| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Flamme Permanente - Poèmes confirmés - Textes
Poèmes confirmés : Flamme Permanente
Publié par mercier le 17-11-2020 23:09:49 ( 27 lectures ) Articles du même auteur




Flamme Permanente

A l‘extrémité du matin,
Une goutte d’or
Donne aux nuages le profil d’une ombre rare.

Virgule enclavée dans le visage de la lune,
Ce vaisseau marbré de nuances automnales
Oriente sa proue vers tes songes organiques.

Te souviens-tu
Quand tu étais frêle poisson
Dérouté par le silence?
Quand tu étais une silhouette esquissée par le secret des vents,
Au bord de la nuit précoce,
Perdu dans les pensées que donnent aux nouveaux venus
Les horizons hautains de la morte saison?

Tu devines maintenant quel est ton profil:
Colonne vertébrale de cyprès,
Membres argileux issus des marnières fertiles
Tête solaire,
Oh tête solaire!
Et tu pars vers des feux verticaux...

Partir!
Partir!
Les ailes sont top courtes!

Impatience!
Les membranes héritées des forêts primaires ne suffisent plus.
Tes plumes de haut bord
Qui te donnaient des allures de sterne
Sont trop faibles.

Les yeux de feu
Que tu détiens de tes passages innombrables dans la brume
Trop fragiles:

Ils ne voient pas la courbure de l’azur,
Et ne peuvent découvrir l’envers des montagnes ,
Quand , jeunes pousses de givre,
Elles s’élançaient vers le zénith ,
Vosges miraculeuses,
Donnant le change aux Himalayas d’aujourd’hui!

Tu te rappelles ces glissades de saphir qui t’emportaient
Le long des printemps éternels,
Sous le regard pétillant des carabes ,
Vaisseaux de bronze
Improvisés par les lueurs d’un soleil balbutiant encore.

Ah ces musiques crissant en pierres fluides!
Diadèmes d ‘ombre,
Racines de lynx ,
Mousses intelligentes,
Dodelinant le long de fleuves pieuvres,
Frondes exactes te protégeant des ondes bleues d’un ciel à l’essai…

Tu te souviens ces rivages cilés,
Rongés par les pluies?
Les pluies mystérieuses de la firme
Qui produisait tant d’esquisses sous tes pas inversés,
Dans ton imaginaire criblé d’inscriptions venues des étoiles,
Mosaïques cendreuses à l’affût d’un support miraculeux,
Nacre ou quartz,
Pour y déposer l’inscription
D’un sud argenté et parfumé de senteurs rouges .

Ah tu savais deviner parmi les sables
Les traces infimes
Solitaires
Des premiers végétaux d’envergure!

Alors maintenant
Te voilà parti.
La neige,
Le minéral ,
Le vent
La lave,
Le ciel
Sont des rumeurs saturées de sensations
Volant en triangle
Dans le ciel
d’une géométrie
Où les arcs-en ciel dérivent vers le parfum de la lune.



Là ,
Les lueurs des matins
Se décalent vers un bleu de synonymes
Encadrant le folie de solariums turquoise
Pour que naissent les indices de ton envol…

Tu vogues ,
Sur ton dos des capteurs d’incertitude
Te font deviner le nom de tes descendants:

Lentes ,
Riches amertumes,
De solides intuitions de tortues
Viennent à la rescousse du vide .

Tes traits épousent
Le museau de roses des vents incroyables
Définissant l’orbe sensorielle de tes rêves ,
Parmi le ressac si bien galbé des offrandes faites au silence.

Et puis pars!
Pars vers ces roues capitales ,
Vers ces secondes grosses d’éternité.

Monte à la verticale vers Altaïr:
Sa vapeur te nourrira
Sous le courant des astres jaunes ,



Sa pétillante traduction
Te montrera le clavier des ombres transversales
Celles qui donnent à tes fées
La fermeté des anges.

Tu sauras enfin où se logent les rayons de l’instant,
Celui de l’horizon-ok
De l’invisible ouverture
Sur l’art d’Eole,

Ce paysagiste pare les écailles d’un éclat de sourire chaud,
ce sourire,
Nouvelle aventure au pays des souvenirs en formation….


15 Novembre 2020

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Loriane
Posté le: 24-11-2020 14:08  Mis à jour: 24-11-2020 14:09
Administrateur
Inscrit le: 14-12-2011
De: Montpellier
Contributions: 9166
 Re: Flamme Permanente
Quel bonheur, mais quel bonheur !
Ton imaginaire est toujours aussi riche, te lire est ma joie.
Que de trouvailles !
Trouvailles qui viennent bien souvent en connexion avec beaucoup de mes rêves.


Citation :
Te souviens-tu
Quand tu étais frêle poisson
Dérouté par le silence?
Quand tu étais une silhouette esquissée par le secret des vents,
Au bord de la nuit précoce,
Perdu dans les pensées que donnent aux nouveaux venus
Les horizons hautains de la morte saison?

Citation :
Tu vogues ,
Sur ton dos des capteurs d’incertitude
Te font deviner le nom de tes descendants:


Citation :
Ce paysagiste pare les écailles d’un éclat de sourire chaud,
ce sourire,
Nouvelle aventure au pays des souvenirs en formation



Beau voyage !
Merci pour ce feu d'articife de merveilles.
Si belle lecture .
LM
Istenozot
Posté le: 28-11-2020 20:50  Mis à jour: 28-11-2020 20:50
Plume d'Or
Inscrit le: 18-02-2015
De: Dijon
Contributions: 2097
 Re: Flamme Permanente
Cher Mercier,

Cela fait bien longtemps que j'e n'ai pas commenté l'un de tes poèmes et je le regrette tant car ils me font voler dans l'imaginaire et dans les espaces lointains et secrets de mon âme. C'est en quelque sorte la psychanalyse du feu de mon âme.

Ce poème est un éloge magique à Dame Nature.
J'y vois le soleil et la lune éblouir nos songes.
Tu nous parles à chacun d'entre nous en nous imaginant en être frêle, perdu et dérouté dans le vent. Mais tu nous ouvres la voie de l'espérance solaire.
Mais nous sommes limités par nos ailes fragiles qui nous invitent à partir, à partir loin.
Si nous hésitons à partir, la beauté et la musique des paysages environnants nous poussent dans la détermination du départ.
Et nous voilà parti!
Et la confiance s'installe et la beauté s'impose!
Et peut être que nous devenons nous-même le paysagiste créateur de la beauté du monde.

Quelle imagination! Quelle richesse des mots! Nous voyageons dans ton poème et parfois 'l'on a envie de s'arrêter sur un vers , sur deux vers et puis l'on repart dans une autre variante de l'imaginaire.

Mille mercis à toi cher Mercier. Je reviendrai plus souvent te faire un commentaire.

Amitiés de Dijon.

Jacques
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
52 Personne(s) en ligne (25 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 1
Invité(s): 51

HaHa, Plus ...