| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Imitation de l'italien - Poèmes confirmés - Textes
Poèmes confirmés : Imitation de l'italien
Publié par ironik le 22-10-2012 19:27:04 ( 936 lectures ) Articles du même auteur



Mon cœur a son secret, mon âme son mystère :
Comme un ardent torrent s’évadant de son lit,
Rompant dans ses assauts les digues affaiblies,
M’envahit la passion que pourtant je dois taire.

De ma voix je ne peux murmurer dans les airs
Ce fort débordement qui me met en émoi ;
Et pourtant je la vois, tous les jours, devant moi,
Mais elle ne saura jamais ma misère.

Je l’ai déjà chanté – grand Dieu – dans tous mes vers :
Son être, son esprit, ses rires, ses yeux verts,
Son sourire radieux, ses boucles arrondis,

Ses deux accroches-cœur, échos de sa beauté,
Son charme inéfable – et néanmoins je l’ai dit – !
Devant elle pourtant, mes mots me sont ôtés.

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Loriane
Posté le: 25-10-2012 22:33  Mis à jour: 25-10-2012 22:33
Administrateur
Inscrit le: 14-12-2011
De: Montpellier
Contributions: 9072
 Re: Imitation de l'italien
Retour au sonnet, ta spế.
J'aime beaucoup les quatre premier vers.
Belle lecture.
Merci
ses boucles arrondiEs
ironik
Posté le: 26-10-2012 21:25  Mis à jour: 26-10-2012 21:25
Plume d'Or
Inscrit le: 13-06-2012
De:
Contributions: 77
 Re: Imitation de l'italien
Merci! C'est un peu le résumé de mon "oeuvre" sentimentale!
emma
Posté le: 27-10-2012 10:56  Mis à jour: 27-10-2012 10:56
Modérateur
Inscrit le: 02-02-2012
De: Paris
Contributions: 1495
 Re: Imitation de l'italien
Le vers :
"Mais elle ne saura jamais ma misère."
Me parait un peu court à l'oreille (mais j'avoue que je ne suis pas allée compter les pieds...

Sinon, j'ai beaucoup aimé cette confession délicate.
Iktomi
Posté le: 27-10-2012 16:13  Mis à jour: 27-10-2012 16:13
Modérateur
Inscrit le: 11-01-2012
De: Rivière du mât
Contributions: 683
 Re: Imitation de l'italien
Je suis sûrement un peu lourd et un peu plouc, mais je n'ai pas compris le titre.

Allez, je me lance : une allusion à Dante ?
ironik
Posté le: 27-10-2012 22:02  Mis à jour: 27-10-2012 22:02
Plume d'Or
Inscrit le: 13-06-2012
De:
Contributions: 77
 Re: Imitation de l'italien
Non, c'est une allusion à un sonnet de Félix Arvers dont le sous-titre est imité de l'italien.

Gainsbourg et Bizet l'ont mis en musique si cela t'intéresse.
Iktomi
Posté le: 28-10-2012 08:16  Mis à jour: 28-10-2012 08:16
Modérateur
Inscrit le: 11-01-2012
De: Rivière du mât
Contributions: 683
 Re: Imitation de l'italien
Mon cœur a son secret, mon âme son mystère

Bon sang, mais c'est bien sûr !

Je les connais pourtant ces vers, qui ne les connaît pas ? Je vieillis, ma parole

Le fameux sonnet d'Arvers, qui effectivement lors de sa publication fut présenté comme "traduit de l'italien", et donna lieu à moult reprises et pastiches dont :

« Montre enfin au grand jour, loin d’en faire mystère,
Ce désir d’être aimé par tout homme conçu !
Mal d’amour, mon chéri, ne devrait pas se taire :
Pouvais-je le guérir avant de l’avoir su ?
Jamais un beau garçon ne passe inaperçu…
Tu n’es pas né pour vivre et languir solitaire.
Viens trouver dans mes bras le bonheur sur la terre,
Et ne t’en prends qu’à toi si tu n’as rien reçu.
Tu verras que je suis bien faite, ardente et tendre,
Ni prude, ni bégueule et prête à tout entendre,
Sachant par le menu ce que c’est qu’un faux pas.
Elle ne jure point de te rester fidèle,
Cette folle amoureuse ! Un jour, tu diras d’elle :
« Quelle fille c’était ! »… mais ne l’oublieras pas ! »


Merci

A bientôt
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
48 Personne(s) en ligne (9 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 48

Plus ...