| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Les mémoires d'un chien. - Textes Illustrés - Textes
Textes Illustrés : Les mémoires d'un chien.
Publié par dumont011 le 17-01-2013 19:30:00 ( 846 lectures ) Articles du même auteur
Textes Illustrés



-1-

Avertissement.


Je ne pense pas être prétentieux
Pas, en tout cas, au point d'assurer mon athéisme.
Non! Je ne suis pas un prétentieux!
Je le serais davantage si j'affirmais être croyant; avoir la foi!
En fait, je pense que ceux qui prétendent croire en dieu sont encore plus arrogants que ceux qui allèguent le contraire.
Dieu est l'invention des Hommes dont l'orgueil ne supporte pas la mort, les Hommes qui briguent une immortalité où l'on coulera des jours heureux, mangeant sempiternellement les rentes de sa piété! L'enfer? C'est pour les autres; et quand bien même ça serait pour nous, il n'en demeure pas moins un bras d'honneur adressé au néant!
Contre ce néant, que de dieux l'Homme a-t-il inventés à travers les âges!
Néophyte, à la démarche encore peu sure dans un monde plein d'énigmatiques manifestations, il a adoré tout ce qui incarnait une force admise supérieure à la sienne; le feu, la foudre, le vent, la mer… tous des éléments mystérieux et redoutables. L'homme s'est fait tout petit pour ne pas s'en attirer la colère, et par des offrandes, il a sollicité des faveurs! De la peur sont nés culte et mysticisme.
Puis, en domptant petit à petit les éléments, il a appris à les braver et a découvert que ses appréhensions étaient purement animales, sentiment dont il s'accommodait fort mal.
Alors l'homme a fini pour opter pour un seul dieu; unique et abstrait, satisfaisant ce désir impérieux d'avoir un maître, sans pour autant s'avilir tel un animal.
Dieu est la trouvaille de ceux qui ne souffrent pas leur condition animale!
Ils ne se rendent pas compte, ou ne le veulent pas, qu'au fond c'est toujours la peur et la convoitise qui animent leur foi. La peur d'un mauvais coup du sort, et la convoitise d'un vécu somptueux, ici-bas, récompense d'un dieu ravi qu'on l'adore, et qui nous offrira en sus le paradis dans l'au-delà.
Et les soi-disant athées ont remplacé cette invention par une multitude de palliatifs dans l'espoir de se croire plus futés que les adeptes des vieilles croyances, et plus intelligents que les singes!
Mais au fond, seuls les animaux ont raison.
Ils ne se posent pas de question.
Non, ce ne sont pas des philosophes, ils sont plus sages!
Ils ne jouent pas à cache-cache avec leurs instincts.
Chez eux, Dieu n'a pas encore été inventé! (Et ne le sera jamais!)
Il est absent, tout simplement. (Et, éternellement, le demeurera)
On ne peut pas reprocher à un homme vivant dans le douzième siècle d'ignorer l'existence des technologies de notre époque; eh bien, les bêtes et dieu, c'est un peu pareil.
Et encore, un sauvage est dans l'ignorance du monde dit civilisé jusqu'à ce qu'on lui en révèle l'existence qu'il n'est pas prêt à admettre sans résister, car même les gens les plus érudits se divisent en partisans et détracteurs face aux phénomènes nouveaux.
Les bêtes, elles, sont à l'abri de ces polémiques.
Vous allez me dire sûrement comment est-ce que je peux affirmer cela, et d'où je tiens ces informations concernant les animaux.
La réponse est simple: je suis un chien!

(à suivre)

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Loriane
Posté le: 19-01-2013 13:41  Mis à jour: 19-01-2013 13:43
Administrateur
Inscrit le: 14-12-2011
De: Montpellier
Contributions: 9066
 Re: Les mémoires d'un chien.
Mierda de mierda et mierda ...
J'avais mis un com et j'avais pas vu qu'il n'avais pas été enregistré Grrrrr... GRRRRRR...

Je disais en gros :
Bienvenue parmi les zanimaux, nous allons pouvoir faire une jolie meute car nous sommes un gros paquet de chiens.
Ta remarque : " Et les soi-disant athées ont remplacé cette invention par une multitude de palliatifs dans l'espoir ..."
est particulièrement judicieuse, certains calment leur difficultés de vivre en remplaçant les croyances officielles auxquelles il n'adhèrent pas, par des obsessions qui ne sont que des succédanés guère plus satisfaisants. Inutile donc de se soigner avec le dieu-pognon, le dieu-notoriété, le dieu-pouvoir ... le dieu -guerre, le dieu-bouffe ...le dieu-baise ..le dieu-conquête ...
Toutes ses attitudes artificielles ne sont pas plus opérantes.
Oui soyez des zanimaux, je crois que la réponse est là. Soyez des bêtes qui contrôlons nos besoins juste assez pour ne pas déféquer sur les trottoirs, ou pour ne pas mordre le cul du flic qui nous fout une prune ...
Ni anges, ni bêtes nous sommes des êtres de chair, dans lequel frémit un esprit inquiet.
Ne nous désincarnons pas, ne nous s'éloignons pas de notre animalité qui est la porte de notre équilibre.
Nous ne sommes pas de purs esprits nous sommes des êtres charnels, aimons nous en tant que tel, vivons avec nos désirs nos besoins corporels, aimons notre condition et notre chair, sans orgueil, sans nous déifier avec fatuité (à"l'image de dieu" à bon ???!!) Soyons des mammifères, nous faisons partie du monde animal, acceptons de ne pas nous éloigner des plantes, des pierres, des bêtes, du ciel, des étoiles, vivons en n'oubliant pas que nous sommes juste une partie de cet ensemble qui nous nourrit. Nous ne sommes jamais aussi équilibrés et paisibles que lorsque nous revenons vers notre matrice la terre, que nous communions avec notre environnement naturel dont nous sommes issus.
J'ai le souvenir de ma vie de toute petite fille parmi mes chiens, les cochons, les moutons, lorsque je errais à ma guise, seule, sous les soleil ou sous les étoiles, dans les chemins et les champs, avec mes galoches de paysannes, mon petit panier rempli de trésors : petites fleurs, cailloux, crottes de biques, pommes de pins ...La couleur de ma robe ne me préoccupait pas, les reproches de mes chiens étaient rares, je parlais aux arbres, aux lézards , aux abeilles ..., je faisais pipi où je voulais, quand je voulais ... simple, tout était simple, naturel, le paradis quoi !
C'est ma base, ma force, ma vérité, je suis un animal, une hominidé terrienne devenue sociable. Mon panthéon est le cosmos dont chacune de mes cellules sont une partie, elles en sont le produit et elles y retourneront.
Notre corps nourrit notre esprit, notre esprit anime notre corps, ils fusionnent. Aimons les deux à parts égales.
Frère chien qui fume, bienvenue
Ouah ouah OUaaaaaaaouuhhhh Ouah ouah.
dumont011
Posté le: 19-01-2013 19:27  Mis à jour: 19-01-2013 19:27
Plume d'Or
Inscrit le: 10-02-2012
De: tunisie
Contributions: 308
 Re: Les mémoires d'un chien.
c'est bien dit, ouah!ouah!
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
48 Personne(s) en ligne (13 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 48

Plus ...