| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> La Prison - Poèmes - Textes
Poèmes : La Prison
Publié par dominic913 le 08-02-2013 14:43:29 ( 745 lectures ) Articles du même auteur
Poèmes



Que dire d'autre à celles que je chéris en ce lieu, sinon que je suis fatigué de me battre, encore et encore, contre cette machine à broyer l'espoir que ces Etres sans âme et sans cœur mettent en place pour empêcher ceux et celles qui désirent tendre la main aux autres, de se manifester ? Moi qui ne suis que l'humble serviteur de votre amitié, de votre amour, de votre tendresse, de votre affection, je ne peux lutter contre ces anonymes qui m'empêchent de m'exprimer. Je ne peux échapper à ceux et de celles qui ont décidé que mon désir d'ouvrir les portes de mon univers littéraire et poétique n'avait pas droit de cité ici bas. Je ne peux me mesurer à ceux et celles qui imposent leurs lois en lettres de feu :
"Tu n'as et n'aura plus jamais le droit de tendre la main en direction de ces personnes que tu souhaite accueillir chez toi. Nous décidons d'éteindre cette flamme qui sommeille en toi, et de faire de toi un prisonnier de cette Sombre Citadelle qui te sert de Séjour sans Passé ni Avenir. Nous exigeons que de, cette Prison Dorée, tu n’as pour choix que d'observer, de loin, tous ceux et celles qui tu aimerais approcher, avec lesquels tu désireras échanger ou partager tous ces Trésors que tu garde enfouis en toi depuis si longtemps. Non, mon ami, tout ceci n'est qu'un doux rêve qui t'es désormais interdit ; de la même manière qu'il t'a été refusé jadis en d'autres lieux et en d'autres circonstances.".
Pourtant, lorsqu'au loin, je croise votre regard, mes yeux sont hypnotisés par la chaleur humaine qui se dégage de vous. J'envie ceux et celles qui ont le droit de vous accueillir en leur sein ; de vous offrir tous ces joyaux qui brillent de mille feux au fins fonds de leur cœur. Je pleure ces rendez-vous manqués avec chacune et chacun d'entre vous ; car chacune et chacun de vous mérite attention, tendresse et écoute de ma part. Chacune et chacun de vous est digne d'intérêt, est emprunt de mystères sensuels, d'attraits enchanteurs. Et, telles de terribles et envoutantes Sirènes, vous, Mesdames, Mesdemoiselles, me prenez dans vos filets et vous attisez cette curiosité insatiable de l'autre qui bouillonne en moi.
Alors, sachez que ma main est toujours portée dans votre direction. Et que je n'attends que vous ; car chacun de vos contacts est pour moi une bénédiction que je considère comme un honneur ; un honneur gravé dans ma mémoire à jamais...
Dominique

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Loriane
Posté le: 08-02-2013 17:38  Mis à jour: 08-02-2013 17:38
Administrateur
Inscrit le: 14-12-2011
De: Montpellier
Contributions: 9084
 Re: La Prison
Citation :
Alors, sachez que ma main est toujours portée dans votre direction. Et que je n'attends que vous ; car chacun de vos contacts est pour moi une bénédiction que je considère comme un honneur ; un honneur gravé dans ma mémoire à jamais...
Dominique

C'est noté.
Dis l'amoureux, s 'te plait, avec ton don pour l'écriture de 'amour courtois, tu veux bien nous en faire un pour la saint Valentin ?
Magnifique
Merci
dominic913
Posté le: 08-02-2013 19:43  Mis à jour: 08-02-2013 19:43
Plume d'Or
Inscrit le: 06-02-2012
De: Valognes
Contributions: 312
 Re: La Prison
Pas de soucis, j'en écrirai un ce jour là, bises
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
36 Personne(s) en ligne (11 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 36

Plus ...