| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Afficher/Cacher la colonne
Accueil >> xnews >> Gueule de bois sous le bifide - Nouvelles confirmées - Textes
Nouvelles confirmées : Gueule de bois sous le bifide
Publié par Iktomi le 02-03-2012 04:00:00 ( 848 lectures ) Articles du même auteur



Ce matin, j’ai mal au crâne. Alors s’il vous plaît soyez indulgents si mes mots se bousculent un peu au portillon. Au vrai, « mal au crâne», c’est une façon pudique, ou plutôt très hypocrite, de dire que je suis terrassé par une gueule de bois colossale. « Une » gueule de bois, que dis-je ! C’est LA gueule de bois, la Mère de toutes, la Gueula Lignea romaine d’après orgie, la Grande Murge de folie, la Tzarine des bitures. Trois litres de bière, et un nombre de verres d’eau de feu de  la verte Erin dont j’ai perdu le compte très vite. Décollage vers dix heures du soir pour un vol dont j’évalue la durée à cinq heures. Ou six ? Sais plus. Je me targue d’appartenir à une certaine aristocratie de la cuite. Je sirote, moi. Je n’entonne pas, je n’engloutis pas. Je m’humecte lentement, mais avec constance et régularité. Ma spécialité c’est le fond, pas le sprint. Il y a deux espèces de buveurs, deux seulement : ceux qui savent boire et ceux qui ne savent pas mais le font quand même. Savoir boire, c’est savoir voyager : on prend son temps, on s’installe dans les situations et les paysages. Ne pas savoir boire et le faire quand même, c’est picoler : la grosse dose tout de suite, et tout de suite l’oubli de tout, et de soi surtout.

 

Je n’ai pas une culture de la cuite si approfondie qu’il y paraît. En fait, ce mal de cheveux qui ne va certainement pas me lâcher de la journée, c’est à Gabin et à Belmondo que je le dois. Hier soir, il m’a pris la fantaisie de revoir – pour la énième fois – « Un singe en hiver ».  Tout le monde connaît ce film, je crois, je ne ferai donc pas illusion plus longtemps : la science de la pochardise que je viens d’étaler, elle en vient tout droit. Pendant que je regardais Bébel toréer à un carrefour et Gabin remonter le Yang Tsé Kiang, je me suis dit : « Et pourquoi pas moi ? » Alors j’ai fait sauter l’opercule de la première canette et je suis parti…

 

J’ai commencé le périple Place des Palmistes, sous le palmier bifide, très fort comme début, car quand j’étais à Cayenne cet arbre avait disparu depuis des décennies…. Il y avait des filles ambrées de Saint-Domingue et de Belém qui promenaient fièrement leurs minuscules minijupes et leur progéniture bigarrée autour de la statue de Félix Eboué. C’était le matin, l’air était déjà chaud et moite, tout vibrant du chant des kikiwis. J’ai survolé la cité Eau Lisette et ses cases en tôle ondulée et en mauvais agglo. Ensuite je me suis retrouvé à Sinnamary. J’y ai mangé des huîtres péï, au goût prononcé de vase et qui ne sont bonnes que cuites à la bière brésilienne. J’ai trébuché sur un anaconda de trois mètres qui visitait nonchalamment le futur pas de tir de Soyuz. J’ai frôlé la canopée, j’ai effarouché des atèles et des moutons-paresseux (et non je n’ai pas bouffé de mygale tout le monde sait que seuls leurs œufs sont comestibles)…. J’ai escaladé les monts Tumuc Humac, et de là j’ai sauté à pieds joints dans le lac Toponowini en soulevant un nuage bleu électrique fait de millions de morphos… J’ai fait la sieste sous un ciel de case vert et jaune constellé d’étoiles rouges. A Roura, j’ai dévalé les escarpements verts qui plongent en pente abrupte dans les eaux troubles de l’Oyack… A Régina, j’ai traîné le long des rues mornes où seuls les chiens errants copulant ardemment au soleil mettent un peu de vie… A Saint-Georges,  j’ai vu le ballet des pirogues sur l’Oyapock, et j’ai aperçu un jaguar qui maraudait sur l’îlet Guinguincouin… Et juste avant la fin du voyage, j’ai vu, vu de près à pouvoir les toucher, des visages connus ou amis : Francisco le Brésilien, Marlène la Franco-Surinamienne, Kenneth et Amiemba les petits Saramacas, Fan la Chinoise….

 

Se payer un mal de crâne en échange de ça, ce n’est pas cher payé, après tout. Et qui sait ? La prochaine fois, je remonterai peut-être le Maroni jusqu’à Twenke ?

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Loriane
Posté le: 02-03-2012 12:55  Mis à jour: 02-03-2012 12:55
Administrateur
Inscrit le: 14-12-2011
De: Montpellier
Contributions: 9079
 Re: Gueule de bois sous le bifide
Boire est pour moi une épreuve. Ton récit me rappelle un jour sur les palmistes où je voyais des diables noirs bruler Vaval, je ne pouvais les dénombrer, tout se dédoubalit et tournait, la musique me faisait tressauter malgré moi. J'en ai un souvenir trouble que ton histoire a ranimé.
Merci pour le voyage.
 
Jeff111
Posté le: 22-09-2017 23:07  Mis à jour: 23-09-2017 11:26
Accro
Inscrit le: 31-01-2015
De: Narbonne
Contributions: 215
 Re: Gueule de bois sous le bifide
Commentaire supprimé

"Commentaire" violemment haineux et parfaitement injustifié, non conforme à la charte de l'ORée des rêves
Avertissement avant suspension.
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
47 Personne(s) en ligne (12 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 47

Plus ...