le diademe et le Mont Orohena mont Orohai Diadème à Tahiti, ou le pito de Ua Pou, l’Orohena, plus haut sommet de l’île via le Pito Hiti., Belvédére Aorai, Marau Crêtes en lame de couteau, diadèmes, pics, aiguilles, dents, doigts dressés, hautes murailles, parois déchiquetées, trouées....les cascades et réchauffer les goyaviers et lantanas



Loriane Lydia Maleville

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
danielm
Posté le: 28-08-2020 21:42  Mis à jour: 28-08-2020 21:42
Semi pro
Inscrit le: 04-12-2018
De: nord
Contributions: 115
 Re: Paofai 22 Octobre 1984
Merci du partage, c'est un très joli texte que j'ai aimé lire.
Et surtout découvrir ces lieux des iles.

DanielM
Loriane
Posté le: 06-09-2020 09:32  Mis à jour: 06-09-2020 09:33
Administrateur
Inscrit le: 14-12-2011
De: Montpellier
Contributions: 9132
 Re: Paofai 22 Octobre 1984
Merci Danielm pour ton passage et ton commentaire.
Et oui ! une jolie naissance.
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
37 Personne(s) en ligne (11 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 37

Plus ...